CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Actualités Cinéma

Page 19 sur 20 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Mer 17 Aoû 2016 - 16:26


INSTINCT DE SURVIE : 5/10

Un survival d'attaque animalière assez quelconque, et qui met pas mal de temps à démarrer (au regard de sa faible durée). Rien d'honteux là-dedans mais le film, arrivant après "Les dents de la mer", "The reef" ou "Open water", n'invente rien.
Il n'en a certes pas la prétention mais ici le suspense , qui tourne autour des attaques de la bête, et lié principalement à l'attente, devient vite synonyme d'ennui, même si certains passages très bien filmés méritent le détour.

C'est d'ailleurs, dans son traitement - se voulant minimaliste -,  sur "Open water" qu' "Instinct de survie" semble  lorgner et puiser ses références et son inspiration.
Cependant, certains gimmicks mal dégrossis (les réguliers split screen sur le cadran téléphonique en médaillon ; les ralentis ; les personnages secondaires qui rythment ponctuellement et artificiellement un scénario relativement pauvre en suspense et faisant office de figuration ) détournent plus l'attention qu'ils ne servent vraiment le récit, et la tension et l'oppression ressentie sur son illustre modèle apparaissent ici comme autant de moments redondants et de remplissage, la prévisibilité de certaines situations n'arrangeant rien.
Le trauma initial de l'héroïne ne sert pas à grand chose si ça n'est de justifier cette espèce de combativité qui l'habite, et le dénouement est raté.

Reste quelques attaques et confrontations bien senties, une très belle photographie, un requin de synthèse par moments plutôt impressionnant, et 2 héroïnes attachantes et au jeu juste (Blake Lively et la mouette).


De la part du réalisateur d' "Esther", on s'attendait à quelque chose de plus viscéral et de moins téléphoné.

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Dearesttara le Ven 19 Aoû 2016 - 22:48

J'ai l'impression que le genre "catastrophe" a du mal à se renouveler : à te lire, ce film ne parvient pas donner à quelque chose de neuf. Les dents de la mer ont-ils pressé tout le jus du "film de requin" (bon, il y a bien les Sharknado, mais c'est pour les séries Z).


Ma critique de la sensation de Cannes, Toni Erdmann, est en ligne sur Marla's movies (dont je remercie bien sûr la rédactrice-en-chef du blog) ! cheers

http://marlasmovies.blogspot.fr/2016/08/toni-erdmann-tootsie-sous-acide.html

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Sam 20 Aoû 2016 - 23:22

Excellente critique Dear, très belle plume !  cheers (je pensais que tu mettrais moins que 3 étoiles)

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Camarade Totoff le Dim 21 Aoû 2016 - 10:16

Dearesttara a écrit:J'ai l'impression que le genre "catastrophe" a du mal à se renouveler : à te lire, ce film ne parvient pas donner à quelque chose de neuf. Les dents de la mer ont-ils pressé tout le jus du "film de requin" (bon, il y a bien les Sharknado, mais c'est pour les séries Z).]

Sans oublier Peur bleue, pas désagréable malgré tout.

Camarade Totoff
Marquis(e)
Marquis(e)

Age : 36
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Dim 21 Aoû 2016 - 12:50

Critique effectivement très intéressante à lire même si on n'a pas vu le film. Bien vu pour Carry, malheureusement devenu plus rare aujourd'hui. Le blog est intéressant, j'ai lu dans sa critique de Suicide Squade que le film valait vraiment le coup d'oeil car se situant dans la même mouvance Cyperpunk que Blade Runner, il fallait y penser.

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Dearesttara le Dim 21 Aoû 2016 - 15:25

Merci sérib ! Le film ne m'a pas ennuyé et brassait des thèmes assez subtils. Je ne pouvais pas mettre moins de 3 étoiles à partir de ça. Maintenant, je trouve Toni Erdmann surcoté : belle ouvrage, mais clairement pas le chef-d’œuvre qu'une presse quasi unanime a voulu vendre.

A E44 : Merci à toi aussi. Very Happy
Marla a ses goûts à elle, j'éprouve parfois beaucoup de mal à la comprendre... Laughing Maintenant, j'aime quand on arrive à défendre intelligemment un film que je n'ai pas aimé, quoique pour cette fois, ta connaissance des comics originaux fait que je préfère ta critique à la sienne.
Carrey a la réputation d'être imbuvable en tournage, c'est peut-être une des raisons qui fait qu'Hollywood a tendance à le bouder.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Lun 22 Aoû 2016 - 17:01

Parution ds mémoires de Jugnot
http://www.leblogtvnews.com/2016/08/gerard-jugnot-raconte-ses-annees-splendid-dans-un-livre.html

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Mar 23 Aoû 2016 - 15:09

STAR TREK : SANS LIMITES : 3,5/10


Alors que JJAbrams se réapropriait l'univers Star Trek pour le moderniser et en faire une vision personnelle complexe, épique et -en ce qui concerne "Into darkness"- marquée par un climat post- 11/09, Justin Lin préfère faire un retour aux fondamentaux en retenant surtout l'aspect pop-kitsch de la série "classique", la ligne claire de sa narration, son esprit ouvertement naïf, et en mettant plus que jamais en avant toutes les thématiques tournant autour de la tolérance et de l' ouverture vers l'autre. Ce que cette nouvelle aventure de Star Trek perd en subtilité, elle le gagne donc en fidélité.

Le problème n'est pas tant de savoir si cette approche plus terre-à-terre (sans mauvais jeu de mots) semble davantage avisée que celle d'Abrams , mais bien de se rendre à l'évidence : "Sans limites" brille par l'absence totale d'un scénario digne de ce nom et par son manque flagrant d'ambition. L'histoire, qui ne raconte au final pas grand chose, tient sur 5 lignes ; les motivations de Krall (le vilain) sont capillotractrées (la justification de ses agissements est bien vaseuse) et le retournement de situation - arrivant trés tard- ne semble intervenir que pour apporter une pirouette supplémentaire à une histoire qui manque cruellement de mordant.

Justin Lin, qui a réalisé 3 des sept "Fast and Furious", opte ici très logiquement pour une action "non stop" ; approche d'une certaine façon louable puisque, du coup, force est de reconnaître qu'on ne s'ennuie jamais... Le problème est que tout cela s'opère au détriment des personnages qui, à peine esquissés, peinent à exister...

Ainsi, l'amitié naissante entre Scottie et Jaylah ne débouche véritablement sur rien ; son développement est passé à la moulinette ; les motivations de Krall (pas davantage développé) sonnent comme un prétexte ; les passages entre Spock et McCoy finissent par ressembler à du formula show ; l'intéressant dilemme de Kirk sur sa fonction au sein de la Starfleet (éprouvant une lassitude après tant d'années de voyages dans l''espace, il songe à tout arrêter) ne semble qu'un passage obligé (ses états d'âme sont à peine évoqués, puis balayés d'un revers de manche lors du final).

De plus, toute la dualité qui opposait Kirk à Spock dans les volets précédents est ici inexistante.

Cela est d'autant plus dommage que les auteurs, sans doute alarmés par la "froideur" et l' apparente complexité narrative de "Star Trek into darkness" (meilleur épisode de la saga cinématographique soit dit en passant), ont visiblement voulu livrer un produit plus fidèle à l'esprit d'origine, plus simple et surtout plus touchant : l'humour est présent sans être envahissant (à l'exception d'une séquence spaciale musicale un peu déplacée), les personnages sont certes creux mais attachants (pour peu que la caméra se pose et qu'elle leur donne un minimum d'intimité) ; les états d'âme de Spock qui se demande -désireux de préserver sa race et de la perpétuer- s'il doit continuer à fréquenter Uhura, sont bien amenés ...

Bref, des aspects intéressants mais qui, disséminés ça et là, ont bien du mal à donner du relief à une histoire d'une pauvreté affligeante.

L'autre gros point faible du film est son esthétique. Visuellement, "Star Trek beyond" n'est clairement pas à la hauteur, et 10 coudées au-dessous des réalisations de JJAbrams. La mise en scène est brouillonne, la patine d'ensemble fait beaucoup trop numérique, les scènes d'action ou de mouvement sont régulièrement illisibles, plusieurs passages sont beaucoup trop sombres, la composition des plans manque de majesté et ne met que trop peu en valeur l'univers, les séquences spatiales paraissent plates et n'ont aucune ampleur (full CGI oblige), et l'approximation de certains effets laissent perplexe à un tel niveau de budget. Précisons que la 3D, absolument inutile, n'apporte pas la moindre profondeur de champ (en plus d'assombrir plus que de raison l'image), ce qui est un comble pour un film se dérouant dans l'espace ! Star Trek Beyond est quand même réhaussé lors de toutes les scènes se déroulant sur Yorktown (qui ressemble furieusement à la station orbitale d'Elysium) . On regrette qu'il n'y ait pas davantage de séquences qui lui soient dédié, à l'image de cet épatant final qui défie les lois de l'apesanteur....Un point positif est également à signaler pour le travail sur les maquillages, qui sont tous de VRAIS maquillages (Krall, Jaylah, Kalara, Syl...) et non de la numérisation. La qualité s'en ressent.


Accumulant trop de défauts tant dans son scénario que sur le plan esthétique, "Star Tek : Sans limites", malgré la vivacit de son rythme, reste donc globalement le raté de la dernière trilogie, et l'on déplore que JJABrams -trop occupé au nouveau Star Wars- ne soit pas resté aux commandes.

Ce film est dédié à la mémoire de Leonard Nimoy et d'Anton Yelchin.
NOTA : Pour les private jokes, ne connaissant la série originale qu'en périphérie (et pas du tout Enterprise), je laisse le soin aux experts d'en faire une étude approfondie.



             DERNIER TRAIN POUR BUSAN : 5,5/10

Enième varation sur le thème des zombies, "Dernier train pour Busan" déploie une belle énergie mais, de prime abord, n'a rien de véritablement original ni de notable à offrir ; les personnages très codifiés ont déjà été vus dans moults films de genre (les films catastrophe en particulier), et le scénario (lieu clos dans un train + sous-texte social) rappelle beaucoup "Le transperceneige", même si le traitement est trés différent de ce dernier.

 C'est le sempiternel shéma du groupe d'individus de conditions sociales différentes rassemblés et confrontés à une situation inextricable...Comment vont-ils se révéler face au danger ?... Il y a le gros capitaliste trader trop individualiste qui finira par s'ouvrir aux autres, la chieuse de service (ici une groupie) qui chaque seconde mettra en péril les passagers par ses interventions déplacées, le gros rustre qui au fond se révèlera être un brave type en plus d'un homme courageux, sa femme enceinte, le patron irrascible et qui deviendra encore plus retors, le clochard au bon coeur, la petite fille innocente... Bref, un beau panel de stéréotypes ! 

Les situations sont ici assez répétitives et chaque nouvelle étape semble être la copie-carbonne de la précédente, mais de façon amplifiée, d'où une certaine lassitude sur la durée.

De plus, comme souvent dans les films asiatiques qui jouent sans cesse sur la surexpressivité, l'interprétation est parfois caricaturale (hormis pour les 4 personnages principaux particulièrement justes : le père et sa petite fille ; le prolétaire et sa femme enceinte) et les figurants-zombies ont souvent tendance à en faire trop (leur délire spasmodique donne surtout l'impression qu'ils sont en train de danser la Maccarena).

Pourtant, passé tout ce fourbi, on peut ne pas rester complètement insensible à cette histoire de "mauvais père" qui cherche à reconquérir sa petite fille, à l'amour évident que porte le réalisateur à ses personnages et au genre, au jeu de la petite Kim Soo An, au final bouleversant, à la dynamique de l'ensemble, et à la véritable sincérité qui se dégage de l'entreprise et qui n'apparaît que trop rarement dans les blockbusters US actuels dotés d'une morale pro-américaine souvent appuyée (pas de tout ça ici,). On pourra même, si on fait un petit effort supplémentaire, trouver l'émergence d'une poésie au milieu de tous ces corps en putréfaction.




THE NEON DEMON : 6,5/10





Objet filmique aussi audacieux qu'insaisissable, "The neon demon" est une fable surréaliste qui, de part sa nature-même, divisera.
En effet, avec son rythme lancinant (que sa bande-annonce survoltée ne laissait nullement entrevoir), ses images aux limites de l'abstraction, ses digressions inattendues et ses ruptures de ton, cet OFNI pourra dérouter voire provoquer le rejet des esprits les plus cartésiens. Cependant, si l'on accepte de faire l'effort de passer ce cap, on pourra se laisser alors transporter par la douce mélodie de ce "Alice" perverti et happer par l'étrange beauté de ses images. Nicolas Winding Refn, marqué par un désir véritable créatif, a en tout cas le mérite d'offrir quelque chose de singulier et de neuf dans le paysage cinématographique actuel ultra-balisé, et, rien qu'en cela, son film mérite le détour.
 
L'histoire est celle d'Eve (Elle Fanning, parfaite), jeune ingénue orpheline qui débarque à LA pour se lancer dans le mannequinat. Sa fragilité et son étrange beauté provoqueront la jalousie de toutes ses consoeurs et c'est à partir de là qu'elle découvrira l'envers du décor de ce monde de paillettes où la gloire n'est qu'éphémère.

Le réalisateur de "Drive" innove ici par des plans contemplatifs donnant une impression de "fausse plénitude", cela étant renforcé par une bande musicale admirable, et une photographie de toute beauté. Il cherche progressivement à destabiliser par une ambiance délétère et une constante remise en question des genres qu'il aborde, du rythme et des affects (l'ampathie ressentie pour l'héroïne s'étiole au fur et à mesure que le film avance, parallèlement au narcissisme naissant du personnage), jusqu'à un final délicieusement amoral. Le film utilise d'ailleurs autant de métaphores pour dénoncer le rêve américain, l'arrivisme, l'individualisme et les aléas d'un monde doré où chacun cherche (littérallement) à bouffer l'autre. C'est en quelque sorte une version déformée du "Showgirls" de Verhoeven.
Ici, nous plongeons -en même temps que l'héroïne- dans une espèce de cauchemar éveillé. On ne sait jamais trop la direction que Winding Refn va prendre et on s'embrigade avec lui dans un univers singulier qui commençait pourtant de la manière la plus classique qui soit.

Formellement, le film s'inspire de quelques oeuvres modernes tels "Suspiria" (pour son style néo-baroque), "Black swan" (pour la métamorphose de son héroïne), ou encore "Under the skin" (pour son aspect expérimental). Mais pas seulement... On pense aussi à David Lynch pour sa narration sinueuse, au cinéma des 80s -caractérisé par les éclairages et la musique-, et à Kubrick pour sa mise en scène géométrique et sa symbolique fortement marquée. Il y est aussi fait une petite référence à "La féline" de Paul Schrader, autre film trés esthétiquement marqué des années 80s.
Une oeuvre spéciale, atypique, originale, inclassable, formellement trés belle, et qui travaille longtemps aprés sa vision.

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 23 Aoû 2016 - 19:45

Afin d'établir un Top 100 des films du XXIème siècle, la BBC a réuni un collège de 177 critiques ciné du monde entier. Le résultat de leur vote a désigné comme meilleur film toutes catégories depuis 2000 : Mulholland Drive. Bien vu.

Le Top 100 final :
http://www.bbc.com/culture/story/20160819-the-21st-centurys-100-greatest-films?ocid=twcul

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Dearesttara le Mar 23 Aoû 2016 - 20:11

Bravo, séribibi ! Voilà trois critiques bien fignolées, spécialement celle de Neon Demon, que je trouve très riche dans ton analyse !
Pour ST: Beyond, tu vas en surprendre plus d'un car tous les trekkies ont descendu en flammes le film pour la raison inverse que tu invoques : pour eux, tout le film est une trahison de la série, alors même que les fans s'étaient montrés plus nuancés pour les deux opus précédents. Bizarre, vous avez dit bizarre ?
Le dernier train pour Busan sera certainement le film que je verrai ce week-end, je te dirai ce que j'en pense. Enfin, Neon Demon fait partie de ces films que je me suis promis-juré de voir et que je finis par jamais voir à force de retarder ; il y en a beaucoup, et c'est barbant.


A E44 : voilà un top qui a un mérite rare : il essaye d'englober le plus de films non américains et non européens. J'aurais bien souhaité un Woody dans le lot (Match Point, Whatever Works, Midnight in Paris...). Oui, un top que j'aime beaucoup. Mulholland Drive est un choix tout à fait crédible et fin. Combien ce Lynch a pu me hanter...

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 23 Aoû 2016 - 21:14

Exact, en plus la présence française n'est pas négligeable (je dirais à peu près 10 films). Bon, et puis DC : 1 , Marvel : 0, donc... hehe

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Jeu 25 Aoû 2016 - 18:40

Bande annonce de Rings, nouveau volet de la saga The Ring. Sortie le 09 novembre.



Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Ven 26 Aoû 2016 - 16:23

Acteurs et actrices les mieux payés en 2016
http://www.allocine.fr/diaporamas/cinema/diaporama-18655334/

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Dim 28 Aoû 2016 - 21:41

"Ben-Hur" commence à se ramasser une vraie volée de bois vert.. Est-on véritablement surpris ? Laughing

http://www.avoir-alire.com/ben-hur-2016-la-critique-du-film

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Dearesttara le Dim 28 Aoû 2016 - 21:58

Il y avait pourtant à espérer : John Ridley, co-auteur du film, a scénarisé 12 years of slave, l'un des plus grands succès US de 2013, et a créé l'une des plus intéressantes séries en cours : American Crime. Quant à Timur Bekmambetov, il est clairement plus à l'aise dans le second degré que le peplum premier degré. Mais bon, il était quasi impossible de rivaliser avec le remake de 1959. J'aimerais qu'Hollywood se rende compte avant une banqueroute fatale que sa politique nécrophile la mène droit dans le mur.

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Camarade Totoff le Lun 29 Aoû 2016 - 11:11

Ne t'inquiètes pas pour "l'Usine à rêves", elle s'en remettra. Dans les années 1950, Hollywood ne produisait plus rien ; il y a pourtant eu un Nouvel Hollywood. Cette "nécrophilie" (très lovecraftien comme image, j'aime beaucoup) est peut-être le signe de l'essoufflement d'un modèle économique et l'attente d'un autre.

Maintenant, pour ce qui est de l'imagination, ce n'est pas récent qu'il y en a peu à Hollywood ; William Faulkner (qui lui en avait) parlait des studios comme de "la terre vaine".

Camarade Totoff
Marquis(e)
Marquis(e)

Age : 36
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Camarade Totoff le Lun 5 Sep 2016 - 13:23


Instinct de survie
7.5/10

Un film qui réconcilie avec les films de requins, sous-genre particulièrement malmené.

La première partie pourrait paraître classiquement édenique avec cette belle plage, cette belle mer etc. Sauf que, d'emblée, le réalisateur a l'habileté de nous montrer que cet eden est d'ors et déjà corrompu. Tout ce qui se passe en surface jouit d'une musique tonique - beau travail global de Marco Beltrami - alors que, dès que la caméra filme sous l'eau, c'est le silence.

La transition se fait en un plan particulièrement esthétique : la surfeuse descendant sa vague alors que l'on aperçoit l'ombre du requin derrière cette même vague.

On avait pu sourire jusque là notamment avec ces gros plans inutiles mettant en valeur le physique avantageux de Nancy (Blake Lively). Maintenant, ce corps de rêve se heurte - physiquement - au cauchemar. Les plans larges se font rares (hormis pour montrer le requin de haut) et le réalisateur va cadrer souvent serré sur le corps meurtri -et donc affaibli- de Nancy et sur son visage qui reflète tour à tour la peur et la souffrance. Blake Lively démontre sur ce film, certes mineur, qu'elle est désormais capable de porter un film tout entier sur ses épaules.

Le scénario évite les écueils (sans jeux de mots) du passé de l'héroïne en flashback pour meubler ainsi que le trop plein de personnages pour occuper l'espace. Le premier nous est exposé en deux minutes via une conversation téléphonique et les autres sont présents à titre utilitaire (voire purement alimentaire).

La dernière scène n'est pas un happy end banal mais il montre la force de caractère de Nancy, sa résilience ainsi que la transformation de l'instinct de survie en appétit de vie.


Dernière édition par Camarade Totoff le Jeu 8 Sep 2016 - 14:00, édité 1 fois

Camarade Totoff
Marquis(e)
Marquis(e)

Age : 36
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Mar 6 Sep 2016 - 19:12

Très bonne critique Camarade Totoff (même si je l'avoue je suis beaucoup plus mitigé sur ce film).

Quelques premières critiques élogieuses sur le Ben-Hur 2016 :
http://www.parismatch.com/Culture/Cinema/Ben-Hur-la-critique-du-peplum-de-la-honte-1063117

http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/critiques/ben-hur-freine-son-char-dans-un-remake-essouffle-245527

http://www.avoir-alire.com/ben-hur-2016-la-critique-du-film

http://www.programme-tv.net/news/cinema/93248-remake-de-ben-hur-etait-ce-bien-raisonnable-notre-avis-video/

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 27 Sep 2016 - 9:41

Le film Elle choisi par le jury du CNC pour représenter la France aux Oscars.

http://www.ozap.com/actu/oscars-2017-la-france-designe-elle-pour-la-categorie-meilleur-film-etranger/508131

On saura le 24 janvier si le film est retenu dans la sélection finale par l'Académie.

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Mar 27 Sep 2016 - 12:18

Très bon choix.

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 27 Sep 2016 - 13:26

Je ne l'ai pas vu, mais l'histoire semble effectivement intéressante. ce sera toujours plus prenant qu'Indochine, le dernier film français a avoir obtenu l'Oscar que je n'ai jamais réussi à terminer. De toutes manières la dernière fois que j'ai vu un film français m'ayant réellement emballé remonte déjà à l'année dernière.

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Mar 27 Sep 2016 - 14:44

C'était quoi ?

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 27 Sep 2016 - 15:09

Un film d'animation, Avril et le Monde truqué : une fascinante et intrigante uchronie, même si davantage fantaisiste qu'historiciste des personnages particulièrement attachant, une authentique aventure, de l'animation de qualité et le splendide univers graphique de Tardi, entre horreur et poésie. On découvre d'ailleurs beaucoup mieux son monde ici que dans le très hors sujet Adèle Blanc-Sec de Besson. Un film vraiment original.



Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Dearesttara le Mar 27 Sep 2016 - 18:45

Bonne sélection que Elle, quoiqu'un peu étrange, c'est un film français scénarisé par un américain et réalisé par un hollandais. Les critères d'éligibilité doivent être à propos de la production. Mais le film n'en est pas moins un de mes gros coups de cœur de l'année.

Sinon, un blockuster dont l'idée originale vient... d'un enfant de 4 ans. Le flop massif est d'ores-et-déjà annoncé.

http://www.slate.fr/story/123947/paramount-enfant-developper-film-desastre

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Mar 27 Sep 2016 - 18:50

Oui c'est vrai que ça n'est pas totalement un film français, certes financé par la France et filmé avec des acteurs français et sur le territoire français, mais mis en scène par le réalisateur de Robocop... Laughing

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mar 27 Sep 2016 - 20:00

Il y a une intéressante notice wiki sur le sujet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_du_meilleur_film_en_langue_%C3%A9trang%C3%A8re

Pour le film de monstre c'est la conséquence logique d'une démarche marketing toujours plus au coeur de la production des films et de manière très déstructurée qui plus est. Le processus décisionnel au sein des studios hollywoodiens relève de la théorie dynamique du Chaos. Le montant du budget reste tout de même étonnant,

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Mer 5 Oct 2016 - 1:05

Un joli sujet sur Londres dans le dernier numéro de Blow Up


Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Camarade Totoff le Dim 9 Oct 2016 - 20:18


MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS
9/10

Une réussite magistrale de Tim Burton. C'est en suivant son sillon le plus fécond, l'amour des étrangetés, que le réalisateur retrouve toute sa magie.

Il prend d'abord le temps de poser son histoire. Celle de Jack, jeune adolescent mal dans sa peau et qui aurait tellement voulu que les histoires singulières que lui racontaient son grand-père qu'il adorait soient vrais. Ledit grand-père est soudain frappé à mort et Jack le découvre sans yeux ! Avant de mourir, le vieillard lui demande d'aller trouver Miss Peregrine. Problème, cette femme, directrice d'une orphelinat au Pays de Galles - terre de légendes et de mystères s'il en est - est morte en 1943 ! Qu'à cela ne tienne, Jack fait quand même le voyage et, grâce à une boucle temporelle, retrouve Miss Peregrine et les enfants particuliers. C'est seulement quand les bases de cet univers à la sombre et coloré - du pur Burton - ont été solidement posées et les personnages somptueusement présentés (aucun n'est une simple silhouette et on sent la tendresse du réalisateur pour ces êtres étranges et pourtant attachants) que la seconde partie commence. Certains "Particuliers" sont devenus des monstres qui dévorent les yeux et ils se rapprochent de l'orphelinat. Il faudra que Jack sorte de sa coquille pour les combattre.

Résumé trop court et qui ne rend pas compte de la richesse de cette histoire. Tim Burton arrive à recréer cet équilibre subtil d'humour et de macabre (le combat des monstres et des squelettes sur fond de musique de fête foraine !) qui a fait sa particularité. On retrouve avec joie aussi son goût pour les demeures ayant une âme (un hommage discret à la Hammer?), pour cette préférence marquée pour le rêve plutôt que pour une "normalité" décevante (c'est très lovecraftien mais avec une chaleur et une attention aux autres ignorées du Mage de Providence).

Asa Butterfield (vu dans La Sratégie Ender réussit à nous captiver. S'il est gauche au départ, il n'est jamais montré comme pathétique. S'il paraît manquer de courage parfois c'est davantage un manque de confiance en lui et, au contact des autres - en particulier d'une - il va évoluer. Tim Burton rend aussi hommage au cinéma britannique avec cette grande figure qu'est Terrence Stamp. L'acteur compose un grand-père savoureux et il sait rendre la tendresse de ce dernier pour son petit-fils ainsi que sa force morale, qu'il lui transmettra. Plus contemporain, Samuel L. Jackson s'éclate dans son rôle de méchant à la fois suave et cruel.

Mais le chef d'œuvre du film c'est Miss Peregrine, Eva Green en majesté. Absolument sublime dans sa robe de 1943, l'actrice est une directrice aimante, drôle, pleine de verve et d'allant. Elle manie aussi bien l'humour que l'arbalète et fume la pipe avec élégance. Plus que tout, Eva Green donne à voir une femme qui a de l'amour à donner. Dans un film où ils sont si importants, ses yeux sont un grand atout. Couleur de nuit, ils reflètent la gentillesse (pour accueillir Jack) mais se font autoritaires quand Miss Peregrine donne un ordre.

La famille est un thème puissant chez Tim Burton et ce film le couple avec l'amour pour donner une armature solide à ce film brillant et qu'on a plaisir à avoir vu.


Dernière édition par Camarade Totoff le Jeu 13 Oct 2016 - 13:54, édité 1 fois

Camarade Totoff
Marquis(e)
Marquis(e)

Age : 36
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Estuaire44 le Dim 9 Oct 2016 - 20:23

Merci pour cette très belle critique ! je craignais que le film soit un décalque de Xavier et de son école de mutants, les X-men, mais apparemment tel n'est pas le cas.

Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 47
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Dearesttara le Dim 9 Oct 2016 - 21:56

Très heureuse critique, Camarade ! J'admets avoir détesté le film, où Burton filme merveilleusement des images, mais où je continue vainement à chercher une trace de scénario - mais tu défends le film avec beaucoup de chaleur.
Et puis on est d'accord sur Miss Eva Green, alors. love

Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  séribibi le Lun 10 Oct 2016 - 17:44

Excellente critique en effet, mais j'avoue être du même avis que Dear : j'ai pas aimé du tout. On a du mal à reconnaître la patte du réalisateur qui semble se plagier lui-même. La cohabitation merveilleux et macabre est assez bien faite mais l'histoire, intéressante, pêche par un trop plein de sur-explicatif... et visuellement le film est souvent faiblard (la palme à ce final raté entre les squelettes et les géants -je ne me souviens plus leur nom- sur ambiance de fête foraine). Burton semble vouloir renouer avec l'esprit de ses premiers films sauf que ça ressemble à un quelconque produit formaté et impersonnel. Surtout, Eva Green, sous-exploité (et très en deça de ses capacités d'actrice), est reléguée au 2ème voire 3ème plan alors que son personnage est censé être le 1er rôle.
4/10

séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités Cinéma

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 19 sur 20 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum