CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Grands moments de cinéma

Page 22 sur 23 Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Ven 13 Sep 2013 - 0:04



I'm rich baby!
I'm a rich boy

James Dean, Giant, 1956. Il décèdera une semaine après la fin du tournage.

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  séribibi le Dim 15 Sep 2013 - 19:54

Indiana Jones et le temple maudit (ouverture) :
 

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Sam 21 Sep 2013 - 3:05

"Vous ne pouvez pas faire pleurer les gens dans un film sans les avoir fait rire avant.
Le spectateur doit rire, pleurer, danser, vivre avec les personnages. Après seulement, vous pourrez faire ce que vous voulez.

Imaginez, en marchant dans la rue, que vous voyez une personne sur le point de se faire renverser par un bus. Vous serez choqué.
Imaginez dès lors que cette personne est un ami, un proche, quelqu'un qui vous tient à coeur..."


Michael Cimino



J'ai déjà pleuré devant pas mal de films, pour diverses raisons.
Mais seulement deux fois parce que la scène en question était dure, insupportable, capable d'arracher les tripes comme jamais, comme à un enfant terrorisé par le noir. Le type de séquence qu'on a peur de revoir une deuxième fois:
La scène de viol à l'arrière de la voiture dans Il était une fois en Amérique, de Leone, et la partie de roulette russe finale dans Voyage au bout de l'enfer, de Cimino, lorsque De Niro regarde Walken droit dans les yeux avant d'appuyer sur la gachette, en lui disant "I love you Nick" (attention spoiler pour ceux qui n'ont pas vu le film)



Michael Cimino m'a transporté comme rarement, du rire aux larmes, de la tendresse à la frustration...

Déjà par Voyage au bout de l'enfer, mais aussi par son incroyable Porte du Paradis, l'une des plus grosses claques visuelles que j'ai jamais vue, une fresque hallucinante de 3h40 clamant la mort du rêve américain, portée par le trio Kris Kristofferson-Isabelle Huppert (peut-être dans son plus beau rôle) -Christopher Walken.
Peu de séquences parviennent à se détacher du reste de l'oeuvre, tant celle-ci demeure virtuose et enivrante de bout en bout... Peut-être les trois scènes de danse, se faisant écho par leur structure giratoire (la fête sur le Danube Bleu, le duo entre Huppert et Kristofferson, puis la danse de mort finale, toujours sur le Danube Bleu transcrit pour guitare seule).
Un cinéaste de génie, qui a définitivement changé ma vision du 7ème art.


JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  mrs.peel6568 le Dim 29 Sep 2013 - 22:31



Sacha Guitry

mrs.peel6568
Prince(sse)
Prince(sse)

Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Dim 1 Déc 2013 - 1:46

"J'ai 45 ans,
je suis veuf,
j'ai un petit hôtel tarte, mais pas tout à fait borgne.
Je vivais peinard et je me suis marié.
Ma femme s'est suicidée et...

Tu le sais, je suis pas une affaire!
J'ai piqué une maladie à Cuba en 1948.
J'ai la prostate comme une patate, mais je bande encore,
même si je ne peux plus avoir d'enfant.

Voyons...
Je n'ai pas de biens de famille, pas d'amis...
Sans toi, j'aurais fini dans un fauteuil avec des hémorroïdes.
Pour couronner le tout, je suis d'une époque où un type comme moi pourrait, dans un endroit comme celui-ci, draguer une minette comme toi et l'appeler "poupée"!
"

Marlon Brando,
Last Tango in Paris, de Bernardo Bertolucci, 1971



Némésis à distance de "Baisers Volés" de Truffaut, leçon formelle de mise en scène et somptueux désenchantement, porté par deux acteurs possédés et des plan-séquences d'une rare virtuosité. Un chef-d'oeuvre touché par la grâce, et injustement décrié par les aveugles qui ne s'en tiennent qu'à sa façade érotique.

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Dearesttara le Dim 1 Déc 2013 - 2:04

Ca fait partie de ces films dont la raison d'être est de "déranger". Des films comme ça sont nécessaires, surtout avec un metteur en scène alors tout à fait au sommet de son art (comme toi sans doute, j'adore les plans-séquences). Dommage que Maria Schneider ne se soit jamais remis de ce rôle...

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Estuaire44 le Sam 21 Déc 2013 - 20:21

Tauriel en appelle à Legolas face au conflit en cours en Eriador (La Désolation de Smaug)


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Dim 29 Déc 2013 - 1:08



Dressed to kill, ou Pulsion, Brian De Palma, 1980

Jouissif et sanglant. De Palma tire de la grammaire hitchcockienne sa substance la plus noire, et pousse celle-ci à son paroxysme pour aboutir à une pure leçon de mise en scène doublée d'un slasher érotique, sauvage et teinté d'humour noir. Un vrai délice! La scène du musée, partant d'un hommage à Vertigo, est tout simplement étourdissante!

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Denis le Dim 29 Déc 2013 - 9:38

Superbe scène dans, pour moi, le meilleur de Palma.

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Jeu 30 Jan 2014 - 23:41



Si on m'avait dit qu'un jour je verserais une larme à la fin d'un film de gangsters... Après avoir (re)vu (presque) tout De Palma en un mois, je viens de finir par cette merveille de construction dramatique, un peu comme un bouquet final.

Première chose qui me vient à l'esprit: Quand on voit un monument comme çà, et après être passé par Blow Out, Pulsions, et Obsession...
non franchement il faut le dire, Scarface est un grand objet de cinéma, certes, mais le fait qu'il soit reconnu comme le chef-d'oeuvre de Brian De Palma est tout simplement une ABERRATION!!!!

"Carlito's Way", ou "L'Impasse", est l'anti-Scarface par excellence, et se pose comme une alternative scénaristique à travers Al Pacino (au passage, que j'ai rarement vu jouer aussi juste): et si Tony Montana avait pris conscience de sa démesure, tout arrêté, et cherché à tout reprendre à zéro ? Tel est le point de départ de cette impossible rédemption, où De Palma retrouve, bien qu'il ait fait ses adieux au cinéma de genre, l'implacable construction à la fois tragique et hitchcockienne qui est désormais la sienne, et qu'il maîtrise plus que jamais.
Le tragique de la conclusion, on le connait déjà: il est dans le titre, il est dans le premier plan du film. Mais comment arrive-t-elle, pour qui, pourquoi ?
Voilà comment transfigurer une histoire qu'on a déjà cru voir des dizaines de fois au cinéma: l'affect, le suspense, la forme.

De Palma n'est pas qu'un disciple d'Hitchcock, c'est un génie à part entière, mais il n'oublie jamais de montrer à chaque film que cette fameuse mécanique dramatique ultra-minutieuse (je pense notamment à la scène du métro, qui fait écho à celle de Pulsions), il la doit au Maître du suspense. Il ne se tient pas qu'à sa forme d'origine: il la réinvente sans cesse. Et le plaisir est total! Du très, très grand cinéma!


Dernière édition par JLP le Jeu 13 Fév 2014 - 15:49, édité 1 fois

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Dearesttara le Jeu 30 Jan 2014 - 23:52

Je crois que ce film est reconnu par la critique comme étant le meilleur De Palma, mais est bien moins connu du grand public. J'ai de bons souvenirs de ce film, peut-être le plus noir, le plus amer de tous les De Palma (Scénario : David Koepp, un des meilleurs dans sa branche, ça aide). Scarface le meilleur De Palma ? Comme toi, je ricane, le film est bien, mais ce n'est pas les grandes fresques à la Scorsese. De Palma est excellent quand il filme Montana - avec un Al Pacino démesuré - rien à dire, mais l'histoire d'Oliver Stone est plutôt bancale, on est loin de Casino.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Denis le Ven 31 Jan 2014 - 8:49

JLP a écrit:Première chose qui me vient à l'esprit: Quand on voit un monument comme çà, et après être passé par Blow Out, Pulsions, et Obsession...
non franchement il faut le dire, Scarface est un grand objet de cinéma, certes, mais le fait qu'il soit reconnu comme le chef-d'oeuvre de Brian De Palma est tout simplement une ABERRATION!!!!
Scarface est un chef-d’œuvre pour...les racailles de banlieue. Plus de trente après son tournage, ils en ont fait leur film culte avec produits dérivés (T-shirts entre autres)...Un phénomène assez rare pour être souligné.

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Dearesttara le Ven 31 Jan 2014 - 11:13

Ce n'était évidemment pas le but prévu par le duo De Palma-Stone, dont le regard sur leur "héros" est tout sauf admiratif : sa vulgarité, sa virilité ne s'exprimant que par la violence... La racaille a d'ailleurs oublié que Scarface reçoit son juste châtiment à la toute fin, pour ne retenir que l'ascension rapide, les filles, le fric, le pouvoir, etc. Une interprétation déformée et incomplète.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  séribibi le Ven 31 Jan 2014 - 12:56

Pas forcément, De Palma cherche justement, à quelques reprises, à rendre humain le personnage de TM, à créer de l'empathie pour lui, notamment lors de la scène où celui-ci fait tout pour empêcher le meurtre d'un petit enfant, qui se trouve malencontreusement dans la ligne de mire... et également -et là c'est beaucoup plus ambigu- en faisant de lui un "gangster fiable" (il ne cherche pas à blouser son entourage), ou en le confrontant à des personnages bien pires que lui moralement (la scène de la tronçonneuse).
Bref, on nage constamment dans l'ambiguïté.

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Dearesttara le Ven 31 Jan 2014 - 13:05

Je pense que c'est moins par bonté que par "règle d'honneur" qu'il sauve la vie de l'enfant. Il a été élevé dans une famille aux valeurs élevées (la mère cul-bénite, la sœur innocente), et mon interprétation est qu'il croit respecter ses valeurs, mais en fait il les déforme. Il applique les mêmes règles rigides et morales dans son chemin de sang. Un méchant d'autant plus glaçant qu'il croit respecter des valeurs élevées. Effectivement il y a ambiguïté de ce point de vue là, tu as raison de le souligner. Je trouve juste que son ambiguïté ne concerne pas la valeur positive à l'origine de ses rares "bonnes actions" ; seulement la distorsion de ce qu'il a appris de son éducation familiale.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Ven 7 Fév 2014 - 3:18



Boogie Nights, de Paul Thomas Anderson, 1997

Second film du réalisateur, qui au travers d'une fresque très scorsesienne par sa construction, raconte l'ascension et la chute d'une jeune star du porno, Dirk Diggler, de 1977 à 1985.

Mise en scène aux petits oignons, atmosphère de rêve, dialogues cultes, B.O absolument énorme, et casting 5 étoiles: Julianne Moore, Burt Reynolds, Williams H. Macy, Philip Baker Hall, Don Cheadle, Alfred Molina, Robert Downey Sr., John C. Reilly, Philip Seymour Hoffman (dans l'un de ses rôles les plus délirants) et surtout Mark Wahlberg (Marky Mark pour les intimes, rappeur visionnaire trop peu reconnu  hehe  ), qui livre une interprétation plus qu'étonnante par rapport à la plupart des rôles qui ont jalonné la suite de sa carrière Shocked . Ce mec a(vait) un vrai talent d'acteur, et hormis La Nuit nous appartient de James Gray, il a malheureusement été trop souvent relégué au statut de tiroir-caisse pour blockbusters (au passage, j'ai vraiment aimé Ted).

Même si l'ensemble s'apparente à du Scorsese bis, ce film vaut réellement la chandelle, de par son casting ultra-judicieux (Burt Reynolds est parfait en Pialat du porno  Vieux ), son rythme extrêmement entraînant (le plan-séquence d'intro ci-joint, sur Best of my Love des Emotions, met déjà à fond dans l'ambiance yeye ), et l'audace qu'il a de réorienter ainsi la fresque mafieuse scorsesienne traditionnelle.

Autres plan-séquence, celui au bord de la piscine: http://www.youtube.com/watch?v=eCrGpT84G9Y
Scène de la fusillade dans l'épicerie: http://www.youtube.com/watch?v=qcrg2nlemDk


Sans tenir compte du sujet, très controversé à l'époque de sa sortie, Paul Thomas Anderson a eu un sacré culot de sortir un tel film seulement deux ans après Casino, d'autant plus que l'ensemble se divise en deux parties étonnamment distinctes: la première, brillante, clinquante, virtuose, dans le plus pur style du maître. La seconde, celle de la chute, regard empathique dissipé, mise en scène hachée, froide, figée, pathétique, poussant à l'extrême tous les ressorts du milieu... Celle-ci m'a renvoyée en pleine face cette même froideur que celle entr'aperçue un mois plus tôt dans Le Loup de Wall Street, et m'a conduit à cette question: Et si Scorsese, tout en captant la frénésie de l'imagerie des années 2010, s'était lui-même inspiré de l'un de ses disciples ? La réponse serait probablement négative, n'empêche que...
Le film revient cependant à une certaine forme d'empathie dans sa conclusion, en reprenant à la lettre le plan final de Raging Bull.

Reste 2h30 de jouissance cinématographique, qui pose un regard à la fois fascinant, attendrissant, effrayant et presque humain sur les coulisses de la production pornographique des années 70/80.
Avant de trouver sa propre voie avec des films tels que There Will Be Blood ou The Master, Anderson puisait chez ses maîtres (Scorsese, Altman, Truffaut), allant même jusqu'à détourner leur grammaire visuelle.
Cela ne l'empêchait pas de faire déjà du grand cinéma.

Bref, un petit bijou à (re)découvrir.

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Dearesttara le Ven 7 Fév 2014 - 3:32

Connais pas ce film, mais l'intro que tu as postée est flamboyante de maîtrise ! Musique, couleurs, et un plan-séquence bien long comme je les adore... si tout le film est comme ça, ça doit être un sacré spectacle ! Shocked

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  mrs.peel6568 le Mar 11 Fév 2014 - 23:48

Sans parler de grand moment de cinéma, juste une séquence d'un des premiers films d'Audrey Hepburn, Nous irons à Monte Carlo, où nous l'entendons parler presque exclusivement français. Un régal !




mrs.peel6568
Prince(sse)
Prince(sse)

Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Estuaire44 le Mer 12 Fév 2014 - 22:38

Tango, 1998


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Jeu 13 Fév 2014 - 15:25

Très belle scène Estuaire!  bounce  (je pensais qu'il s'agissait du Tango de Patrice Leconte avant de voir la vidéo...)





Kiss me Deadly, ou En Quatrième Vitesse de Robert Aldrich, 1955

J'ai découvert cet incroyable ovni du film noir, ultra subversif pour l'époque, grâce à sa ressortie en novembre dernier, et par conséquent le génial et archaïque détective privé Mike Hammer. Créé par l'écrivain Mickey Spillane, l'on retrouve chez celui-ci certains traits (machiste, expéditif, ultra-violent, raciste, introverti) chers au 007 version Sean Connery, à l'inspecteur Harry, et aussi et surtout au personnage de Jack Gittes mis en scène par Polanski dans Chinatown... on pourrait en citer bien d'autres, mais c'est par l'époque de sa création (1947) que le personnage ferait presque figure de précurseur, bien que ses outrances aient par la suite fait figures de clichés habituels chez le flic/détective de base au cinéma.
Il est ici campé par le très froid Ralph Meeker, qui fait le job, sans toutefois apporter un charisme transcendant à l'individu en question.

Aldrich n'aurait conservé que le titre du roman de Spillane, ainsi que les traits du héros, et réécrit le script en intégralité.
Doté d'un scénario extrêmement malin, partant d'une simple enquête sur la mort d'une jeune femme auto-stoppeuse (voir l'intro ci-dessous), celui-ci va peu à peu se détourner de sa matrice policière pour verser dans le thriller fantastique, voir même la science-fiction (avec sa conclusion complètement ouverte), en prenant pour sous-propos le mythe de Pandore ainsi que la hantise de l'arme nucléaire dans la période d'après-guerre.


Mise en scène ultra-stylisée et éclairages au millimètre (on reconnaît clairement le style des Douze Salopards), érotisme dégoulinant pour l'époque, atmosphère oppressante... Celle-ci doit cependant davantage à l'inventivité visuelle d'Aldrich qu'à ses acteurs: en témoigne l'incroyable audace du générique d'ouverture, à l'envers, accompagné par le fondant I'd rather have the blues de Nat King Cole (sur l'auto-radio), et les troublantes pleures de la future victime.
Je n'avais jamais vu cela dans un long-métrage:


+ version longue: http://www.youtube.com/watch?v=yjgDNvS8XVU


Ambiance presque Tarantinesque avant l'heure, direz-vous...et avec raison, sachant que le réalisateur a avoué s'être clairement inspiré du style d'Aldrich en général, ainsi que de la séquence avec la boîte (de Pandore) secrète pour celle de la mallette dans Pulp Fiction.
La preuve: http://www.youtube.com/watch?v=3HEJC41P7o8 (Kiss me Deadly)
                http://www.youtube.com/watch?v=3DZ7Y9i-tVE (Pulp Fiction)


Bref, un film clairement pas comme les autres, unique en son genre et, de mon point de vue, jamais imité! Un gros coup de coeur!  love  

(ps: le film est disponible en intégralité sur youtube, mais je ne saurais que trop vous recommander de l'apprécier pleinement en blu-ray)

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Denis le Jeu 13 Fév 2014 - 18:33

JLP a écrit:
Kiss me Deadly, ou En Quatrième Vitesse de Robert Aldrich, 1955

Aldrich n'aurait conservé que le titre du roman de Spillane, ainsi que les traits du héros, et réécrit le script en intégralité.
Je me souviens d'avoir vu ce film il y a une trentaine d'années. J'avais à l'époque lu tous les Mickey Spillane (avec Mike Hammer, car Spillane a aussi écrit des romans d'espionnage). Le plus connu est I, The Jury, qui fut également l'objet d'un film. Évidemment, il ne fut pas très prisé par les critiques littéraires et, aujourd'hui, vu les critères de pensée, je ne pense pas qu'il refasse surface avant longtemps malheureusement. A noter qu'il joue dans un Columbo (c'est la victime).

Denis
Empereur
Empereur

Age : 53
Localisation : Edinburgh
Date d'inscription : 30/09/2005

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 25 Fév 2014 - 19:42

Ma scène préférée de Casino Royale


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Mer 26 Fév 2014 - 1:59



The Innocents de Jack Clayton, 1961

Etonnante performance de Deborah Kerr en gouvernante chargée de l'éducation de deux jeunes trublions pervers, dans cette petite merveille d'épouvante, qui marqua en quelque sorte la lignée du renouveau du film d'angoisse en noir et blanc lancée par Psychose un an plus tôt, et qui se poursuivra avec l'excellent The Haunting de Robert Wise en 1963.
On y retrouve notamment Peter Wyngrade au casting (Le club de l'enfer, Caméra meurtre)

Cadrages et éclairages extraordinaires, travail sonore énorme... Les confrontations pseudo-sadiques avec les enfants, et les cris stridents de ces derniers m'ont marqué durablement après le premier visionnage.
L'un des seuls films d'angoisse à la fois terrifiants et poétiques que je connaisse, avec Alien, chacun à sa manière saisissant par sa beauté esthétique.

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Jeu 13 Mar 2014 - 22:27



Mickey One, d'Arthur Penn, 1965

J'ai cherché ce film longtemps, trop longtemps...jusqu'à sa récente réédition.
Surprenante incursion du réalisateur dans le style "nouvelle vague", avec un Warren Beatty jeune et virevoltant, en chanteur de music-hall paranoïaque et névrosé.

Le magnifique générique d'ouverture (ci-dessus), sensuel et déroutant, est transfiguré par la musique d'Eddie Sauter et le phrasé de Stan Getz love

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  mrs.peel6568 le Mer 7 Mai 2014 - 21:06


mrs.peel6568
Prince(sse)
Prince(sse)

Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Dearesttara le Mer 7 Mai 2014 - 23:57

Une des plus tragiques, mais aussi une des plus belles fins pour un film français... Un grand Louis Malle. Sad

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  JLP le Sam 17 Mai 2014 - 22:22



Ladies and gentlemen, you are such a wonderful crowd, we'd like to play a little tune for you. It's one of my personal favorites and I'd like to dedicate it to a young man who doesn't think he's seen anything good today - Cameron Frye, this one's for you!

Matthew Broderick
...avant d'entonner Danke Schön version Wayne Newton, puis Twist & Shout des Beatles en playback en plein Central Park. Culte! afro 


La Folle Journée de Ferris Bueller, de John Hugues, 1986. Ce film m'a juste balancé une pêche d'enfer, n'hésitez pas à vous y plonger la tête la première jocolor 

JLP
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 23
Localisation : Wuppertal (Allemagne)
Date d'inscription : 14/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Estuaire44 le Dim 1 Juin 2014 - 20:47

Man of Steel, 2013


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Estuaire44 le Dim 22 Juin 2014 - 20:21

Much Ado About Nothing, 1993
https://www.youtube.com/watch?v=UvU9GbaMY40

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  séribibi le Jeu 13 Nov 2014 - 16:51

Une scène coupée de "Gravity" :

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Philo le Jeu 13 Nov 2014 - 18:23

excellent !!!

Philo
Fondateur
Fondateur

Age : 64
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2005

http://theavengers.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands moments de cinéma

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:46


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 22 sur 23 Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum