CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Harry Callahan

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Patricks le Sam 31 Jan 2009 - 20:58

denis a écrit:

Plus de trois heures de bonus, des interviews, des commentaires intéressants; on apprend, entre autres, que Paul Newman avait décliné le rôle pour idéologie contrairement à Frank Sinatra et Steve McQueen qui espéraient l'avoir. En définitive, on ne peut pas imaginer quelqu'un d'autre que Clint Eastwood en Harry le salaud !


[

Frank Sinatra ? On lui a souvent reproché des liens avec la mafia, alors jouer le policier épris de justice Shocked

Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Estuaire44 le Lun 2 Fév 2009 - 20:51

Petit clin d'oeil à l'actualité on retrouve dans les X-Files, Andrew J. Robinson, le fameux Scorpio. Dans l'épisode
Entre chien et loup (saison 6, 1999) il interprète le méchant du jour, un loug-garou...


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Mer 4 Fév 2009 - 14:27

Le rôle de Scorpio (en référence au tueur du Zodiac qui oeuvrait aux USA à l'époque) reste le rôle de Robinson. D'ailleurs, dans les bonus de l'édition collector, il révèle que, près de 40 ans après le tournage, de nombreuses personnes le reconnaissent et lui récitent les paroles mythiques de la scène finale prononcées par l'inspecteur Harry à son égard. Il précise aussi qu'il a rajouté certaines paroles à son script comme lors de la scène de la croix; Harry doit sortir son Magnum de la main gauche, Scorpio déclare alors : 'That's the big one !".

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Mar 7 Jan 2014 - 17:38

Je vois que Dear se met aux classiques...Yes, you can !
La phrase originale de ta signature d'un film que je connais par cœur : j'ai dû voir les quatre premiers volets une douzaine de fois chaque. L'inspecteur Harry, c'est l'équivalent de Muriel Baptiste pour moi .

"Listen, punk. To me you're nothin' but dogshit, you understand? And a lot of things can happen to dogshit. It can be scraped up with a shovel off the ground. It can dry up and blow away in the wind. Or it can be stepped on and squashed. So take my advice and be careful where the dog shits ya!"

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Dearesttara le Mar 7 Jan 2014 - 18:17

En VO, ça sonne encore mieux, j'ai l'impression. Les mots ont l'air plus incisifs, plus tranchants que leur équivalent français.

12 fois les 4 films ? Eh ben... Shocked

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Mar 7 Jan 2014 - 18:26

Dearesttara a écrit:12 fois les 4 films ? Eh ben... Shocked
Tout à fait. Surtout le premier ; je connais chaque réplique, chaque scène...

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Ven 24 Jan 2014 - 21:18


Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Dearesttara le Sam 4 Juil 2015 - 0:54

Je poursuis ma période Eastwood avec L'Inspecteur Harry, 1er de la pentalogie, que je n'avais jamais vu. Manque rattrapé ce soir. Eh bien, je dois avouer être plutôt déçu, car le film doit traîner un gros boulet du début à la fin avec un rythme de sénateur, à peine épicé par quelques répliques en effet bien senties (le coup des cinq ou six balles est juste mythique). Pendant 105 minutes, une action segmentée, sans cesse interrompue, et mis à part les superbes premières minutes, il semble que Frisco parle moins à Siegel que New-York. Point de mise en majesté de la ville, d'approche sur la faune populeuse et diverse qui l'habite. Le film manque aussi d'humour a contrario de Coogan's bluff. Le rythme modéré de ce dernier film était largement compensé par son étude de la Grosse Pomme ; Siegel décide ici de suivre ligne par ligne son scénario, privant une bonne partie de l'ambiance urbaine qui aurait donné plus d'ampleur au film. J'ai bien aimé Andrew Robinson en maniaque sanguinaire, mais le personnage reste trop longtemps absent de l'écran.

Malgré un sentiment d'ennui assez tenace, j'ai quand même apprécié certains points du film. D'abord l'incroyable modernité de son héros, qui anticipe sur les anti-héros de la télévision américaine des années 1990-2000, à l'éthique controversable, même s'ils sont du bon côté de la barrière - je pense à McNulty de The Wire. Mes souvenirs de Kojak sont lointains, mais je ne pense pas me tromper en établissant aussi une filiation vu que Kojak partage avec Callahan la même soif de justice à tout prix, quoiqu'en étant moins "extrême" que ce dernier. Il était courageux de proposer une telle figure, qui résonne encore aujourd'hui dans une époque où la justice échoue souvent à appliquer ses peines. Le côté "facho" dont on a accablé le personnage ne tient pas la route à la lumière de la scène centrale avec l'avocat, mise en valeur des limites de la justice (l'affaire Miranda éclate la même année) dans certains cas où les droits des victimes se retrouvent bafoués par un catch 22 absurde de lois concomitantes. Callahan ne fait que son devoir, et dans les cas limites posés par la loi, décide de servir une justice rigoureuse, même si ça le pousse à franchir la ligne jaune. L'on voit que des antihéros comme Jack Bauer sont des descendants directs d'Harry, quoiqu'en beaucoup plus maximaliste, vu la fréquence infernale de "cas limites" à laquelle est confrontée le Jack, et les méthodes qui en découlent (torture en 1re ligne, comme dans la scène du stade).
Callahan paye lui-même le prix d'être "amoral", ne sachant plus ce qui le pousse à poursuivre son métier (il le dit explicitement à la femme de son adjoint), et l'on voit poindre comme un dégoût découragé dans le plan final, peu optimiste.

Bien aimé aussi la musique de Lalo Schifrin, qui épouse la modernité du film avec son côté jazz très contemporain... mais aussi son manque de rythme par une succession de riffs assez lâche. La partition modèle en quelque sorte. Clint bien sûr, est impérial, laissant peu de place pour ses partenaires, il est vrai guère esquissés, un point sur lequel Coogan's bluff n'avait pas achoppé. 2/4 pour moi. Un film moderne, nécessaire, mais trop restreint et trop lent à mon sens.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Sam 4 Juil 2015 - 10:30

Dirty Harry est la référence du polar urbain. J’ai dû le voir une bonne vingtaine de fois. Je repasse mes DVD d’Eastwood en alternance avec Sherlock Holmes en ce moment et je ne vais pas tarder à encore le voir (j’en suis à Sierra Torride, un très bon western qui tire sur la comédie).

Si je devais emmener une dizaine de films sur une île déserte, Dirty Harry en ferait partie! Tu n'as pas perçu ce qui fait le cultissime de ce film légendaire. Peut-être à une prochaine vision. Un film à la violence saccadée, sans temps mort. J'en ai aussi parlé, bien entendu, dans ma critique de Police sur la ville et j’en avais longuement discuté avec le regretté Nicolas Bouland, qui partageait mon intérêt pour Clint et ce film en particulier. Bah, oui, il n’y pas d’humour dans ce film, seulement du cynisme, ce qui colle au thème.

Robinson en Scorpio est un des pires méchants du cinéma et la partition de Schifrin est aussi culte que le film et maintes fois reprise.

Avec Dirty Harry, le duo Eastwood/Siegel concrétise ce qu’ils avaient commencé avec Coogan’s Bluff.

En ce qui concerne l’affaire Miranda, le pilote de Kojak, The Marcus-Nelson Murders est le pendant de Dirty Harry. Harry Callahan est désabusé par le système qui remet en liberté un coupable à cause d’un vice de forme ridicule (un truc à la Taubira…).

Après Les Brigades du Tigre et Dirty Harry, je pense que le polar est autant ta tasse de thé que sont pour moi toutes ces séries contemporaines surnaturelles, plus ou moins mièvres, ou de fantastico-science-fiction.  Quand à comparer Callahan à Bauer, quelle faute de goût. Cela n’a rien à voir. Entre un cinéma posé, sensé, qui souligne les méfaits de la justice, et une série basée sur l’action, sans aucun fond, qui privilégie en effet les rebondissements à la crédibilité, mon choix est vite fait.

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Dearesttara le Sam 4 Juil 2015 - 12:32

Il est vrai que je ne goûte pas le polar autant que toi, quoique certains de mes films préférés soient des polars, mais plus des années 40 et 50 (Assurance sur la mort, Les tueurs, Le faucon maltais...), lors de l'âge d'or d'Hollywood. Je n'ai pas l'habitude de crier au génie chaque fois que je vois un classique, et si j'applaudis la modernité de bien des thèmes du film, il existait à l'époque des polars plus nerveux question tempo et développement.

Je maintiens la filiation évidente entre Harry et Bauer : chacun sert son pays, et devant les limites de la loi dans des cas extrêmes, ils doivent transgresser la loi. La scène du stade est évidente dans ce point-là : au lieu de perdre du temps à appeler le commissariat, l'avocat, d'avoir un mandat, etc. ce qui ne pourrait que mener à l'échec au vu du peu de temps dont dispose Harry, Harry fonce droit direct pour avoir une chance de sauver la fille, quitte à torturer le suspect. Bauer ne fait pas autrement dans 24. Quand Harry sait qu'il ne peut plus compter sur sa hiérarchie à la fin du film, il désobéit aux ordres et se lance aux trousses du criminel, ce que le Jack fait au moins deux fois par saison. On pourrait continuer longtemps le jeu des comparaisons. Si je veux bien croire que je n'ai pas vu tout ce que disait Dirty Harry, je pense que tu n'as pas vu tout ce que disait 24, où les dilemmes éthiques et politiques comptent autant sinon plus (surtout dans les saisons 7 et 8 ) que l'action elle-même.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Sam 4 Juil 2015 - 13:05

Mais, j’aime aussi quelques polars des années 50 et je ne crie pas au génie dès que je vois un classique, c’est bien mal me connaître…surtout que Dirty Harry est toujours décrié par une frange bien-pensante du cinéma, car ce film policier a marqué non pas seulement pour son personnage, mais également par le message politique qu’il transmet. D’ailleurs, la ‘suite’ tout aussi bonne, Magnum Force, fut un pied de nez à ces critiques ridicules et la plupart gauchisantes.

Quant à Bauer, cela n’a rien à voir. Comparons ce qui est comparable. Harry Callahan est un inspecteur de police, pas un agent secret qui place des bombes à droite et à gauche et saute d’un immeuble à l’autre. Comparons Callahan à Mike Stone, par exemple, des Rues de San Francisco ou Theo Kojak du 13th precinct new yorkais.  Des flics qui doivent souvent adapter la loi à la justice pour résoudre des enquêtes ou des meurtres sordides.

Scorpio est le prototype du tueur en série que seule une balle pourra arrêter et la longue séquence de la remise de la rançon qui se termine par la fameuse scène à la Croix de Mount Davidson (lieu qui servit à un épisode analogue des SOSF) est superbe. Avec déjà l’habitude de contredire les ordres (en mettant un cran-d’arrêt dans la chaussette). Bah, non, Callahan ne sert pas son pays, il sert ses concitoyens comme il le précise dans une longue tirade de L’inspecteur ne renonce jamais (troisième volet).

La scène du stade que tu décris fait partie de celles qui ont épouvanté les bien-pensants (c’est toujours le cas), mais c’est toujours au service du concitoyen, pas de l’Etat. D’ailleurs, toutes les scénettes que tu as sûrement mis sur le compte de la lenteur du film, font partie de ces petites touches qui font le personnage (la fausse filature qui s’achève par un passage à tabac, la rencontre dans le parc avec le gay….).

Harry Callahan, Mike Stone, Theo Kojak mais aussi Dan Madigan et d’autres dépeignent le quotidien de flics urbains à travers d’histoires le plus souvent très bien écrites car d’anciens policiers ont participé à l’écriture.  Mais cela n’ rien à voir avec Bauer qu’on peut comparer à Bond, mais pas à un inspecteur ou lieutenant de police.

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Dim 5 Juil 2015 - 12:14

L'inspecteur Harry/ Dirty Harry a fait l'objet de nombreuses études ou critiques, soit sur le film, soit sur le personnage.
Quatre en français:

DVDClassik

http://www.dvdclassik.com/critique/l-inspecteur-harry-siegel
Certains observateurs ont également pu être agacés par l’hommage rendu aux policiers morts en service qui ouvre le film. Mais tout cela ne doit pas faire oublier que L’Inspecteur Harry est l’un des tous meilleurs films policiers de l’histoire du cinéma, qui n’a pas pris une ride, et qui continue à marquer de son influence le cinéma d’action.


Version gauchisante 'remaniée'

http://www.avoir-alire.com/l-inspecteur-harry-la-critique

Doté d’un budget de 4 millions de dollars (de l’époque), ce polar urbain violent fut un triomphe inattendu, glanant 28 millions de dollars (toujours de 1971) rien qu’aux États-Unis. Le film fut bien moins rentable en France où il est sorti avec l’infamante interdiction aux moins de 18 ans, tandis que la presse lui est tombée dessus en traitant les auteurs d’immondes fascistes.Tout l’argumentaire classique est ici déployé : une misanthropie poussée à l’extrême, une légère pointe de racisme, quelques notations homophobes, une critique d’une justice trop clémente envers les criminels et une propension à pratiquer une justice expéditive. Toutefois, l’intelligence des auteurs permet de nuancer ces quelques dérapages volontaires. Grâce à une réalisation maîtrisée (la magnifique séquence de poursuite dans le stade embrumé), un sens de l’économie que beaucoup de cinéastes devraient méditer aujourd’hui et une efficacité de chaque instant, L’inspecteur Harry se hisse largement en tête des meilleurs polars urbains des années 70.


L'inspecteur Harry: un fasciste ou un vrai républicain?
http://cinesium.blogspot.fr/2013/01/linspecteur-harry-un-fasciste-ou-un.html
Surtout, les critiques qui qualifient encore ce film de fasciste ou de toute autre expression équivalente (film nauséabond, d'extrême droite et autres expressions) oublient outre la morale évoquée ci-dessus, le contexte de production du film.

filmdeculte
http://www.filmdeculte.com/cinema/film/Inspecteur-Harry-L-2881.html

Le succès est immédiat et ce Dirty Harry se place comme le maître étalon d'un nouveau genre : le film d’action policier violent au héros froid et cynique. Cependant, même si le public semble friand de ce style, les critiques se montrent acerbes.Il lâchera même face à cette Magnum Force qui essaye de le recruter un succulent "I'm afraid you misjudged me", parfait pied de nez à la presse.

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Sam 19 Déc 2015 - 21:58


Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Mar 29 Déc 2015 - 14:10

Une compil des meilleures répliques de Callahan. Jouissif. Enjoy !

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Estuaire44 le Sam 9 Jan 2016 - 14:07


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Denis le Dim 10 Jan 2016 - 10:01

Sur le tournage de Magnum Force avec Ted Post.

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Callahan

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum