CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Les grands film malades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les grands film malades

Message  séribibi le Lun 2 Avr 2012 - 14:36

Dans le topic "Le questionnaire du cinéphile" a été abordé le sujet des "grands films malades" ; je crois que c'est François Truffaut qui a employé cette expression pour la 1ère fois.
En gros, un "grand film malade" c'est un film ambitieux imparfait mais plein de qualités, un grand film "bancal", réalisé (souvent difficilement) avec le coeur mais dont la tourmente de la production, ou tout autre problème, a amené des erreurs formelles ou narratives évidentes mais qui contribuent néanmoins au charme de l'ensemble (et qui en constituent même la singularité voire la qualité), un film avec des maladresses, mais néanmoins passionnant par ces maladresses mêmes... Bref, un film qui a une histoire et passionnant à disséquer !

Voici la définition de Truffaut :
"Un grand film malade : ce n'est rien d'autre qu'un chef-d'œuvre avorté, une entreprise ambitieuse qui a souffert d'erreurs de parcours : un beau scénario intournable, un casting inadéquat, un tournage empoisonné par la haine ou aveuglé par l'amour, un trop fort décalage entre intention et exécution, un enlisement sournois ou une exaltation trompeuse. Cette notion de "grand film malade" ne peut s'appliquer évidemment qu'à de très bons metteurs en scènes, à ceux qui ont démontré dans d'autres circonstances qu'ils pouvaient atteindre la perfection. Un certain degré de cinéphilie encourage parfois à préférer, dans l'œuvre d'un metteur en scène, son "grand film malade" à son chef-d'œuvre incontesté, donc Le Roi à New York à La Ruée vers l'Or, ou encore La Règle du Jeu à La Grande Illusion. Si l'on accepte l'idée qu'une exécution parfaite aboutit le plus souvent à dissimuler les intentions, on admettra que "les grands films malades" laissent apparaître plus crûment leur raison d'être. Observons aussi que, si le chef-d'œuvre n'est pas toujours vibrant, "le grand film malade" l'est souvent, ce qui explique qu'il fera, plus aisément que le chef d'œuvre reconnu, l'objet de ce que les critiques appellent un "culte".

(François Truffaut)"

Quels seraient les "grands films malades" selon vous ?

Voici quelques uns de ma sélection :

- A.I (Steven Spielberg)
- La porte du Paradis (Michael Cimino)
- Pas de printemps pour Marnie (Hitchcock)
- Body double (Brian de Palma)
- La vengeance aux 2 visages (Brando) - un de mes westerns préférés
- Furie (Brian de Palma)
- Cléopâtre (Mankiewicz)
- La lune dans le caniveau (Jean-Jacques Beinex)
- Shining (Stanley Kubrick)
- Full metal jacket (Stanley Kubrick)
- Le sicilien (Michael Cimino)
- La forteresse noire (Michael Mann)
- Gangs of New York (Martin Scorsese)
- Osterman week-end (Sam Peckinpah)


séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum