CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Série "Sanctuary"

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Dim 26 Juin 2011 - 22:59

Au clavier, pour ne pas changer. Laughing

Estuaire44
Empereur
Empereur

Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  TorriGilly le Dim 26 Juin 2011 - 23:01

Haha oui effectivement lool
avatar
TorriGilly
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 26
Localisation : Cergy [95]
Date d'inscription : 04/01/2010

http://the-c-w0rld.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 27 Juin 2011 - 0:10

Pour comparer :

Le générique des deux premières saisons 1010
http://www.youtube.com/watch?v=mMP-PM8oiio

Le générique de la saison 3 zero
http://www.youtube.com/watch?v=GQEzO95JtfM&feature=related
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Lun 27 Juin 2011 - 0:21

Peux-t-on en acheter les coffrets saisons 1 et 2 comprendre "Sanctuary" et démarrer à zéro si l'on n'a pas vu "Stargate SG1" car je vois que tu fais allusion à cette série ?
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 27 Juin 2011 - 0:31

Oui, il s'agit de deux séries totalement distinctes, même s'il existe de nombreuses connexions entre les équipes de production et les distributions. Sanctuary est un projet porté en grand partie par Amanda Tapping, l'une des vedettes de SG1, qui a amené pas mal de ses petits camarades avec elle, mais les deux univers sont totalement disjoints. De temps à autres il y a quelques vannes sur SG1 (notamment quand des comédiens réguliers de cette série apparaissent), mais cela reste des private jokes, amusantes mais annexes.

Une courte présentation, accompagnant la diffusion sur NRJ12

avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Lun 27 Juin 2011 - 0:49

Super. Je n'aurais pas à potasser ce qui s'est fait avant pour comprendre, comme pour "Enterprise".
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 27 Juin 2011 - 18:29

Traces de sang (Trail of Blood, 3-04, ***)
Le voici le revoilà, il nous avait bien manqué : Trail of Blood marque le grand retour de Nikola Tesla. Ce flamboyant Mastermind à l’humour caustique, dandy et fanfaron, n’ayant pas son pareil pour tisser des complots où il finit par se piéger lui-même, à la piquante relation de longue date avec Magnus, demeure l’un des meilleurs arguments de Sanctuary. Autant dire que l’on attend beaucoup de sa réapparition.

L’évènement débute avec élégance, par la découverte d’un nouveau secteur du Sanctuaire, contenant les divers artefacts réunis par Magnus. Cette caverne d’Ali Baba aux allures d’entrepôt évoque le meilleur de Warehouse 13, laissant entrevoir bien des secrets. La machinerie délicieusement Steampunk par laquelle Tesla lance son appel à l’aide se révèle une vraie merveille d’esthétisme et de ludisme. Cet S.O.S. introduit une habile dramatisation, car, connaissant l’individu, on suppose qu’il doit réellement se trouver à la dernière extrémité ! L’aventure souterraine dans laquelle se lance ensuite l’équipe du Sanctuaire conjugue avec succès la chasse au trésor et le récit d’épouvante.

Le récit bénéficie pour cela d’un superbe décor, sinistre et claustrophobique à souhait, ainsi que de l’excellente excellente animation des insectes monstrueux, dont les impressionnantes invasions ne sont pas sans évoquer celles des Réplicateurs de Stargate SG1. L’intrigue se montre également astucieuse. En un mouvement joliment conjoint, elle développe parallèlement la découverte des lieux et de celle l’embrouille dans laquelle s’est lancée Tesla. Cela nous vaut une succession de révélations diverses, tragiques ou humoristiques, entretenant ainsi sans défaillir l’intérêt du spectateur. L’introduction de la Cabale jette également un pont entre le passé de la série et son devenir, affirmant ainsi la continuité de son univers.

On se régale également avec les dialogues et les relations entre les divers personnages. Incarné à la perfection par le formidable Jonathon Young, Tesla s’impose au cœur du tourbillon, multipliant les irrésistibles prises de bec avec Will ou Henry. On se trouve véritablement au spectacle, d’autant que les auteurs ont l’habileté de nous faire percevoir le désespoir sous-jacent d’un Nikola amputé de ses pouvoirs et ce que sa quête à de désespéré, échappant ainsi au piège de l’humour vain. Sa relation très particulière avec Magnus se voit comme il se doit mise en avant, entre agacement (voire colère) et séduction chez celle-ci. De la belle ouvrage, d’autant qu’Amanda Tapping et Jonathon Young s’entendent visiblement à merveille. Seul bémol, on regrette qu’une nouvelle fois, après Bank Job, Will ne soit qu’un témoin passif de l’action. Un tendance que l’on espère éphémère.

Cet opus présentait donc toutes les chances de devenir l’un des points d’orgue de cette saison. Malheureusement il n’en va pas de la sorte, car Sanctuary retombe dans son travers coutumier consistant à scinder ses épisodes en deux scénarios totalement distincts, ici ne se rejoignant d’ailleurs même pas en conclusion. Cela condamne chacun des deux segments à une certaine schématisation et les lassants va-et-vient perpétuels entre les deux histoires empêchent de s’immerger totalement dans leur atmosphère.

De plus le segment de Bigfoot et Kate apparaît bien trop expéditif et lénifiant pour susciter réellement l’intérêt, avec comme résultat un épisode entièrement déséquilibré. Il est immédiat que durant toute cette intrigue simpliste on passe son temps à guetter le retour à l’image de Nikola. En fait, caricaturés, l’on renoue avec les défauts de Firewall : un récit bâti sur du sable, uniquement justifié par la révélation finale qu’il autorise. Et il demeure vrai que ce nouvel adversaire, que l’on espère récurrent, contient bien des promesses. Avec ses pouvoirs psychiques à l’évidence puissants, sa capacité à tuer à distance et son capuchon noir, il a tout du Maître Sith. Magnus contre Palpatine, cela promet.

Malgré cet écart, on ressort tout de même conforté de Trail of Blood, grâce aux retrouvailles réussies avec un Nikola toujours aussi irrésistible. On guette désormais la sortie du bois de Druitt, qui ne devrait sans doute plus tarder.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Mar 28 Juin 2011 - 0:54

Cette série a vraiment l'air enthousiasmante. Je vais acheter le coffret saison 1
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  TorriGilly le Mar 28 Juin 2011 - 6:31

Sanctuary revient cet automne sur Syfy pour la saison 4 :

avatar
TorriGilly
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 26
Localisation : Cergy [95]
Date d'inscription : 04/01/2010

http://the-c-w0rld.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Mer 29 Juin 2011 - 9:27

Le Costume de Walter (Hero II : Broken Arrow, 3-05, **)
Cet épisode narre la suite du médiocre Hero (2-04), qui ne constituait certainement pas l’épisode méritant le plus un tel honneur. A la décharge du présent, on reconnaîtra une louable volonté de remédier aux défauts les plus immédiats de son prédécesseur. Celui-ci se divisait d’une manière inepte en trois histoires totalement distinctes, tandis que celui-ci se concentre sur ce fameux costume de super héros composé de multiples minuscules insectes, attribuant des super pouvoirs tout en absorbant l’énergie vitale du porteur et en altérant sa personnalité. Au lieu de jourr la carte d’un pastiche se révélant bien poussif, Hero II tente plus intelligemment de développer un thriller ludique, autour de la possession et des caractéristiques de l’artefact. Enfin le principal porteur n’est pas incarné par le comédien sympathique mais un rien falot qu’est Chris Gauthier mais par Agam Darshi, qui ne laisse bien entendu l’occasion de provoquer des étincelles en jouant crânement sa partie.

Malheureusement ces évolutions, certes positives, ne pallient pas au problème de fond de l’arc Hero, qui demeure, encore et toujours, l’inadéquation du thème du super héros à l’univers de Sanctuary. Ce type d’aventures ultra codifiées nécessite plusieurs éléments pour fonctionner correctement (un flamboiement des héros et des adversaires, une surenchère de chaque instant, une prime donnée à l’action pure, une mythologie etc.). Rien de tout cela, ou si peu, se retrouve dans la série, condamnant le récit à apparaître comme une simple curiosité exogène, au mieux distrayante, au pire dérisoire. D’ailleurs toutes les séries fantastiques s’étant risqué sur ce créneau, comme Charmed (Les Protectrices) ou Warhouse 13 (Mon doux héros) se sont, peu ou prou, pareillement cassées les dents. On aboutit à des épisodes certes non déplaisants mais avant tout légers et passablement creux.

Par ailleurs Hero II n’évite pas certaines errances intrinsèques. La mise en scène demeure certes alerte, mais l’on remarque quelques imprécisions dans le traitement des images insérées de Kate Freelander, lorsqu’elle fait étalage de ses pouvoirs. Par ailleurs les scènes de laboratoire ou la personnalité d’homme d’affaires amoral du méchant évoquent trop la médiocre Cabale. On a l’impression d’un retour en arrière assez improductif, d’autant que Virgil manque singulièrement de charisme. Sanctuary nous a habitué a bien mieux en ce domaine. Introduire le tournage d’un film relatant de manière passablement détournée des évènements passés compose un procédé humoristique toujours efficace et ce ne sont pas les amateurs de Scream des X-Files (Hollywood) ou de SG1 (Wormhole X-treme) qui diront le contraire/ malheureusement les plaisanteries ressortent téléphonées et hautement prévales. Le segment n’exploite que partiellement son potentiel, d’autant que Chris Gauthier ne nous convainc pas davantage que précédemment.

L’épisode peut néanmoins s’appuyer sur l’équipe du Sanctuaire, qui vole au moins autant à sa rescousse qu’à celle de Kate. Les acteurs défendent toujours leurs rôles avec conviction et les interactions entre personnages crépitent toujours joliment. Mais la grande chance de hero II demeure la prestation totalement ébouriffante d’une Agam Darshi particulièrement en verve depuis le début de cette saison. Elle se montre sexy en diable dans sa tenue oscillant entre Batgirl et Catwoman, et apporte un indéniable brio à de nombreuses scènes. Elle exploite de nouveau à la perfection le côté canaille de Kate, dont on ne se lasse pas. Bien qu’elle compte déjà à son actif de nombreuses apparitions plus ou moins brèves dans d’autres séries, la jeune Agam Darshi pourrait bien s’imposer comme la grande révélation de Sanctuary.

Hero II parvient à distraire grâce à l’abattage de la comédienne mais n’en demeure pas moins un épisode assez mineur et périphérique. Les auteurs présentaient le nombre d’accru d’épisode comme un atout, permettant de construire des arcs narratifs forts et novateurs. Réitérer, certes en améliorant, des opus médiocres apparaît en nette contradiction avec cette vison. Autant dire que l’on a hate de renouer avec les intéressantes perspectives ouvertes depuis le début de la saison.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Mer 29 Juin 2011 - 23:59

A te lire, on a l'impression que la saison 3 est moins bonne que les deux premières ?
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Jeu 30 Juin 2011 - 0:05

j'ai trouvé la 2 meilleure que la 1, pour la 3 je n'ai pas encore d'avis, je découvre au fur et à mesure.Là on tient un excellent épisode, on sent que l'on entre dans le vif du sujet.


Les Lycans (Animus, 3-06, ****)
Pour une fois la tendance de Sanctuary à deviser ses récits en segments tout à fait distincts ne porte pas préjudice à l’épisode. En effet les deux histoires du jour vont se révéler abouties et enthousiasmantes.

Le récit le plus développé relate l’expédition de Will et Henry en Angleterre, enquêtant sur une mystérieuse clinique psychiatrique, abritant en fait un asile secret pour Loups garous soignant leur pathologie (et non leur malédiction, Sanctuary relevant de la Science-fiction), mais dissimulant en définitive des menées autrement plus sinistres. Ons e retrouie donc face à une nouvelle aventure en milieu hospitalier, mains contrairement à Fragments, Animus va éviter tous les poncifs lacrymaux familiers du genre.

Au contraire l’épisode nous offre une enquête astucieuse et rondement mené. De plus celle-ci aussi humour et action à un discours à la remarquable intelligence sur la Lycanthropie comme parabole de nos angoisses pulsions. Dépouillé de ses attributs gothiques, le mythe retrouve sa quintessence et permet de relater une fable habile et sensible sur les nécessaires périls de la liberté et sur la prise de conscience que tout un chacun doit développer face aux manipulations exploitaient ces aspects obscurs. La mise en scène joue habilement du contraste entre des paysages ensoleilles et charmants, vii à vis d’un espace froid et clinique, tout en couloirs sinistres.

Les différents sentiments exprimés sonnent tout à fait justes, notamment grâce à une excellente interprétation et des dialogues dépourvus d’ostentation. De plus l’option retenue d’une explication scientifique de la Lycanthropie n’empêche pas l’installation d’une vraie atmosphère, d’autant que Sanctuary choisit judicieusement de représenter ceux-ci sous une forme singulièrement proche de la notre. L’ombre de L’Île du Dr Moreau plane sur ce face à face troublant entre humanité et bestialité. L’histoire permet également d’enfin retrouver Will comme acteur à part entière de l’action, , même si elle demeure avant tout un bel hommage à ce formidable personnage que compose Henry.

Malgré cette réussite c’est bien à son autre versant qu’Animus doit de s’imposer comme le meilleur épisode depuis le lancement de la nouvelle saison. En effet les auteurs ont la formidable idée de faire coopérer Magnus et Nikola Tesla lors de la résolution de l’énigme de la ville holographique, sans qu’aucun autre personnage n’interfère. Ce procédé permet de tirer le meilleur parti de la situation, avec un Tesla particulièrement en verve, multipliant les raisonnements acrobatiques, les prodiges et les saillies, tout en plastronnant comme jamais et en en réitérant sans désemparer ses tentatives de séduction d’Hélène.

On s’amuse sans réserve, d’autant que Magnus n’est certes pas en reste dans le décochage de pointes bien affutées. Les dialogues crépitent, notamment lors de l’irrésistible échange autour des Elfes de maison d’Harry Potter. On assiste également à une exploitation visuellement magnifique des diverses potentialités offertes par cette ville futuriste miniatures. L’équipe technique de la série manifeste décidément un goût très sûr. Le clin d’œil associant Vampires et Lycans au sein d’un même épisode apparaît fort bien trouvé, on ne serait pas surpris de voir surgir Kate Beckinsale !

L’on ne regrettera pas l’absence de Kate et de Big Guy, mis en valeur lors des opus précédents, éventuellement la brièveté marquée de la confrontation Hélène/Magnus, si irrésistible. De fait Nikola résout le mystère avec une facilité un rien déconcertante, mais il est vrai que la série a postulé dès le commencement. le génie scientifique du sulfureux « Père de l’électricité ». De plus la carte d’un trésor ne constitue jamais que la première étape de l’aventure et l’alliance effectivement électrique entre Magnus et Tesla promet immensément, d’autant qu’il n’est pas écrit que leurs objectifs coïncident tout à fait…





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Jeu 30 Juin 2011 - 10:25

NRJ12 rediffuse actuellement la série, le samedi à 17h20, par rasades de trois épisodes.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 4 Juil 2011 - 7:17

Le Survivant (Breach, 3-07, ****)
Cet épisode dense et nerveux se centre sur un haletant duel opposant Magnus à un mystérieux ennemi, au sein d’un immeuble abandonné, isolé du reste du mode par une considérable accélération du flux temporel. Toute l’action se déroule en fait en moins d’une seconde. Et de fait le temps parait effectivement passer très vite, tant Breach se révèle captivant et ce à plus d’un titre.

L’adversaire du jour se montre particulièrement riche, de par son apparence étrange comme par le mystère de son identité, que l’on devine très vite reliée au passé mouvementé d’Hélène Magnus. Ses étonnants pouvoirs (ouvertures de brèches spatio-temporelles) lui permettent de dresser de nombreux chausse-trappes au sein d’un décor tout en dédales de couloirs, convenant à merveilles aux embuscades. Dès lors le récit va pouvoir narrer, sur un parfait tempo, l’opposition entre ces dons et l’intelligence d’Hélène. De déséquilibré, le combat devient vite plus âpre, tandis que le triomphe final de Magnus ne doit rien à la facilité.

La révélation de l’identité d’Adam tient toutes ses promesses, car elle permet de retrouver tout le contexte historique passionnant des Cinq, l’un des courants narratifs les plus féconds de Sanctuary. On apprécie également la connexion au thème central de la saison (ce qui promet d’autres révélations tonitruantes), ainsi que la référence astucieuse à l’inépuisable mythe de Dr Jekyll et Mister Hyde, toujours si présent dans le fantastique anglo-saxon, comme l’a récemment démontré Moffat. Le brillant Ian Tracey (le sectionné des membres Leonard 'Rappo' Trimble dans l’épisode The Walk des X-Files) se montre impressionnant de présence dans ce double rôle malaisé.

La mise en scène sert également magnifiquement ct épisode tourné en quasi temps réel et dans un huis clos particulièrement oppressant. La caméra demeure sans cesse mobile, accompagnant l’action au plus près et n’hésitant pas à passer en vue subjective, pour des effets toujours réussis. Cette lumière verdâtre perpétuelle, idéalement glauque, redonne une impression de cauchemar éveillé parfaitement restituée. L’art des effets spéciaux propre à Sanctuary accomplit derechef des prouesses, notamment lors des étonnantes scènes sur le toit de l’immeuble.

Breach représente enfin un superbe récital d’Amanda Tapping, à qui le noir sied décidément à merveille. Elle met en œuvre l’énergie et la conviction qu’on lui connaît lors d’une performance physique impressionnante, ce qui n’empêche pas une vraie finesse du jeu lors des dialogues. On félicite également la cascadeuse la doublant lors de scènes les plus périlleuses, sa prestation s’avère des plus convaincantes. Episode totalement hors normes au sein de Sanctuary, Breach s’impose grâce à Amanda Tapping comme un exercice de style ébouriffant et virtuose. L’entrée en scène d’Adam s’avère une réussite augurant favorablement des évènements à venir.






avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Lun 4 Juil 2011 - 18:03

Je comprends mieux, Amanda Tapping s'appelait Samantha Carter dans les Stargate, donc ce "Sanctuary" n'est absolument pas un spin of même si des allusions sont faites aux comédiens ayant joué avec elle dans "Stargate".
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 4 Juil 2011 - 18:41

Exactement ! Very Happy
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  TorriGilly le Lun 4 Juil 2011 - 22:09

Ouais y'a le gros de l'équipe de Stargate qui est sur Sanctuary, mais niveau histoire, il n'y a aucun rapport hein hein
avatar
TorriGilly
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 26
Localisation : Cergy [95]
Date d'inscription : 04/01/2010

http://the-c-w0rld.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Jeu 7 Juil 2011 - 15:04

Docteur Jekyll et Mister Hyde (For King & Country, 3-08, ****)
L'épisode pivot à plus d'un titre que constitue For King & Country introduit un arc narratif feuilletonnant, se prolongeant jusqu'à la fin de la première partie de la saison. Les événements vont se précipiter et converger vers la mystérieuse cité souterraine représentant le thème transversal de la plupart des épisodes vus jusqu'ici; A cette fin, débutant par un récapitulatif parfaitement rythmé, For King & Country fédère efficacement les différentes pistes suivies jusqu'ici, imposant Adam. comme le machiavélique rival du Sanctuaire dans la course aux merveilles cachées de la Cité. Les différents pièces du puzzle s'emboîtent avec élégance, lançant la dernière séquence dans les meilleurs conditions possibles.

L'adversaire encapuchonné de Big Guy et Kate reste encore en suspens et va sans doute occuper la place du traditionnel récit secondaire, technique dans Sanctuary raffole tout particulièrement. Kate et Big Guy apparaissent effectivement comme les membres du Sanctuaire les moins personnellement concernés par les évènements en cours et on observe qu'avec pertinence ils demeurent totalement absents du présent opus.

Mais For King & Country atteint toute sa dimension en s'imposant comme l'épisode que l'on attendait depuis le début de la série, précisant enfin les circonstances historiques de la création du Sanctuaire (et les origines de ses colossaux moyens financiers), ainsi que sa connexion au passionnant roman que représente l'épopée très Gaslight des Cinq. On retrouve avec plaisir les membres disparus du groupe, dont le Dr Watson, toujours impeccablement interprété par Peter Wingfield. L'épisode joue habilement des différentes époques et d'éléments fantastiques divers, notamment grâce à de nombreux flash backs, fluides et parfaitement intégrés au récit.

Les Cinq trouvent avec Adam ce dont a vitalement besoin tout groupe de ce type : un adversaire à la hauteur. Sa machination visant à répandre sa toxine trouve sa source dans sa folie particulière et les artistes graphiques de la série campe un nouvel superbe artefact grâce à sa machine. On pourra certes regretter que le duel ne soit pas davantage développé mais, même seulement évoqué, il parle agréablement à l'imagination. On pourrait facilement susciter une passionnante série dérivée avec ces figures hétéroclites et hautes en couleurs, entremêlant audacieusement personnages réels et littéraires, et synthétisant le meilleur de la Ligue des gentlemen Extraordinaires.

Outre son rôle de fondement de la mythologie de la série, For King & Country n'oublie pas de développer son propre récit. Si ses diverses scènes avec Hélène, mordantes ou passionnément romantiques, s'avèrent très relevées, Druitt (enfin de retour) demeure certes encore peu actif, en dehors de son rôle narratif. Toutefois Nikola Tesla, comme si souvent, s'érige en cheville ouvrière de l'intrigue. C'est avec un amusement certain que l'on observe son esprit sans cesse industrieux tisser sa toile, embobiner Henry, circonvenir Hélène, percer à jour Adam etc. Quelle mouche du coche !

Le maître coup survient quand il a habileté de manipuler Will, soit le personnage se méfiant initialement le plus de lui, pour que celui-ci fasse définitivement basculer le Sanctuaire dans la quête de la cité, en passant outre la volonté d'une Hélène affaiblie. On ne doute pas du succès du plan, sans aucun doute destiné à la découverte de son Graal personnel. Cette exploitation de la santé déclinante de son amie paraît passablement cynique, mais Nikola Tesla se situe toujours à son meilleur quand il laisse transparaître son côté obscur.


Éclairant avec un éclatant panache les zones d'ombres tout en dynamisant l'intrigue principale de cette saison, For King & Country s'affirme comme un épisode particulièrement enthousiasmant et prometteur. L'ambition narrative de Sanctuary atteint son zénith.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Ven 8 Juil 2011 - 1:33

D'après tes chroniques, Estuaire, et des extraits vus sur Youtube, la série semble passionnante. Il y a, à mon avis, une grosse baisse de qualité des séries policières et cela incite des gens comme moi à regarder du côté de la SF et du fantastique.
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Sam 9 Juil 2011 - 2:55

La Clé de Voûte (Vigilante, 3-09, ***)
Après l’époustouflant déferlement de révélations capitales caractérisant For King & Country, Vigilante retrouve des allures plus coutumières. Certes l’intrigue principale continue à progresser, mais elle se voit pénalisée, comme trop souvent, par le développement trop gourmand en espace d’une intrigue secondaire. Comme l’on pouvait largement le prévoir, ce perpétuel Talon d’Achille de Sanctuary se manifeste ici à travers la poursuite de l’enquête de Kate et Big Guy. Or, malgré un accent malencontreusement mis sur cet aspect, alors que l’on attendait avec effervescence la poursuite de la grande chasse au trésor, ce segment ne convainc pas totalement.

Une grosse moitié d’épisode ne peut suffir à bâtir une intrigue suffisamment dense et l’on revoit fleurir les abus de facilités scénaristiques et les embarrassantes accélérations, à un degré moindre que dans Trail of Bood, il est vrai. De plus l’on demeure tout de même déçu de ce que révèle la personnalité naguère prometteuse de l’adversaire : un seri&l killer de créatures, passablement caricatural et ne pesant pas bien lourd face au Sanctuaire. La partie se révèle par trop déséquilibrée pour réellement intéresser (sans même parler de l’assistance apportée par Tesla, n’en jetez plus !).

De plus la conséquence principale de l’évènement demeure l’entrée en scène d’un nouveau personnage, sans doute semi récurrent, en avec l’Agent Abby Corrigan, dont les amateurs des X-Files estimeront qu’elle semble plus proche de Leyla Harrison (en moins amusant) que de Dana Scully. Pour l’instant elle ne suscite guère d’enthousiasme, mais l’on sait qu’il s’avère souvent difficile pour un e nouvelle figure d’intégrer une série, alors laissons le temps au temps.

La suite de la quête principale paraît sensiblement plus convaincante, même si elle souffre aussi de la précipitation induite par la faible durée impartie. Heureusement les pouvoirs de téléportation de John surviennent à point nommé pour justifier au mieux ces passages ultra rapides entre la Mongolie, Londres, l’extrême Orient l’Amérique… Les différentes péripéties, palpitantes à souhait, achèvent de replacer John Druitt au centre d’un récit, comme arme la plus puissante et sûre dont dispose Hélène. Vigilante doit beaucoup au talent sans failles de Christopher Heyerdahl, aussi impressionnant en Montague John Druitt que sous le déguisement de Big Guy, de la belle ouvrage.

Ace propos on apprécie avec quel ton impérieux elle fait payer sa félonie à Nicola, en le mettant temporairement hors jeu (mais en tout œuvrant à son dessin…). We are not amused, aurait pu s’exclamer la très britannique Hélène Magnus ! Sanctuary fait une nouvelle fois avec talent l’étage de ses capacités, en suscitant divers paysages virtuels absolument convaincants et superbes. Cette traque de la Clé recélant le secret de cette carte aux inépuisables surprises et animations renoue avec cette atmosphère à la Indiana Jones que l’on apprécie tout particulièrement. Sanctuary a d’ailleurs l’habité de situer l’entrée du monde souterrain au Tibet, évoquant le mythe de la Terre Creuse, de l’Agharta et de sa capitale Shambala.

Par ailleurs, si Vigilante ne se montre pas irréprochable dans la narration de l’action, il compense cet hnadicap en jouant pleinement et avec succès la carte du relationnel. En effet, par des échanges tour à tour divertissants ou émouvants, il met joliment en exergue les liens existants dans cette famille si forte d’être librement consentie que constitue le Sanctuaire. Il en va ainsi de la complicité entre Kate et Big Guy mais aussi Henry, le rapport de mentor à élève entre Magnus et un Will totalement écrasé par direction du Sanctuaire mais se débattant vaillamment, l’esprit canaille et sardonique d’un Tesla s’intégrant toujours davantage dans l’équipe (à quelles fins ?), du début d’idylle transparent entre Will et Abby etc. L’événement central demeure cependant la confirmation de la résurgence du sentiment amoureux entre John et Hélène, lors de scènes finement soupesées qui raviront certainement leurs shippers. Les acteurs excellent comme toujours et la série parvient à donner pleinement vie à chaque personnage, malgré leur nombre finalement assez imposant. Un solide indice de qualité d’écriture !





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Dim 10 Juil 2011 - 22:18

3-10) Voyage au centre de la Terre (The Hollow Men, 3-10, ***)
Après avoir suscité tant d’espérances, il demeurait difficile pour la série de ne pas provoquer quelques désillusions une fois les brumes dissipées et Praxis révélée. Et pourtant Voyage au centre de la Terre va parvenir à franchir victorieusement ce cap malaisé, sans toutefois éviter quelques maladresses.

Une fois n’est pas coutume, soulignons la justesse du titre français, avec sa pertinente allusion au grand Jules Verne. Ceci correspond idéalement au thème de l’épisode, mais aussi à l’admirable tendance de Sanctuary de fusionner avec personnages trames historiques te littéraires. L’on ne serait d’ailleurs pas surpris que le Nantais et ses Voyages Extraordinaires apparaissent au détour d’une prochaine aventure des Cinq !

La progression mouvementée vers Praxis retrouve, comme souvent depuis le début de cette saison, de délectables accents à la Indiana Jones. La séparation de l’expédition en deux groupes se révèle une bonne idée, permettant de multiplier les effets réussis, sans pour autant émietter le récit. Les péripéties s’avèrent variées et souvent trépidantes, du tremblement de terre jusqu’à l’animation d’un spectaculaire Basilic, en passant par les manifestations de haute technologie de plus en plus fréquentes à fur et à mesure que l’on approche de la mégapole souterraine. Cette diversité maintient au plus vif l’intérêt du spectateur, d’autant que la mise en scène demeure nerveuse à souhait. Voyage au centre de la terre évite le piège du tout action, en ménageant des pauses lors de dialogues amusant entre les personnages, ou la rencontre exotique avec cette famille vivaient en marge des deux mondes, suscitant une vraie poésie. Un moment d’humanité fort bienvenu.

Le moment tant attendu survient quand l’équipe du Sanctuaire parvient dans de dramatiques circonstances à Praxis. L’apparence de la cité ne constitue pas une surprise absolue, puisque déjà annoncée par la carte holographique, mais le changement d’échelle et de perspective apporte immensément. Les merveilleux artistes de Sanctuary parachèvent une fusion parfaitement aboutie entre différents styles provenant du Fantastique comme de la Science Fiction (Steampunk, Gaslight, hyper technologie…), le tout dans un environnement savamment suranné, on pense d’ailleurs beaucoup aux fabuleux albums de Blake et Mortimer. Le spectateur ne pourra qu’être émerveille, entre autres, pae ce zeppelin magnifiquement décalé.

La richesse de son univers permettrait à Sanctuary de donner naissance à un formidable Jeu de rôles, dont le supplément « Praxis » représenterait l’un des sommets. On regrette que la balade ne soit pas plus développée, mais l’opus ne constitue que la première partie d’un double épisode. De prometteurs développements s’annoncent dans les dédales, les fascinants édifices et le abîmes de Praxis. La crise que traverse la ville et les menées d’Adam, plus décidé que jamais à remporter la partie lors de la dernière manche, annoncent un conclusion paroxystique pour ce gigantesque arc narratif.

Malheureusement Voyage au centre de la Terre n’évite pas certaines facilités, minorant regrettablement son succès. On reste assez confondu de la facilité avec laquelle John Druitt tombe dans le piège pourtant passablement évident tendu par Adam. On l’aurait mieux admis de la part d’une belle âme comme Will ou Henry, mais venant d’un aventurier chevronné et cynique (et tueur fini…) comme lui, cela semble improbable. Par ailleurs l’absence de Nikola Tesla se prolonge trop. Même si l’on comprend la méfiance qu’il suscite, sa personnalité hors normes nous manque. On n’aperçoit quasiment des habitants humains, sans doute par souci d’économies. Surtout le cliffhanger final, traditionnel dans un double épisode, rate son effet par abus de spectaculaire et d’invraisemblance. Personne ne peut croire à l’exécution soudaine de toute l’équipe. On y dénote intensément une mise en scène, ce qui prive la péripétie d’une grande part de son impact.

Ainsi s’achève la première moitié de cette saison, dont la diffusion connut une césure importante, de décembre 2010 à avril 2011. Un procédé dont n’on perçoit mal les avantages mais qui semble dans l’air du temps puisque la saison actuelle de Dr Who procède de manière similaire.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Lun 11 Juil 2011 - 1:37

La photo avec le zeppelin au dessus de la cité évoque les couvertures de roman SF. Des dessins parfois un peu naïfs mais qui titillent l'imagination.
On retrouve ce genre de décors dans le premier épisode de la saison 2 de "Enterprise" lorsque nous sommes propulsés au 31è siècle.
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 11 Juil 2011 - 16:26

Tout à fait, le décor évoque également plusieurs BD et Comics.

Pax Romana (3-11, ***)
Pax Romana lance la seconde partie de cette saison au long cours (pour laquelle l'on ne dispose pas encore des titres d'épisodes français), tout en concluant l'arc narratif de Praxis, particulièrement développé et ambitieux. Autant dire que les attentes se situaient à la hauteur du défi !

Avec pertinence, l'épisode évacue rapidement le pseudo suspense issu du cliffhanger du précédent. Helen est réanimée quasi immédiatement , et obtient qu'il en aille de même pour ses compagnons, en échange de l'aide dont Praxis a désespérément besoin. Cet aléa quelque peu superfétatoire présente néanmoins l'intérêt de nous offrir une superbe confrontation entre Helen et Ranna, la leader du monde souterrain, impeccablement interprétée par Polly Walker (la vénéneuse Atia Julii de Rome). Ranna, maîtresse femme, apparaît finalement assez proche de Magnus, quoique marquée par la crise vitale que traverse sa ville. Ses idéaux se rapprochent également de ceux du Sanctuaire. L'histoire de l'opposition puis de l'amitié naissant entre ces deux forts caractères apparaît certes classique, mais fort éloquemment narrée. Un trio exclusivement féminin va d'ailleurs se créer avec Kate, lors de la périlleuse expédition visant à sauver le noyau d'énergie géothermique de la ville. On trouve ici une nouvelle preuve de la tendance très positive de Sanctuary à développer des rôles féminins affirmés, voire parfois rudes.

Un effet nostalgie jouera également pour le spectateur (déjà) quadragénaire. En effet cette histoire de voyageurs provenant de la surface pour sauver le noyau d'une ville souterraine évoque ce bijou du Fantastique français que demeurent Les Mondes Engloutis (1985), aux sublimes mélodies de Vladimir Cosma. La nature vivante et quasi divine de la version locale du Shagma permet par alleurs de raccorder cette épopée à celle de Kali, structurant efficacement la cohérence de l'univers de Sanctuary. Les différentes scènes d'action de l'opération de sauvetage développent un joli suspense. D'autre part; si l'accent est bien entendu mis sur Magnus, Kate et Ranna n'apparaissent pas sacrifiées et apportent leur écot à cette belle réussite collective.

Sur l'autre versat de cette intrigue menée tambour battant, on pourrait certes regretter que le grand plan d'Adam se résume à un simple raid au coeur de Praxis, visant à s'emparer de l'Artefact le plus puissant de Cité. Mais le commando est mené de main de maître et entraîne une course contre la montre absolument ébouriffante, d'autant que ce diable d'homme semble avoir anticipé toutes les contre attaques imaginables. La progression du commando et les divers affrontements en résultant constituent par ailleurs un excellent prétexte pour visiter de nouveaux décors de Praxis, avec des réalisations toujours aussi réussies. Même le retour de Magnus semble impuissant à bouleverser le cours des évènements, quand survient une scène absolument magistrale.

Adam trouve son destin lors du retour ensanglanté mais victorieux de John Druitt. Celui-ci confirme à cette occasion que, malgré l'irruption de son compétiteur, il demeure bien bien le prédateur absolu de Sancturay (en même temps que le grand amour qu'Helen, ce qui particpe aussi à son charme). L'ellipse masquant la scène gore que l'on devine alors (soulignée par le message écrit avec le sang d'Adam) lui confère plus d'impact encore. Ceci-dit, Pax Romana évite soigneusement de nous montrer la dépouille du vaincu. De là à imaginer des rebondissements futurs, il y a un pas que l'on n'hésite pas à franchir. L'affrontement n'oublie pas de mettre en oeuvre les divers sinistres alliés d'Adam, aperçus au cours des épisodes précédents, d'où une impression de bilan tombant à pic au moment où ce premier grand segment de la saisons s'achève.

Cette histoire haletante se conclue d'ailleurs sur une atmosphère de paix et d'équilibre retrouvé, voyant Magnus enfin retrouver son père. Pax Romana aura réussi à habilement conclure les différentes histoires en cours, tout en ouvrant la porte à de prometteurs développements de l'univers. La seule réelle réserve suscitée par l'épisode demeure la totale absence de Tesla. Certes la série aura empilé à peu près tous les obstacles humainement imaginables à son intervention, mais on espérait encore un peu, après tout il s'agit de Nikola ! A ce propos la saison paraît quelque peu déséquilibrée, nous régalant à hautes doses d'un Tesla en roue libre, avant de nous en priver subitement, d'où un effet de manque certain ! Mais il reste encore neuf épisodes, soit largement assez de temps pour entrelacer de nouveaux complots afin de s'emparer du Premier Sang...





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Lun 11 Juil 2011 - 21:15

Hangover (3-12, *)
Hangover marque le premier véritable échec de Sanctuary cette saison, avec une claire impuissance à rebondir dans la foulée de l’épopée de Praxis. Hangover n’apparaît certes pas tout à fait ennuyeux mais terriblement anodin. On aurait été sans doute plus indulgent en début de saison, mais le différentiel d’intérêt et de souffle épique entre cet opus et Pax Romana s’avère par trop destructeur. Le sujet du jour se montre confondant par son caractère suranné : la patronne doit s’absenter et laisser les commandes du Sanctuaire à l’équipe (Tesla s’est hélas éclipsé), avec mission de mener à bien l’importante visite d’une responsable des Nations Unies. Bien entendu les catastrophes vont s’enchainer, avant que Magnus ne réapparaisse pour tout arranger. On dirait un épisode de Bewitched, où Tabitha ferait des bêtises durant une visite d’Alfred, au grand effondrement de Jean Pierre, avant que Samantha etc. Voilà tout l’histoire, au comique passablement éculé. Helen conclura qu’il ne s’agit en définitivea que d’une journée parmi tant d’autres au Sanctuaire, on ne peut que l’approuver.

Les facultés psychiques trop visiblement calibrées d’une créature constituent la source des diverses mésaventures subies par les membres de l’équipe. Comme pour raboter encore davantage l’intérêt de l’intrigue, les auteurs le rendent sympathique, mais sans retrouver l’humour malicieux des Nubbins, avec pour résultante une mièvrerie assez désarçonnante. Certes les dialogues entre Hélène et ses divers coéquipiers demeurent occasionnellement divertissants, mais la mise en scène, confinée dans le bâtiment, semble également davantage appliquée qu’inspirée. L’exposition des rapports existant entre le réseau des Sanctuaires et l’ONU manque également son coup.

La survenue d’une crise majeure aurait pu donner lieu à un thriller politique original au sein de la série, bousculant agréablement l’univers de Sanctuary et permettant de développer un second arc scénaristique prometteur durant la seconde partie de la saison. Hélas, tout comme dans Bewitched, la conclusion se résume à un charmant happy end. On boit du thé entre personnes de bonne compagnie et l’on réalise un amical tour du propriétaire. Rideau. Les auteurs se rendent bien compte de la faiblesse insigne de leur argument et tentent d’y remédier par une révélation à contre temps. Helen démêle ainsi les évènements lors de son retour, mais le précédé fait rapidement long feu, transparaissant comme un simple cache misère.

Jamais Nikola et John nous auront autant manqué. Il ne reste plus au spectateur qu’à espérer qu’Hangover soit un simple accident de parcours et que le reste de la saison ne se montre pas de la même eau. Tel quel ce trou d’air massif ne demeurera pas sans conséquences car, dès l’opus suivant, la série subira une disparition de près de la moitié de l’audience. Cette baisse s’enracinera dans le temps et le public ne reviendra à son niveau coutumier que pour le grand final de saison, d’ailleurs fort heureusement pour le devenir de Sanctuary !





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Lun 11 Juil 2011 - 21:50

Il est plus facile de faire une saison de treize que de vingt deux épisodes. Cela expliquerait la baisse de qualité que tu constates dans la saison 3;

Au fait, "Les mondes engloutis" était bien un dessin animé ?
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Mar 12 Juil 2011 - 3:07

C'est clair qu'avec seulement 13 épîsodes il y a une ffet d'écrémage, un épisode comme hangover n'aurait jamais été tourné.

Oui, un dessin animé ambitieux et imaginatif, même si l'animation ne suivait pas toujours
.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Mar 12 Juil 2011 - 11:21

One Night (3-13, **)
On saura gré aux auteurs d'avoir voulu sortir des sentiers battu en lorgnant vers le policier. Certes Will et Abby sont enlevés pour guérir un chef de gang blessé par une créature, mais on pourrait facilement faire basculer l'intrigue vers un schéma plus classique. Il s'avère également judicieux d'avoir centre tout le scénario là-dessus, au lieu de diviser l'action comme à l'accoutumée dans Sanctuary (les agissements des autres membre du Sanctuaire demeurent essentiellement périphériques). De même le pari d'avoir centré le récit sur toute une nuit particulièrement stressante paraît agréablement ambitieux.

Malheureusement One Night tient nettement bien la distance quel e huis clos similaire de Bank Job, notamment du fait de dialogues et situations davantage convenus, et d'un suspense moins ludique. Personne ne peut douter du succès final de Will et Abby, tandis que ne pas savoir chez qui se dissimulait le monstre ouvrit la porte à bien plus d'imprévus Le scénario reste très simple et la répétition des tentatives d'évasion, même correctement exécutées, finit pas lasser. La révélation des vraies motivations de Sioux et de l'intrigue plus vaste se déroulant au dehors survient bien trop tardivement pour influer sur l'impression de surplace laissée par l'intrigue.

Par ailleurs si l'interprétation de Robin Dunne se montre sans failles, il n'en va pas de la sorte pour la brune et sculpturale Tinsel Korey (Emily dans Twilight), qui joue avec nettement trop d'emprunt son rôle de tueuse glaciale. Dommage car Sanctuary parvient la plupart du temps à camper des personnage féminins forts. A l'inverse Pascale Hutton s'avère convaincre mais cette fois c'est son personnage, bien trop lisse, qui ennuie rapidement. Il se confirme qu'Abby ne constitue pas une recrue des plus judicieuses pour le Sanctuaire.

One Night peut cependant compter sur une mise en scène réussie de la part d'une Amanda Tapping passant derrière la caméra, pour la deuxième fois après Veritas. Orchestrer et dynamiser un huis clos représente un exercice malaisé et elle y parvient correctement. Les diverses potentialités offertes par des décors générés par ordinateurs se voient exploitées, dont un effet zoom passablement vertigineux On apprécie chez Amanda l'élégance et la modestie d'avoir quasiment oblitéré Magnus, ( qui n'apparaît qu'en fin de partie), afin de pouvoir se concentrer pleinement sur la réalisation.

A son image One Night demeure ainsi épisode aux nombreuses bonnes intentions, mais hélas souffrant de son argument trop limité et linéaire.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Mar 12 Juil 2011 - 22:34

Metamorphosis (3-14, ****)
Métamorphosis raconte la transformation progressive et inexorable de Will en un monstre humanoïde écailleux, une conséquence inattendue de son voyage au centre de la Terre. Certes, tel quel, le thème n’apparaît pas bouleversant de nouveauté. On songe bien entendu à La Métamorphose de Kafka, auquel le titre fait clairement allusion, mais aussi à divers scénarios de Stargate SG1, où un membre de l’équipe se trouve pareillement en fâcheuse posture suite à une expédition, et où la solution provient souvent de Sam, tout comme ici d’Helen (le réalisateur Andy Mikita est d’ailleurs une valeur sûre de Stargate).

Cependant Metamorphosis s’extirpe totalement du piège de redite, grâce à sa réalisation originale. En effet Mikita a l’excellente idée de tourner la majeure partie des évènements en caméra subjective, les considérants vus à travers les yeux de Will lui même. Au-delà de l’immédiate originalité et de l’époustouflante démonstration de la maîtrise technique atteinte par Sanctuary, le procédé se révèle judicieux. Les sauts d’image et les angles subtilement distordus confèrent parfois au récit une atmosphère de cauchemar éveillé, mais, surtout, nous nous identifions ainsi totalement à Will au cours de cette interminable plongée aux enfers. D’un simple récit d’aventures nous basculons ici dans une narration bouleversante d’humanité. Les scènes où Will perd la sienne, fragment par fragment, comptent parmi les plus fortes et éprouvantes de la séries. Ce résultat se doit également au talent de Robin Dunne mais aussi à d’autres excellentes idées de mise en scène comme l’aperçu de la dégradation physique à travers de brèves images aperçues du coin de l’œil. Le ressenti en ressort d’autant plus intense, l’effet se montrera d’ailleurs inférieur quand, enfin de parcours, il n’y aura plus d’autre choix que de monter la créature en vue directe.

Cette belle chronique de la véritable famille que forme le Sanctuaire s’entend également à mettre en valeur les relations existant entre les divers personnages, ainsi que la vie quotidienne de l’institution, élément finalement assez rare. Les diverses émotions suivent un dégradé habile et éloquent, concomitant à celui expérimenté par Will : humour et réconfort quand les dommages demeurent seulement physiques, puis désarroi et angoisse quand la situation devient autrement plus grave, avant de basculer dans l’horreur quand Will sombre dans sa nuit. Toutes ces scènes manifestent sincérité et pudeur et contiennent plusieurs moments particulièrement sensibles, que cela soit dans le registre comique (la cave à whisky, le lustre) ou celui de l’émotion pure. On se sent touché au cœur quand Kate doit lui donner à manger à la becquée à, bouleversée mais prenant sur elle afin de préserver la dignité de son ami.. Agam Darshi se montre une nouvelle fois enthousiasmante.

Metamorphosis rend plus éclatant encore son succès en ne se contentant pas d’une démarche psychologique déjà parfaitement aboutie. Le combat désespéré d’Helen instille un constant suspense, ne baissant jamais d’intensité. La liaison établie avec Praxis rattache agréablement l’opus au grand arc scénaristique précédent. L’épisode demeure de fait également un portrait très sensible d’une Hélène Magnus refusant obstinément de perdre à nouveau l’un des siens. Il permet à Amanda Tapping d’accomplir une brillante démonstration de son talent et de son charisme en irremplaçable chef de bande. Le tag final, un petit bijou de drôlerie et de soulagement, permet d’ailleurs de confirmer à quel point la complicité de Magnus et de Will se situe au cœur de Sanctuary. Il rappelle également à quelle point Helen (toujours suprêmement élégante), hormis Kate, a affaire à de sacrés Geeks !





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Patricks le Mer 13 Juil 2011 - 3:05

Cette saison 3 me semble inégale enchaînant réussites et ratages. Si l'on retire les ratés, on doit avoir grosso modo une saison de 13 épisodes comme les deux premières, et je ne comprends pas trop l'intérêt d'être passé à 22.
Sanctuary a dépassé dans mes intentions d'achat Supernatural et Medium. Mais pour revenir à l'accroissement du nombre d'épisodes, on a l'impression de passer d'une série "grande classe" à une série réservant moins de surprises.
D'ailleurs, "Sliders", une autre série était bonne quand elle avait deux premières saisons avec une dizaine d'épisodes, et s'est étiolée avec trop d'épisodes dès la 3 même si "Un monde de zombis" (saison 3) m'avait impressionné.
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Mer 13 Juil 2011 - 9:49

j'ai peut ête fait une coquille, je verifierai avant transmission, il y a "seulement" 20 épisodes. Effectivement l'extension n'a pas été totalement concluante et la saison 4 en revient d'ailleurs à 13 épisodes.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Sanctuary"

Message  Estuaire44 le Jeu 14 Juil 2011 - 8:51

Wingman (3-15, **)
Evacuons rapidement l’historiette de la poursuite de l’insecte géant (un larve de Mothra ?), il s’agit non pas d’un argument mais d’un prétexte servant uniquement à mettre en place un clip show, via d’interminables discussions entre personnages. Le clip show (ou épisode bâti autour d’une quantité variable d’extraits d’opus précédents) est apparu dans bien des sériées, depuis des décennies. Sanctuary se retrouve donc en bonne compagnie mais il n’en demeure pas moins dommageable qu’une extension du nombre d’épisodes, dont on annonçait de grandes réalisations, se traduise ici par un procédé aussi rabâché (mais si peu onéreux). Tout comme la qualité davantage oscillante de la série depuis la fin de la quête de Praxis, on peut y discerner une nouvelle illustration des limites que rencontre cette tentative.

Encore faut-il que le clip show se développe avec un minimum d’à propos. Celui de Wingman se situe dans une honnête moyenne. Le procédé ne brille pas par son originalité, avec des évocations de souvenirs insérés dans de longues conversations parfois très amusantes, le plus souvent passablement artificielles (Wingman s’avère particulièrement bavard),. A l’image d’ailleurs de ce concours de circonstances occasionnant un double rendez-vous de Will/Abby et d’Henry/Erika désormais mythique Alfredo, avant que Magnus ne joue les perturbatrices avec le dit insecte. Toutefois, si leur mise en place se montre peu imaginative, les extraits choisis se révèlent pertinents et entremêlés souvent avec esprit (notamment celui sur les bons offices d’Henry, clairement la séquence la plus divertissante du lot). On regrettera que ces passages se centrent uniquement sur les quelques personnages présents, au risque d’une certaine répétitivité. Il aurait été plus astucieux de les organiser autour des grands thèmes de la série.

L’autre pilier de Wingman se constitue d’un relationnel omniprésent, avec les nombreuses aveux, roucoulades, et confessions de rigueur en la circonstance. Les shippers seront ravis. Will/Abby est un couple sympathique mais pâtit du manque d’intérêt perpétuel que génère Abby. Le personnage manque décidément par trop d’aspérités et de complexité. On éprouve de sérieuses difficultés à l’imaginer agent du FBI ! Autrement plus relevée apparaît la relation entre Henry et Erika. On lui doit notamment une déchirante scène d’adieux, certainement la meilleure de l’épisode, où les causes de la rupture se voient analysées avec finesse et réalisme. L’amour ne peut malheureusement pas tout transcender ni gommer les disparités entre les vécus et les aspirations des deux amants, une moralité amère mais d’autant plus touchante qu’elle sonne juste. On regrettera Pauline Egan, actrice d’une grande beauté et au talent très affirmé. Entre rire et émotion la scène de fin achève de sauver Wingman de l’insignifiance, grâce à la sensibilité et à la malice d’Helen mais aussi à la découverte enfin opérée de la fameuse cuisine d’Alfredo. Et il est exact qu’elle donne immédiatement l’eau à la bouche !

Les amateurs de Stargate SG1 apprécieront également l’amusante apparition du réalisateur Peter DeLuise (fils de Dom), ayant en scène 56 épisodes de la série, plus quelques uns de SGA et SGU.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum