CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Série "Alfred Hitchcock présente"

Page 13 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Mar 24 Mar 2015 - 21:12

07-31- Most likely to succeed (Inédit)  **

Histoire et adaptation : Henry Slesar. Réalisation : Richard Whorf

Dave Sumners, promis à un brillant avenir, vient rendre visite à son ami de collège Stanley Towers qui a réussi, tandis que lui végète. Stanley lui propose un emploi, tandis que l’épouse de ce dernier lui avoue que son mari n’a pas que de bonnes fréquentations malgré sa réussite.


Lorsque Towers engage comme domestique Dave Sumners, dont il a toujours été jaloux (il était « président délégué des élèves » et « meilleure promesse de son école »), nous comprenons que l’homme n’a pas fait un cadeau à son camarade de collège. Les deux hommes ne se sont pas vus depuis vingt ans.

Sumners se confie à la femme de son ami. Son chemin semblait tracé, tout lui réussissait, mais la vie en a décidé autrement. Le destin s’est acharné contre lui. Très vite, un lien de confiance (et de confidences) se noue entre Sumners et Louise Towers, malgré la différence sociale. Pourtant, en arrivant dans la maison, la bonne l’a pris pour un clochard et ne voulait pas le faire entrer.

Cet épisode se présente comme une réflexion sur la réussite sociale et ses aléas. Towers est devenu un alcoolique, alors qu’il a gagné son premier million à 32 ans.

La « générosité » de Towers ne dure pas et au premier caprice de son épouse, il ne tarde pas à congédier son ami, qui cependant n’a pas dit son dernier mot. D’ailleurs, est-il à ce point un « looser » et s’est-il présenté sous son vrai jour ?

Malgré un physique peu avenant mais des allures sympathiques, Howard Morris en Dave Sumner domine la distribution avec la jolie Joanna Moore en Louise. Jack Carter qui incarne Stanley nous livre une interprétation plus classique.


Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 12:27

07-32- Victim four (Inédit)  ***

Histoire et adaptation : Talmage Powell. Réalisation : Paul Henreid

Lors d’une randonnée en montagne, Joe Drake et sa femme Madeline font une terrible chute qui laisse Joe handicapé. Joe ne peut plus travailler et seule sa femme subvient seule aux besoins du foyer. Joe reçoit la visite de Ralph Morrow, ancien prétendant de son épouse. A la radio, on parle d’un tueur en série que la presse a appelé « Le boucher »  qui en est déjà à sa troisième victime. Or ce soir-là, Madeline ne rentre pas à la maison.

Episode à l’ambiance nocturne, puisqu’à part la scène d’accident en montagne vue en flash-back, toute l’histoire se concentre la nuit, à la recherche de Madeline, afin de lui éviter d’être la quatrième victime du « boucher ».

Cet opus nous propose une chute qu’aucun téléspectateur n’aurait pu deviner, puisque l’identité du tueur en série constitue une belle trouvaille et une surprise de taille.

La visite de l’ancien courtisan de Madeline, Ralph (John Lupton) de retour d’un voyage en Europe après six mois, crée d’emblée une tension. Il vient un soir où Madeline n’est pas encore rentrée du restautant où elle travaille. Cela rappelle à Joe (Paul Comi) l’échange qu’il a eu avec sa femme juste avant l’accident à son sujet, et nous permet d’ailleurs d’assister à ce dernier, très spectaculaire.

Ralph devient le symbole et le signe annonciateur des tragédies : le couple parlait de lui quelques minutes avant l’accident, et il surgit le soir où Madeline n’est pas rentrée.

Pourtant, les deux hommes partent en ville, mettant de côté leur jalousie, pour chercher la jeune femme.

Madeline (Peggy Ann Gardner), sous ses airs d’épouse idéale, est un être torturé. Le suspense, absent de tant d’épisodes de cette ultime saison, est de retour et pour de bon.

Le téléspectateur se demande par quelle coïncidence Madeline est en retard pour rentrer le jour précis où l’ancien rival rend visite à son mari. Un bon suspense policier s’en suit. Les trois comédiens principaux sont parfaits et servent l’histoire à merveille.

avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 13:26

07-33- The opportunity (Inédit)  ***

Histoire de J.W. Aaron. Adaptation : Bryce Walton et Henry Slesar. Réalisation : Robert Florey

Dans un grand magasin, Lois Callen se fait prendre en train de voler un collier. Le directeur, Paul Devore, la fait chanter et lui laisse penser qu’il veut qu’elle devienne sa maîtresse, sinon il préviendra son mari et la police.


Héros de « La grande vallée », Richard Long tient ici un bien vilain rôle, Paul Devore. Il est malheureux en ménage avec une femme riche qui veut le quitter, Kate (Rebecca Sand). Il oblige une malheureuse, Lois Callen (Coleen Gray), à le ficeler sur son lit avec des cravates et à lui mettre un bâillon sur la bouche, tout ceci après avoir simulé un cambriolage. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu au retour de week end  de sa femme Kate.

On perd un peu de temps au début, lorsque Devore oblige la voleuse à rédiger une confession, on nous dirige aussi vers une fausse piste : il voudrait l’obliger à devenir sa maîtresse. En fait l’homme a dans la tête un plan machiavélique.

Scénario un peu osé pour l’époque, même si rien de scabreux n’arrive finalement. Le plan de Devore est assez tortueux et risqué. Richard Long manque parfois un peu de conviction dans ce personnage diabolique. Rebecca Sand est plus à l’aise dans un rôle de garce, tandis que Coleen Gray joue à merveille la femme prise dans un piège infernal.

Notons que la garde chiourme qui a piégé la voleuse, Mrs Ranwiller (Olive Dunbar) fait une trop courte apparition et que son personnage est de loin le plus crédible de la distribution. Elle aurait fait une excellent Madame Danvers dans "Rebecca".

avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 14:38

07-34- The twelve hour caper (Inédit)  **

Histoire de Mike Marmer.  Adaptation : Harold Swanton. Réalisation : John Newland

Herbert Wiggam se voit privé d’une promotion attendue au profit d’un neveu de la femme du patron, Tupper. Il décide de se venger en volant 500 000 dollars qui doivent faire l’objet d’une transaction dans l’entreprise.

Retour de Dick York en héros malheureux, Herbert, privé de la promotion qu’il attend après onze ans de bons et loyaux services au profit d’un neveu pistonné par la femme son patron Tupper (Wendell Holmes).

L’épisode aborde résolument le registre de la comédie, et il ne faut attendre aucun suspense. Excepté un peu vers la fin avec la scène de la femme de ménage dont on comprendra avec la chute que le héros Herbert Wiggam n’était en rien menacé d’être percé à jour.

Dans le rôle du neveu pistonné, Webster (Kreg Martin), l’acteur  est odieux à souhait. Il méprise Herbert, lui dérobant un prospectus pour un voyage à Rio et demandant si sa mère vient avec lui.

Mais c’est surtout le retour, dans le rôle de miss pommes frites ( !) de la délicieuse Sarah Marshall après l’épisode « La lettre » (06-12). On ne la voit pas cependant pas assez, reléguée à un rôle secondaire. Elle est une secrétaire convoitée par un employé qui lui fait du plat. Tout au long de l’intrigue, elle tiendra un rôle vraiment de simple belle plante décorative et c’est fort dommage.

Le reste est très prévisible, avec la victoire annoncée de l’employé frustré, victoire presque trop facile.




avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 15:23

07-35- The children of Alda Nuova (Inédit)  *

Histoire et adaptation : Robert Wallsten. Réalisation : Robert Florey

Frankie Fane, touriste américain, s’ennuie à Rome. Il rencontre un compatriote, Ainsley Crowder, qui lui suggère de louer une voiture et de visiter des ruines. Mais Fane disparaît après avoir rencontré une horde de jeunes mendiants en furie, et un policier, Siani, est chargé de le retrouver.

Episode détestable pour qui connaît bien l’Italie, décrite ici comme un pays de sauvages dès que l’on s’écarte des sentiers battus. Dans le rôle de Frankie, Jack Carson incarne l’américain moyen rustre, incapable de commander une boisson sans l’aide d’un compatriote, Ainsley Crowder (Christopher Dark) qui lui suggère (et il aurait mieux fait de s’abstenir) de faire une visite plus approfondie de l’endroit.
Le touriste se fait lyncher par une bande de jeunes aux visages assez sales. Certes, ce n’est pas un saint, comme le policier Siani le révèle à Crowder dans la chute, mais nous avons ici une vision caricaturale, tel que l’américain de 1962, pouvait se faire de l’Italie. Le gros reproche que l’on peut faire au metteur en scène Robert Florey est de ne même pas avoir cherché à donner une identité à ces jeunes italiens, qui pourraient être une bande de voyous américains.

Christopher Dark est le meilleur comédien de la distribution dans le rôle de Crowder. Le policier Siani est incarné par l’allemand Stefan Schnabel (1912-1999) qui manque sérieusement de crédibilité. Les italiens sont ici montrés comme des sauvages La scène du lynchage, à la moitié de l’épisode, laisse un profond sentiment de malaise. Voilà le genre d’histoires qui n’aurait aujourd’hui aucune chance d’être filmée. Le scénario, par ailleurs, est très creux et l’explication de Siani dans la chute tombe comme un cheveu sur la soupe.

avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 15:53

07-36- First class honeymoon (Inédit)  *

Histoire et adaptation : Henry Slesar. Réalisation : Don Weis

Récemment divorcé, Edward Gibson apprend que son ex-femme  a fait faire un portrait d’elle-même par un peintre pour la somme de 2500 dollars qu’il refuse de payer.


Retour de Robert Webber dans cette comédie où il se fait duper par son meilleur ami Carl Seabrook (Jeremy Slate) qui désormais fréquente son ex-femme Gloria. Tout le début de l’épisode est verbeux, surtout constitué de dialogues entre un Edward Gibson furieux et le gérant de la galerie de peinture, Munro (John Abbott). Gibson (Robert Webber) refuse de payer le portrait.

Le deuxième acte commence avec l’arrivée de Carl, qui voit désormais l’ex-femme, et Gibson va tenter de lui faire payer le tableau. Tout cela est dénué de suspense et ressemble à du théâtre filmé sans inspiration. Puisque Carl aime Gloria, l’ex-mari est décidé à lui faire un prix.

Ainsi se déroule tout l’épisode. Jeremy Slate est particulièrement mauvais dans sa composition, face à un Robert Webber à l’aise comme d’habitude. Cela crée un déséquilibre dont l’opus se ressent beaucoup.

Tout l’édifice sombre vite dans le ridicule et le grotesque. Henry Slesar en petite forme a rédigé à la va-vite une histoire qui ne tient pas la route. A partir du moment où Edward apprend que Gloria est morte,  Webber en fait trop et devient lui-même passable dans sa composition. Un épisode qui est tout sauf drôle.

avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 16:27

07-37- The big Kick (Inédit)  *

Histoire et adaptation : Robert Bloch. Réalisation : Alan Crosland Jr

Kenneth Redman est un professeur qui s’intéresse au mouvement beatnick. Dans une surprise party, il rencontre Judy Baker, qui vit dans le dénuement. Elle est la petite amie de Mitch et tous deux vont monter une combine pour l’arnaquer. Mais les choses ne vont pas se dérouler comme prévues.

Le gros problème de cet opus est que le comédien Wayne Rodgers est beaucoup trop jeune dans le rôle du professeur Kenneth Redman, par rapport au couple Anne Helm-Judy et Brian G. Hutton-Mitch.
Anne Helm est de retour après l’épisode « The changing heart » (06-14) où elle était la fille de l’horloger. Ses airs trop sages nous empêchent de croire à une fille délurée et libérée qu’elle prétend être.

Avec Robert Bloch, on a une fin horrifique à souhait, mais elle survient après un récit peu cohérent et mal construit. L’arnaque montée par les deux étudiants est une ficelle un peu grosse. En 1962, la vision des beatnicks dans cette série était caricaturale, celle que le téléspectateur avait envie de voir et non la réalité. On est en déphasage total avec ce que le cinéma a montré par la suite.

La scène du collier offert par Kenneth à Judy et que Mitch essaie de monnayer chez un bijoutier  (une « plaisanterie  du » professeur) nous dévoile en partie ce que sera la chute. On s’étonne qu’ensuite, Judy ne se montre pas plus méfiante.

L’épisode est d’une lenteur agaçante et le téléspectateur n’adhère jamais à l’histoire.

avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 17:19

07-38 –Where beauty lies (Inédit)  **

Histoire d’Henry Farrell. Adaptation : James P. Cavanagh. Réalisation : Robert Florey

Caroline Hardy éprouve un amour possessif pour son frère Collin. Elle vient de vivre une déception amoureuse en découvrant que son amoureux Paul Ross est un homme marié.

Cloris Leachman incarne ici, le rôle ingrat d’une vieille fille laide, Caroline Hardy, qui n’arrive pas à se caser et se raccroche à son frère Collin (George Nader). Il y a presque un aspect incestueux dans cette relation. Caroline a été ridiculisée par un homme marié, et voit d’un mauvais œil la liaison de son frère avec une certaine Joan (Pamela Curran).

Cloris Leachman a été enlaidie pour les besoins de la cause par le réalisateur Robert Florey. Lors de travaux dans l’appartement de son frère, elle jette son portrait avec rage, et le hasard veut que de l’acide se répande dessus et le déforme. Aussi met-elle un liquide inflammable dans la cheminée qui défigure son frère en lui brûlant gravement le visage lorsqu’il allume et le rend aveugle, histoire de le garder définitivement pour elle.

Florey fait ensuite exprès des plans qui nous empêchent de voir le visage de Collin. Il fait en sorte que la chute pour le téléspectateur soit le plus surprenante possible.

Cet opus qui aurait pu être réussi souffre d’un manque de suspense total, de longueurs, alors qu’il aurait fallu un rythme soutenu. En se concentrant sur la seule actrice principale, le metteur en scène exclut beaucoup George Nader. On regrette que le résultat final soit un épisode tout juste passable. Les plans censés nous effrayer ratent leur cible, et l’épisode est plus une étude de la folie de Caroline qu’une histoire à suspense.

avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Patricks le Jeu 26 Mar 2015 - 18:54

07-39- The sorcerer’s apprentice (Inédit)  **

Histoire et adaptation : Robert Bloch. Réalisation : Josef Leytes

Le grand Sadini est un magicien. Il trouve un jour un jeune inconscient, un simple d’esprit qui se croit mort.

Victor Sadini (David J. Stewart) nous rappelle, en plus effrayant, le Joe Ferlini de « The last escape » (06-17). Il y a des similitudes entre les deux épisodes : Ferlini était cocu, Sadini aussi. Irene (Diana Dors), l’épouse du magicien, a une liaison avec George Moross (Larry Kert), le funambule. Le jeune héros un peu simplet, Hugo (Brandon De Wilde) pense que Sadini est le diable et Irene un ange. Il réagit fort mal en assistant au fameux numéro de la « femme coupée en deux », pensant que Sadini  a tué « l’ange ».

Comme dans « The last escape », la femme veut tuer le mari magicien. Elle se sert pour cela d’Hugo qui poignarde « le diable ».

Avec Robert Bloch, il faut s’attendre à la fin la plus horrifique possible Pour avoir persuadé qu’il était un magicien égal de son mari Sadini simplement en lui donnant une baguette, Irene, que le jeune Hugo a poussé et assommé, connaîtra un sort épouvantable qu’elle a bien cherché.

Diana Dors domine l’épisode par sa beauté et sa tonicité, Brandon De Wilde fait moins simplet que son personnage le requiert, et David J. Stewart en « grand Sadini » se contente de grimaces et de mimiques, sans réellement convaincre.

Malgré la chute typiquement horrible de Robert Bloch, l’opus reste moyen et conclut donc sept saisons de « Alfred Hitchcock présente ». L’anthologie souffre d’épisodes inégaux : quelques chefs d’œuvre, mais beaucoup d’histoires approximatives, que la présence du maître du suspense comme présentateur fait passer pour mystérieuses ou horrifiques. Ce manque de sélection dans les intrigues choisies, qui étaient parfois meilleures sur le papier qu’à l’écran, a fait considérablement vieillir la série. Alfred Hitchcock continua pendant 93 épisodes sous un autre format sa série avec « The Alfred Hitchcock hour » en trois saisons, de 1962 à 1965. Beaucoup d’épisodes, avant d’être filmés, furent présentés dans la revue « Ellery Queen’s mystery magazine ». La série elle-même devait susciter la création dès 1956 du « Alfred Hitchock’s mystery magazine » soit pendant la première saison.





Saison 7 envoyée à Steed.
avatar
Patricks
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 58
Localisation : Valence (26)
Date d'inscription : 22/03/2007

http://www.fansdemurielbaptiste.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Invité le Sam 2 Mai 2015 - 2:06

La 7ème et dernière saison de Alfred Hitchcock Présente par Patricks est en ligne:
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1950/alfred-hitchcock-presente-1955-1962/alfred-hitchcock-presente-saison-7

Une nouvelle série bouclée pour Patricks, bravo à lui! ola
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Dearesttara le Jeu 29 Sep 2016 - 16:51

avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Alfred Hitchcock présente"

Message  Estuaire44 le Mar 1 Nov 2016 - 9:00

avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum