CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Série "Stargate - SG1"

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 6 Avr 2015 - 17:32

Bien vu ! C'est très vrai, même si je ne me souviens pas que Skinner avait de faux souvenirs. Mais les souvenirs sont trompeurs.

Estuaire44
Empereur
Empereur

Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 6 Avr 2015 - 17:43

Le générique de la saison 9, aux images totalement renouvelés vis à à vis de la première grande période de la série.

avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 6 Avr 2015 - 20:27

Effet Domino (Ripple Effect, 9-13, ***)
- I am not about to turn this base into the Grand Central Station of the Multiverse !

De nombreuses SG-1 venant d’univers alternatifs parviennent au SGC. On retrouve ainsi « Janet » et « Martouf ». Sam, aidée par les autres versions d’elle-même, détermine que la singularité crée lors de la destruction de la Super Porte des Oris a créé une faille dimensionnelle convergeant vers notre réalité. L’équipe tente de se rendre sur place pour corriger la situation grâce aux Asgards, mais doit faire face à une autre SG-1, dont le but est de s’emparer de l’E2PZ d’Atlantis. Finalement Sam parvient à renvoyer tout le monde chez soi, avant de refermer la faille.

Face à la situation hors normes décrite, on reprochera à l’épisode de manquer d’un grain de folie, pour se contenter d’un humour bon enfant. Toutefois l’intrigue parvient à se développer au-delà du postulat initial, ce qui n’avait rien d’évident au départ. Les supputations savantes de Sam quant à la cause réelle du phénomène entretiennent joliment le suspense tout en renouant avec la saveur du Space opera à la Star Trek. Les effets spéciaux, toujours impeccables, assurent le spectacle. La série capitalise également sur son long parcours, les retours de Janet et de Martouf suscitant bien évidemment l’émotion. C’est d’autant plus vrai que l’évident bonheur de Teryl Rothery et de J. R. Bourne  retrouvant leur personnage s’avère des plus communicatifs.

Les amateurs (trices) de la relation entre  Jack et Sam connaîtront les affres de l’angoisse en découvrant que le lien existe toujours entre Sam et Martouf, mais celui-ci provient d’un univers où la belle l’a quitté pour « quelqu’un d’autre ». L’honneur est sauf, on a frôlé le drame ! Les péripéties entre SG-1 et son alter ego rivale se montrent par contre trop expéditives et reléguées pour réellement captiver. Au total l’épisode se montre distrayant mais sans le souffle et la virtuosité narrative de Une dimension trop réelle.  De fait l’inépuisable thème  des univers parallèle revêt davantage de saveur quand on visite l’inconnu, que quand des visiteurs ne font que l’évoquer.


Les Asgards sont ici représentés par Kvasir. Dans la mythologie nordique, il est le dieu de la concorde et de la sagesse.

Après le départ de Kvasir, Daniel indique qu’il regrette Thor. Il s’agit d’un clin d’œil, car la voix de Thor est réalisée par Michael Shanks.

You don't have beards so you're not from the evil twin universe déclare Mitchell, il s’agit d’une référence à Miror Mirror, célèbre épisode de Star Trek Classic voyant les officiers alternatifs de l’Enterprise porter barbe et se tenir du côté obscur.

L’épisode marque l’ultime participation de Teryl Rothery (Janet Fraiser) et J. R. Bourne (Martouf/Lantash) à la série.

Joseph Mallozzi a confirmé par la suite que la Sam de l’univers du Martouf alternatif a bel et bien épousé le Jack O’Neill local, ce qui n’est pas explicitement énoncé dans l’épisode.

Le Miroir Quantique a été détruit sur l’ordre du Général Hammond.

A côté des classiques Trous Noirs et Supernovas, San évoque comme cause possible du phénomène un Sursaut Gamma. Il s’agit de nuées de photons gammas apparaissant aléatoirement dans le cosmos, suite à la désintégration d’atomes probablement  l’ultime fin d’étoiles massives. On considère que les Sursauts Gamma constituent les évènements les plus lumineux de l’univers, hormis le Big Bang lui-même.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mar 7 Avr 2015 - 0:21

Prise de contrôle (Stronghold, 9-14, ***)
- Come now, Teal'c, we're smart enough to know we're not actually gods. Well, some of us are, anyway – there are always those who believe their own propaganda.

Sous l’influence de Teal’c et Bra’tak le haut conseil jaffa s’apprête à voter pour une constitution démocratique, mais Ka’lel fait défection. Ba’al opère des lavages de cerveau afin de dominer le Conseil et fait enlever Teal’c. Bra’tak et Daniel parviennent à localiser la base de Ba’al et les équipes SG mènent une grande attaque. Elles sont rejointes par Mitchell qui jusque là veillait un ami sur le point de mourir. Tel’c est libéré et la constitution votée, tandis que Ba’al est abattu.

On pourra regretter que la saison fasse faire le grand écart à Ba’al, précédemment aux abois sur Terre, traqué par les Jaffas, ici soudainement manipulant et conditionnant leurs chefs, avec une facilité déconcertante. Mais qu’importe le récit, rondement mené sait mettre en valeur l’humour acéré et cynique de ce Grand Maître décidément à part, ainsi que son talent pour les plans audacieux et madrés. La confrontation avec un Teal’c qu’il s’efforce de briser tient toutes ses promesses, sur un mode qui évoquera l’épisode Lavage de cerveau aux amateurs des Avengers et, toute proportion mise à part, le duel entre le Prisonnier et l’ultime Numéro 2. La mort soudaine de Ba’al pourrait attrister, mais l’on devine immédiatement qu’il s’agit d’un clone (jurisprudence Blofeld).

On passera par contre rapidement sur pathos hospitalier à gros bouillon du versant Mitchell, lacrymal à souhait. L’utilisation de la machine à souvenirs de Collateral Damage n’y change pas grand-chose. Heureusement cela ne se prolonge guère, le récit mélangeant un grand espace à la bataille finale, particulièrement spectaculaire et articulée avec soin. Cet exercice style très populaire chez les fans de la série avait été absent depuis quelques épisode, ici la série se rattrape amplement. On regrettera simplement quelques excès, comme Mitchell se taillant à lui tout seul un passage dans le vaisseau de Ba’al et tombant directement sur la salle où est détenu Teal’c, alors qu’il n’a aucun moyen d’en connaître l’emplacement. Mais la frénésie de l’action rend indulgent là-dessus.

La pizza au-dessus de la télévision porte la marque DeLuise and Sons, un clin d’œil au comédien et à ses fils ayant participé à la série.

Il n’est pas établi que Ka'lel ait pu se libérer de l’influence de Ba’al. L’unique membre fémini du haut conseil jaffa ne réapparaitra plus dans la série.

Le jeu vidéo auquel jouent Mitchell et Ferguson à l’hôpital est Killzone, sorti en 2004.

Pour la première fois, on découvre un Ha’tak effectivement posé sur une pyramide.




avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mar 7 Avr 2015 - 15:57

Ingérence (Ethon, 9-15, 3)
- Do you ever give up?
- Not until I'm dead...and sometimes not even then...

Jared arrive depuis Tegalus, pour prévenir SG-1 que les Prêcheurs ont doté le Protectorat d'un satellite militaire menaçant de détruire la Fédération en échange de la conversion de la nation. SG-1 intervient, mais Daniel est fait prisonnier, tandis que le Promotheus est détruit par le satellite, que Sam a sous-estimé à partir des plans fournis par Jared. Le Colonel Prendergast se sacrifie pour sauver SG-1 et la majeure partie de son équipage, téléporté sur le territoire de la Fédération. Sam parvient à paralyser le satellite, forçant une paix négocié. De retour au SGC, Daniel apprend qu’un conflit dévastateur a néanmoins ravagé Tegalus.

De retour sur Tegalus et ses deux nations viscéralement antagonistes, on pouvait craindre un nouveau récit édifiant et moraliste, comme connu par le passé, avec des succès divers. Si cet élément demeure présent, notamment en fin de récit, il n’empêche pas un réel suspense politique de se développer. Le tempo demeure suffisamment rapide pour susciter l’intérêt tandis que les personnages, tous excellemment interprétés, bénéficient de dialogues exposant à merveille enjeux et motivations. Les auteurs évitent le piège des postures caricaturales,: le dirigeant du Protectorat ayant vendu son âme aux Oris apparaît comme une proie de leur propagande, tandis que celle de la Fédération, même alliée de circonstance de SG-1, manifeste un fanatisme glaçant. Le clou du spectacle demeure la destruction du Promotheus, aussi spectaculaire que dramatique, à l’issue d’une haletante bataille.

Cette catastrophe, jointe à la nature maudite de Tegalus, confère une tonalité très sombre au récit, annonçant déjà la fin de saison. Cette réussite se voit néanmoins grevée par quelques facilités scénaristiques. Il est ainsi surprenant que Sam se soit montrée aussi catégorique sur la dangerosité du satellite, à partir de simples ébauches initiales de sa construction. Si Sam se met à connaître des défaillances, c’est tout l’univers Stargate qui vacille ! De même on ne comprend pas que les Terriens se montrent aussi certains de la résistance des boucliers Asgards, alors qu’ils savent que la technologie des Oris équivaut celle des Anciens, ce n’est pas logique. Toute la résolution de l’intrigue repose sur le fait que la satellite soit inerte en l’absence d’ordres provenant du Protectorat. Or le Daedalus constate la complète destruction de celui-ci, il aurait pu dès lors, aborder l’arme ori pour en étudier la technologie.


Ethon est le nom de l’aigle venant quotidiennement tourmenter Prométhée, dans la mythologie grecque.

Le Promoteus est détruit lors des affrontements orbitaux l’opposant au satellite ori. Le premier vaisseau interstellaire terrien était en service depuis trois ans.

On aperçoit pour la première fois le potentiel de l’armement des Oris, qui ne sera toutefois pleinement déployé que lors de l’arrivée de leur flotte. Le faisceau d’énergie du satellite évoque déjà celui des vaisseaux de la Croisade.

Le Colonel Prendergast disparaît avec son vaisseau, après avoir évacué son équipage. Il aura en tout participé à sept épisodes.

Pour la première fois depuis son arrivée, Landry ne participe pas à l’action. Beau Bridge était retenu sur le tournage de l’épisode Critical Mass de Stargate Atlantis.

Les deux nations rivales de Tegalus se sont vraisemblablement annihilées durant le conflit évoqué par Daniel. Il ne sera plus question de la planète au cours de la série.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mar 7 Avr 2015 - 22:02

Hors limite (Off the Grid, 9-16, ***)
- You came to greet me in person. Oh, oh! I have this fabulous innovation I want to... it's called a "cupcake".

SG-1 enquête sur un monde où l’Alliance cultive massivement du Kassa, une drogue terriblement addictive (du maïs modifié), vendue dans toute la Galaxie. Découverte, l’équipe tente de s’enfuir par la Porte mais elle –ci est alors téléportée. SG-1 est capturée mais libérée par l’intervention de l’Odyssée. Landry apprend grâce à Nerus que le voleur de Portes est Ba’al. SG-1 infiltre le vaisseau de ce dernier et transfère les Portes dans l’Odyssée, La flotte de l’Alliance intervient également et détruit l’Ha’tak de Ba’al, démontrant sa puissance.


Du fait de l’absence des Oris, l’opus n’apporte rien de direct au fil rouge de la saison, mais présente l’intérêt de mettre en avant l’Alliance Luxienne, jusqu’ici seulement entrevue. Elle compose un ennemi original au sein de la série, totalement à rebours des prétentions divines habituelles pour au contraire exacerber un cynisme total et crapuleux. L’Organisation doit aussi beaucoup à l’inquiétante personnalité de son leader Netan, interprété avec intensité par Eric Steinberg. L’Odyssée essuie également un baptême du feu réussi, prenant d’emblée toute sa place dans l’univers Stargate. Le vaisseau participera activement à Stargate Atlantis, tout comme l’Allaince Luxienne à Stargate Universe. Alors qu’elle approche de son couchant il reste sympathique d’observer Stargate Atlantis poser des jalons pour ses séries dérivées, participant ainsi à la pérennité de la franchise. Par ailleurs, à défaut de thématique grandiose, l’opus peut compter sur de nombreuses scènes d’action, souvent efficaces.

Le scénario ne résulte toute fois pas exempt de défauts ?. Le scinder en deux partie quasi autonomes (la Kassa puis Ba’al) oblige à triter rapidement chacun des sujets. De plus les effets de la drogue ne sont qu’évasivement évoqués, à l’écran on se retrouve face à un bâte épi de maïs, puis à quelques pieds nickelés chargés de sa récolte. Avouons que l’on a connu plus intense comme menace, du moins avant que Netan se mesure à Ba’al. Pour assurer ses péripéties, l’intrigue compte trop sur les coïncidences miraculeuses (la Porte volée est pile celle que SG-1 est sur le point d’utiliser, SG-1 est téléportée pile au moment où elle va être exécutée, Netan arrive pile au moment où les boucliers de Ba’al sont désactivés, etc.). Voir Teal’c et Mitchell à eux deux  résister à toute la garde de Ba’al (la massacrer) sollicite une série à la tolérance pourtant élevée en la matière. Les morts successives de clones évidents de Ba’al risque de devenir lassantes et mécaniques (d’ailleurs aucun personnage ne s’étonne de le retrouver vivant) alors que le concept n’a pas apporté grand-chose jusqu’à présent.


Un deuxième  croiseur lourd de type 304, l’Odyssée, rentre en service. Le premier, le Daedalus, a été inauguré dans Stargate Atlantis. L’Odyssée va opérer dans les deux séries, participant à plusieurs batailles spatiales majeures.

L’épisode marque l’apparition du Colonel Paul Enderson, commandant de l’Odyssée. Il va remplir diverses missions avec succès, avant d’être assassiné par l’Alliance Luxienne, quand celle-ci tentera de s’emparer de l’Odyssée (Company of Thieves, 10-09). L’évènement initiera une guerre totale entre la Terre et l’Alliance.

Nous découvrons également Netan, le numéro 1 de l’Alliance Luxienne. Ponctuellement allié de la Terre de lors de l’arrivée de la Croisade des Oris, ses relations avec notre monde ne cesseront en de se détériorer. SG-1 va en effet poursuivre sa lutte contre le Kassa et NEtan finira par mette la tête de ses membres à prix.  Les échecs répétés de Netan contre les Terriens lui vaudront d’être « remplacé » à la tête de l’Alliance (Bounty, 10-15).

Décès de Nerus, abattu par Ba’al.




avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Dearesttara le Mar 7 Avr 2015 - 22:17

Estuaire44 a écrit:- Do you ever give up?
- Not until I'm dead...and sometimes not even then...

Très Whedon comme réplique ! Razz
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mar 7 Avr 2015 - 22:19

C'est de Daniel, le voir revenir de la mort est devenu une running joke de la série. Laughing
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 8 Avr 2015 - 2:00

Le Châtiment (The Scourge, 9-17, ****)
- But not impossible ?
- That's a word I stopped using nine years ago, when I joined the Stargate Program.

SG-1 est chargée d’escorter une délégation de la commission internationale supervisant le Programme Stargate, dirigée par Woolsey. Le groupe visite la base Gamma, un site d’expérimentions situé sur un autre monde.  Des insectes supposément créés par les Prêcheurs y sont étudiés. Ceux-ci s’avèrent carnivores et s’échappent de leur confinement, se multipliant à toute vitesse. Le personnel de la base est massacré, tandis que SG-1 et les diplomates parviennent difficilement à rallier un site secondaire. Ils peuvent aller l’Odyssée, qui les téléporte avant de déverser une puissante toxine créée par le Dr. Lee.

Les histoires d’insectes horrifiques à la Creepy Crawlers ont toujours été populaires en Amérique du Nord et de nombreuses séries relevant de la Science-fiction ou du Fantastique y ont eu recours : Les X-Files, Supernatural, Buffy contre les Vampires … Sans même parler de Doctor Who et de l'inoubliable Zarbi. Ici Stargate SG-1 a la bonne idée d’assez efficacement relié le thème à son univers, pour qu’y avoir recours ne semble pas artificiel. (arme biologique des Prêcheurs, mais aussi des Terriens contre les champs de drogue de l’Alliance Luxienne).

Le scénario propose un plaisant panorama de la plupart des figures imposées du genre : vagues d’insectes, être humain évoré en quelques instants, irruptions depuis le sous-sol, insectes rampant sous la peau de la future victime ou jaillissant de la bouche d’un cadavre, etc. On pourrait se lamenter d’un florilège de clichés, mais l’efficacité remarquable de la réalisation et de l’interprétation, ainsi que le tempo électrique de l’action subliment le tout en la parfaite quintessence  d’un genre. Le volet humain n’est pas oublié, l’épreuve forçant chacun à révéler son vrai visage.

On apprécie que la déléguée chinoise se voit abordée sans manichéisme (impeccable Tamlyn Tomita) et l’on s’amuse que le personnage boulet, autre marronnier de ce type d’histoire, soit bien entendu le français, ronchon, couard et indiscipliné. Merci à toute l’équipe. Deux légères réserves toutefois. Les insectes suscitent une impression de déjà-vu, fonctionnant de manière très similaire aux Réplicateurs, c’est presque un doublon, hormis la phobie propre aux bestioles. Et puis Stargate SG-1 demeurant une série familiale, la mise en scène expurge soigneusement tout effet réellement gore, pas la moindre goutte de sang en vue.


Mitchell cite le film Starship Troopers (1997), en référence aux insectes géants qui y affrontaient l’humanité.

Landry indique en fin d’épisode que deux autres planètes ont été attaquées par les insectes. Il n’en sera plus jamais question dans la suite de la série.

Le titre de travail de l’épisode était The Blight.

Le Site Gamma est détruit. Il servait de base arrière au SGC, notamment pour mener des expériences trop dangereuse pour être conduites sur Terre, dans la Zone 51.

Les insectes dévorent intégralement un soldat…  Y compris son arme !

Woolsey franchit la Porte des Etoiles pour la première fois.

Shen Xiaoyi, l’Ambassadrice chinoise, sera rebue cette saison dans Crusade, ainsi que dans deux épisodes de Stargate Atlantis. Elle est interprétée par Tamlyn Tomita, figurant dans de très nombreuses séries américaines.




avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 8 Avr 2015 - 13:13

La série toujours bien suivie sur la TNT
http://www.toutelatele.com/alerte-cobra-et-stargate-sg-1-series-les-plus-regardees-a-19h45-face-a-touche-pas-a-mon-poste-69624
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Dearesttara le Mer 8 Avr 2015 - 13:22

Scrubs coule tandis que Les Mystères de l'amour montent. Ce monde est trop cruel, j'ai besoin d'une porte des étoiles illico...
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 8 Avr 2015 - 15:24

Je ne sais pas comment France Ô vend Scrubs, si c'est comme une série hospitalière classique certains spectateurs ne vont pas s'y retrouver.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Jeu 9 Avr 2015 - 21:18

Le Manteau d’Arthur (Arthur’s Mantle, 9-18, ***)
- Now, how is Jackson supposed to help us with this ?
- Well a similar thing happened to him a few years ago.
- PX7377, the Crystal Skull.
- You really did read every report from every mission we ever went on, didn't you ?

Sam étudie l'un des artefacts d'Avalon, quand celui la déphase brusquement, de même que Mitchell. Ils sont désormais invisibles et immatériels, mais Daniel parvient à résoudre le problème grâce à ses souvenirs de sa mésaventure avec le Crane de cristal. Mitchell intervient également pour aider Teal’c face à un Volnek rendu fou par les Oris et ayant massacré les autre Sodans. Daniel découvre que l’artefact est en fait le journal de recherche de Merlin, ce dernier a inventé une arme contre les êtres ayant accompli l’Ascension, pouvant servir contre les Oris. Les Prêcheurs annoncent que la Grande Croisade est sur le point d’atteindre la Voie lactée.

Une série au parcours aussi long que Stargate SG-1 éprouve fatalement des difficultés à se renouveler. L’épisode propose une manière astucieuse de faire du neuf avec du vieux : reprendre un thème en l’exploitant de façon totalement différente, mais aussi en intégrant pleine au récit l’expérience de la précédente aventure. Cela apporte une agréable continuité à l’univers Stargate, titille agréablement la nostalgie et permet de gagner du temps dans l’exposé de la situation, tout en en renouvelant totalement les effets. On passe ici d’un histoire empreinte de mythologie, aux lisières de la Fantasy, à un pur récit de Science-fiction, derrière le toujours habile habillage arthurien. L’intrigue se joue intelligemment de l’obstacle représenté par des protagonistes sans influence aucune sur l’action. A cette fin les auteurs font feu de tout bois, jouant de l’humour des répliques ou des bévues du Dr. Lee, d’une interaction établie par Daniel ou d’un Mitchell collant autant que possible à l’expédition du jour. Un bel effort, couronné par la révélation de l’arme de Merlin, ouvrant de grandes perspectives.

L’alternance soutenue entre les scènes du SGC et de l’expédition chez les Sodans dynamisent également l’action. Teal’c se voit mis en valeur, avec un Christopher Judge très convaincant dans son rôle à la Predator. La mise en scène, nerveuse à souhait, se montre également à la hauteur, s’appuyant également sur les beaux extérieurs et effets spéciaux caractéristiques de cette série ayant toujours soigné sa production. Le remarquable maquillage de mort-vivant de l’infortuné Volnek se montre également saisissant et guère éloigné de The Walking Dead. L’opus n’évite toutefois pas les aléas coutumiers des récits traitant de personnages immatériels ou fantomatiques : Sam et Mitchell se tiennent sur le plancher, entendent tout alors que personne ne les entend, etc. Plus gênant, il reste étonnant qu’un simple gadget de poignet permette de percer à jour une invisibilité censée duper les Anciens ayant réalisé l’Ascension. Voir Mitchell plaisanter à propos de rosbif froid non loin de ses amis Sodans massacrés résulte assez désinvolte.

Les Sodans sont détruits, seul Lord Haikon survit. Il ne réapparaitra plus dans la série.

On apprend l’existence d’une arme pouvant détruire les êtres ayant réalisé l’Ascension.

Dans le Cycle Arthurien, le Manteau (ou Cape) d’Arthur avait la propriété de rendre son porteur invisible. Le roi l’avait apporte de son voyage dans le monde des Fées. Le Manteau compte parmi les mythiques Treize Trésors de l’île de Bretagne.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Sam 11 Avr 2015 - 19:04

La Grande Croisade (Crusade, 9-19, **)
- It's funny, isn't it? Daniel always wanted to get into my pants, and now I'm in his.

Vala parvient à communiquer avec le SGC grâce à l’artefact psychique des Anciens, en occupant le corps de Daniel. Elle révèle s’être matérialisée dans un village des Oris, et a épousé Tomin, homme bon, mais aussi fort pieux. Auparavant Vala s’est soudainement aperçue qu’elle était enceinte, sans aucune explication  Les Oris emblent s’intéresser à son enfant. Elle révèle également que la Croisade est sur le point de s’élancer, une deuxième Super Porte ayant été installée dans la Voie Lactée par les Oris. Les Russes obtiennent un croiseur spatial contre l’usage de leur Porte.

L’épisode frappe par son inanité, car tout le récit de Vala n’apporte strictement rien de neuf quand au fil rouge de la saison, au moment où celui-ci s’apprête à déboucher sur le grand final. Hormis concernant son destin personnel, nous n’apprend rien que nous ne sachions déjà sur la Grande croisa des Oris, malgré toutes les discussions à son sujet. De manière caractéristique, l’action s’achève très exactement là où nous en étions lors de l’opus précédent,  le début de la quête de l’arme anti Oris de Merlin. Rien de nouveau n’aura été divulgué là-dessus, alors que c’est précisément cela que l’on attendait après la tonitruante révélation d’Arthurs’s Mantle. Les quelques vraies nouveautés demeurent secondaires (le vaisseau russe) ou ne revêtiront  de l’importance qu’ultérieurement (la grossesse de Vala). De fait il paraît clair que Stargate SG-1, jadis friande de Clip Shows, a désormais opté pour le Bottle, cette fois pour financer le final de saison.

Ce  format ne peut fonctionner qu’avec un scénario imaginatif, alors que l’on ne trouve ici qu’une réorchestration des évènements d’Avalon, au détail près, comme les résistants abattus. Certaines maladresses ne sont pas évitées, telle la réalisation atone de Cooper, le énième Prêcheur interchangeable ou la fabuleuse justification trouvée pour le réemploi à l’identique du décor (je suis arrivée dans un village ressemblant beaucoup au premier, dixit Vala). Placer Vala dans le corps de Daniel crée un gag  fonctionnant quelques minutes, mais nous prive des étincelles de leur relation. L’épisode ne gagne en intérêt qu’n échappant fugacement à son statut de Bottle, avec les impressionnantes images d’un Ori ou des vaisseaux croisés. De par sa grosses, Claudia Black peut moins jouer sur son dynamisme, mais en profite pour démonter un vrai talent d’expression de l’émotion et pour former un beau duo avec Tim Guinee.


En début d’épisode, la mousse à raser présente sur le visage de Mitchell change à plusieurs reprises de position, selon les prises.

L’épisode marque le retour de Vala, qui ne s’absentera plus de la série par la suite. Claudia Black est alors réellement enceinte.

Le showrunner Robert C. Cooper passe derrière la caméra pour la première fois. Il va en tout réaliser 8 épisodes, dans les trois séries.

On apprend l’existence de la seconde Super Porte des Oris, capable de faire passer une flotte spatiale d’une galaxie à l’autre.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Dim 12 Avr 2015 - 12:08

La Première Vague (Camelot, 9-20, ****)
- And those who are prideful, and refuse to bow down, shall be laid low and made unto dust.

Mitchell et Daniel recherchent l’arme de Merlin, le Graal, dans le village de Camelot. Ils triomphent du Chevalier gardien mais les documents trouvés ne font qu’initier leur quête. Il est désormais trop tard pour empêcher la venue  des Oris, malgré les efforts de Sam et des Asgards pour reprogrammer la Super Porte. Les flottes des Terriens et de tous leurs alliés, y compris l’Alliance Luxienne ralliée par Teal’c, se portent à leur rencontre. La coalition est alors écrasée par les nefs des Oris. Vala assiste au désastre depuis l’une de celles-ci, ayant accompagné Tomin. Son enfant voit alors le jour, à l’heure de l’entrée triomphale de la Croisade dans la Voie Lactée.

Après une période parfois en demi-teinte, Stargate-SG-1 retrouve ici son meilleur niveau. On est absolument ravi que Camelot s’avère exempt d’un énième Prêcheur, dont le langage fleuri, amusant au-début, est vite devenu répétitif. Surtout le récit rattrape ici pleinement une visite d’Avalon réellement traitée par-dessous la jambe durant le pilote de saison. Ici l’excellent duo Mallozz/Mullie prend le temps de faire ressentir au public la réalité du village, représenté non pas quelques salles minimalistes en carton-pâte, mais par le superbe décor à ciel ouvert. Transformé en village médiéval, il se montre suffisamment convaincant, mais aussi étonnamment boueux, d’où une performance émérite de Ben Browder durant le duel. Les auteurs savent prendre le temps d’offrir de belles rencontres à leurs protagonistes, dont l’honnête Meurik et la valeureuse Valencia, interprétés avec conviction par John Noble et Katherine Isabelle. Les péripéties, explorations et combats répondent à l’appel, mais l’Aventure revêt ici une dimension humaine faisant toute la différence.

Le récit se scinde en deux parties mais les sagaces Malluzzi/Mullie organisent une féconde interaction entre celles-ci. Le suspense va crescendo mais aussi al dramatisation, au fur et à mesure qu’échouent les efforts de chacun pour prévenir le drame (même le succès de Teal’c ne change rien au final). Un sentiment d’autant plus fort qu’à chacun des membres de SG-1 échoit un labeur lui convenant idéalement, en vain. Le clou du spectacle demeure bien entendu le fastueux affrontement final, tournant rapidement à un massacre apocalyptique. La série casse sa tirelire et démontre tout le savoir faire atteint en ce domaine, qui fera encore les beaux jours de Stargate Atlantis. Voir réunis la plupart des vaisseaux rencontré au cours des neuf saisons suscite une intensité particulière, de même que la toute puissance de la flotte Oris les retournant à la poussière. Jamais la série ne nous avait laissé avec un tel sentiment de désastre absolu, un sacré pari au moment où son renouvellent n’était pas acquis. Du fait d’un action très dense, certains passages sont trop rapides (la mission de Teal’c), mais Camelot résulte particulièrement prometteur pour la saison 10, d’autant qu’Adria frappe à la Porte.


Le Korolev, croiseur russe de type 304, vient rejoindre l’Odyssée. Le Colonel Chekov en assure le commandement. Serguei Korolev fut le maître d’œuvre du programme spatial soviétique.

Un vaisseau terrien est détruit pas les Oris durant la bataille. On ignore ici s’il s’agit du Korolev ou de l’Odyssée.

L’épisode renoue avec la tradition des fins de saison en forme de cliffhanger, un procédé délaissé depuis la saison 5. Le renouvellement de la série n’était pourtant pas encore assuré.

Camelot est décrit comme the once and future home d’Arthur. Il s’agit d’une référence au célèbre roman de T. H. White, The Once and Future King (1958), consacré au roi légendaire. Elle sera d’ailleurs reprise dans la série Merlin de la BBC.

Le gouverneur Meurik est interprété par John Noble, bien connu pour le rôle de Denethor dans Le Seigneur des Anneaux et celui du Dr. Bishop dans Fringe.

Valencia est interprétée par Katherine Isabelle (Being Human, Hannibal,  Supernatural…).

L’enfant auquel Vala s’apprête à donner le jour va devenir en saison 10 Adria l’Orici, l’Elue des Oris conduisant la Croisade à travers la Voie Lactée.







Un duel boueux !



Dernière édition par Estuaire44 le Lun 13 Avr 2015 - 7:16, édité 1 fois
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Dim 12 Avr 2015 - 16:20

Top 5 saison 9


1) La Première Vague
A la fois superbe conclusion de la saison et annonce prometteuse de la suivante, l’épisode s’ouvre sur une quête réussie, ponctuée par de belles rencontres, et se poursuit par une bataille spatiale aussi impressionnante que terrible. Le suspense est à son comble, tandis que l’on ressent pleinement que le conflit contre les Oris atteint un nouveau pallier.

2) Le Piège
Le grand vent du Space-opera épique souffle pleinement sur l’épisode, avec un savant crescendo de péripéties spectaculaires, planétaires, puis spatiales. Les effets spéciaux s’avèrent de qualité et apportent une appréciable crédibilité à ce récit conférant toute sa dimension à la puissance des Oris. Une belle annonce du succès de La Première Vague.

3) Dommage collatéral
L’épisode se montre profondément singulier au sein de Stargate SG-1, explorant avec finesse le thème complexe mais particulièrement riche de la notion de réalité, à travers le prisme de souvenirs truqués. L’intrigue policière ne se voit  pas négligée pour autant, avec un Whodunit à la surprenante conclusion. Browder se montre excellent sur un registre intimiste.

4) Le Châtiment
Aux confins de l’épouvante et de la Science-fiction, l’opus joue très habilement des divers ressorts liés aux histoires d’insectes anormaux. Après un démarrage choc, la paranoïa s’installe tout au long du difficile parcours de SG-1, avec une intensité ne se démentant jamais. Woosey confirme également l’agréable complexité, avec le toujours parfait Picardo.

5) Ingérence
Retour réussi sur Tegalus, avec un récit moral sans être pour autant sentencieux et installant un suspense efficace tout au long de la marche à l’abîme. La destruction du Promotheus marque les esprits à l’issue d’une confrontation avec le satellite ori que les effets spéciaux rendent spectaculaire. La sombre tonalité tranche avec l’ordinaire de la série.

On attaque très vit la saison 10 et ultime de Stargate SG-1.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Dearesttara le Dim 12 Avr 2015 - 16:57

Superbissimo, E44 ! La saison 10 suit ? Eh bien, je vais regarder tout ça. Je crois que tes reviews auront une saveur différente une fois que je me serai mis à la série qui me tente vraiment beaucoup.
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Dim 12 Avr 2015 - 18:15

Oui, là j'ai envie de boucler cette série débutée il y a fort fort longtemps ! Laughing
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Invité le Lun 13 Avr 2015 - 0:49

Avant qu'Estuaire se lance dans la grande saison finale, la saison 9 est déjà en ligne! cheers

http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1990/stargate-sg1-1997-2007/stargate-sg-1-saison-9
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 13 Avr 2015 - 1:07

Merci Steed ! On va bientôt pouvoir refermer le Porte.

L"hyperlien vers la présentation indique saison 4 et non 9, je ne sais pas comment corriger cela. Sinon toutes les photos sont OK.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Invité le Lun 13 Avr 2015 - 16:23

C'est corrigé!
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 13 Avr 2015 - 16:35

Très bien, merci ! hi
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 13 Avr 2015 - 19:56

SAISON 10 (2006-2007)
La dixième et ultime saison de Stargate SG-1 apporte une continuité après les bouleversements de la période précédente, Elle poursuit la lutte contre les Oris et n’est marquée que par l’arrivée d’un unique nouveau personnage. L’avènement de l’aussi séduisante que dangereuse Adria à la tête de la Croisade des Oris , incarnée par la brune Morena Baccarin, va se révéler une réussite. Le succès rencontré lors de sa prestation durant la saison 9 vaut aussi à Claudia Black de revenir, Vala Mal Doran devenant un membre à part entière de SG-1. Stargate SG-1 franchit le cap symbolique des 200 épisodes, mais Sci-Fi annonce alors, le 21 août 2006, que le programme ne sera pas renouvelé pour une onzième saison. Marquée dès la saison 9, l’érosion de l’audience s’est en effet poursuivie, avec des coûts de production toujours structurellement élevés.

L’aventure se poursuit néanmoins à travers deux téléfilms diffusés en 2008, Stargate The Ark of Truth puis Stargate Continuum. Outre le retour de Richard Dean Anderson pour l’ultime opus, ces productions permettent aux auteurs de conclure dans les règles de l’art les principaux fils de l’intrigue. Adria puis Ba’al rencontrent ainsi leur destin. Un troisième téléfilm, Stargate Revolution, fut également envisagé, permettant un cross over avec les équipes de Stargate Atlantis et Universe et apportant ainsi une conclusion globale à la franchise. Le projet fut abandonné en 2011, du fait des difficultés financières de la MGM et d’un marché DVD désormais moins porteur. Demeure l’espoir d’une reprise de la franchise dans les années à venir, d’autant que les Gaters demeurent nombreux et très actifs sur internet.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Lun 13 Avr 2015 - 20:32

La vie et la mort, la lumière et l'obscurité, l'espoir et le désespoir. Le fossé fut créé, et en ce jour, les Oris étaient nés.

La musique des Oris :

avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 15 Avr 2015 - 9:20

L'Oricy (Flesh and Blood, 10-01, ****)
- Origin is about to become a lot more appealing to the males of this Galaxy.

L’Odyssée récupère les survivants de la bataille contre les Oris, dont les membres de SG-1, hormis Daniel. Teal’c, fait prisonnier par l’Alliance Luxienne, est sauvé grâce à l’intervention de Bra’tac, à la tête d’une petite flotte jaffa. SG-1 et ce dernier vont à la rescousse de Chulak, envahie par les croisés. Ils sont vaincus mais parviennent à récupérer Daniel, qui avait rallié le vaisseau ori grâce aux anneaux de transport, ainsi que Vala. Celle-ci a pu assister à la croissance inhumainement rapide d’Adria, mi-humaine mi-Ori et totalement fanatique.

La conclusion de la saison 9 en forme de cliffhanger permet ici de plonger directement dans l’action. Les diverses péripéties de la récupération des naufragés de l’affrontement s’avère réellement spectaculaires et imaginatives, exploitant toutes les possibilités des forces en présence (même si l’on peut estimer que Bra’tac parvient bien rapidement sur les lieux). La série assume pleinement l’option prise du Space opera et ne fait pas dans la demi-mesure, ce qui convient idéalement au genre. La prise en stop de Sam par l’Odyssée reste un grand moment. On s’amusera d’ailleurs en constatant à quel point Stargate SG-1 avoisine désormais Star Trek : téléportations, affrontements spatiaux précédés de discussions entre capitaines, guerre entre une espèce de fédération terrienne et un empire fondamentalement antagoniste, etc. Rien ne manque à l’arsenal, même pas un officier scientifique extra-terrestre, avec l’Asgard Kvasir.

Le récit plante malgré tout le décor de la nouvelle période, avec la défection de l’Alliance Luxienne, et, surtout, la présentation d’une Adria encore en devenir. Les séquences de la croissance quasi surnaturelle de la jeune fille ainsi que ses dialogues tranchants la positionnent déjà en adversaire redoutable de SG-1 et en figure de proue de la Croisade. Les jeunes actrices se montrent des plus convaincantes, notamment Jodelle Ferland. Les confrontations avec Vala s’avèrent moins porteuses pour cette dernière, davantage mis en valeur par l’amusant ping-pong verbal et le jeu de séduction immédiatement repris avec ce pauvre martyr de Daniel. Une facilité de scénario se glisse également ici, avec Daniel tombant par hasard sur le bon vaisseau et s’y déplaçant bien aisément. La chute quasi immédiate de l’emblématique Chulak frappe toutefois l’imagination, La production demeure très soignée, notamment avec le superbe décor semi médiéval de la nef, évoquant élégamment le feu, symbole des Oris.


La planète Chulak et le Colonel Chekov apparaissent ici pour la dernière fois. On ignore si Chekov fait partie des rescapés de la destruction du Korolev.

Les  Jaffa ont baptisé  « Chappa'ko » la Super Porte des Oris.

La plus jeune version d'Adria est interprétée par Emma Rose, fille de Robert C. Cooper..

A l’âge de sept ans, Adria est incarnée par Jodelle Ferland, qui venait d’incarner le fantôme emblématique de la série Kingdom Hospital (2004). Elle est devenue une icône des productions fantastiques, au cinéma comme à la télévision. Jodelle Ferland participera également à Stargate Atlantis.

Claudia Black (Vala) figure désormais au générique comme actrice récurrente.

Le récit est interpénétré avec celui de l'épisode de Stargate Atlantis diffusé la même semaine, No Man's Land. Walter, Woolsey et le Général Landry interviennent dans les deux épisodes.

Quand Mitchell reprend connaissance, son vaisseau est immobile/. Or, poussé par l’explosion du Korolev et en absence de toute friction ou gravité dans l’espace intersidéral, Mitchell aurait du continuer à s’éloigner indéfiniment du champ de bataille.




avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 15 Avr 2015 - 13:42

Dans les bras de Morphée (Morpheus, 10-02, ***)
- I got it. Got it. Uh, I made the connection. Sir Gawain to Gwalchmei. Culhwch and Olwen. Verus Gen Bree.
- And you say I'm hard to understand.

En étudiant le mythe du Chevalier Gauvain, Daniel trouve les coordonnées d’un mon où pourrait se trouver le Graal. Arrivée sur place SG-1 découvre un monde mort, tous les habitants ayant succombés à une mortelle maladie du sommeil due à un parasite. Les membres d’une équipe médicale envoyée en renfort succombent, mais Mitchell trouve à temps un lézard immunisé pour pouvoir créer un sérum sauvant SG-1. Le Graal est absent mais Daniel trouve des indices de la présence de Morgane, une Ancienne ayant réalisé l’Ascension et qui s’opposerait à Merlin. La clé de l’énigme serait sur Atlantis. Pendant ce temps Vala subit une expertise psychologique pour déterminer si elle peut intégrer le SGC.

Le récit apporte une nouvelle illustration de la difficulté désormais récurrente qu’éprouve Stargate SG-1 à se renouveler. Ce type d’histoire oyant SG-1 en proie à une maladie ou à un phénomène exotique jusqu’à ce qu’un remède ait miraculeusement trouvé demeure l’un des grands marronniers de la série. Cette fois le scénario de Mallozzi & Mullie n’ apporte pas assez d’originalité pour parer à l’impression de déjà-vu, comme à l’extrême prévisibilité des évènements. On n’échappe pas non plus au cliché voyant les quidams aller tous ad patres, tandis que SG-1 demeure inaltérable. Dans Star Trek, on appellerait cela la malédiction de l’enseigne au pull rouge. L’opus maintient toutefois un réel intérêt, par son atmosphère absolument sinistre, grâce à l’excellente reconstitution d’un environnement morbide à souhait. La mise en scène sait également rendre l’horreur froide et silencieuse de ce sommeil sans retour s’emparant progressivement des protagonistes.

L’autre versant du récit suscite un vrai amusement, tant l’exercice du test personnalité s’avère un parfait terrain de jeu pour la personnalité extravertie et joyeusement cynique de Vala. Les échanges avec un psychiatre effondré puis conquis composent autant de morceaux de bravoure. L’épreuve représentée par la proposition de Woolsey résulte évidente et l’humour des situations fait faire le grand écart au récit, en contraste avec la mésaventure morbide de SG-1, mais Claudia Black emporte le tout avec son entrain habituel. On apprécie également la finesse toujours manifeste avec laquelle les auteurs de la série s’emparent des mythologies pour les agréger à leur récit. L’évocation de Gauvain et, davantage encore, de Morgane complètent joliment le panorama arthurien, tandis que l’ouverture sur Atlantis annonce un prometteur crossover à venir.


La question envisagée par Vala sur la tortue dans le désert est un clin d'œil au film Blade Runner, où elle figurait dans le test destiné à repérer les Réplicants.

Wasn't he one of the Knights who say Ni ? demande Mitchell à propos de Sire Gauvain, soit une référence au film Monty Python and the Holy Grail.

Le code de Camelot est PX1-767.

Morphée est le dieu grac du sommeil et des rêves prophétiques. Il est le fils du Sommeil et de Nyx, la Nuit. Ovide le décrit comme le messager des dieux, s’adressant aux mortels durant leur sommeil.

En une semaine, la Croisade des Oris s’est emparée de six nouveaux mondes,, dont deux forteresses jaffas.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 15 Avr 2015 - 18:01

Chassé-croisé (The Pegasus Project, 10-03, **)
- Teal'c, I have a collect call from the Pegasus Galaxy. Will you accept the charges ?
- I will indeed.

Grâce à l’Odyssée, SG-1 se rend sur Atlantis. Daniel et Vala vont explorer la base de données de la Cité à la recherche du Graal, tandis que le reste de l’équipe va tâcher de bloquer la Super Porte ori, avec l’aide de Rodney McKay. L’opération réussit au-delà des espérances, la Super Porte ne pourra plus ouverte depuis la galaxie des Oris, qui perdent de plus un vaisseau, de même que les Wraiths. Daniel comprend que l’interface de la base de données n’est autre que Morgane la Fay, en fait alliée de Merlin, Celle-ci n’a que le temps de lui révéler deux sites possibles du Graal, avant d’être rappelée par ses pairs. Les Anciens n’interviendront pas davantage contre la Croisade.

Tout en mettant fin à la running-joke voyant Daniel toujours empêché de se rendre sur la Cité des Anciens, l’épisode signifie une belle rencontre entre les protagonistes des deux séries de la franchise. Malheureusement les interactions entre les deux groupes demeurent limitées pour l’essentiel à la réunion initiale, certes très sympathiques. Le scénario préfère pendre le temps d’une visite un rien mécanique des superbes plateaux de Stargate Atlantis, transformant l’opus en une carte de visite de la série dérivée envers le public éventuellement demeuré fidèle à la seule Stargate SG-1. Un double épisode avec chaque partie centrée sur une équipe aurait permis de varier davantage les plaisirs. L’action certes haletante, prend un tantinet trop l’ascendant sur la dimension humaine, La seule relation réellement développée demeure l’hilarante rivalité scientifique entre un Rodney émoustillé et une Sam exaspérée. Le succès est assuré mais tout cela a déjà été développé ans Stargate SG61 et l’intrigue n’apporte rien de vraiment nouveau.

Le double récit se montre fort heureusement très prenant. La construction scientifique finalement assez complexe à la base du plan de Sam  et de Rodney, conduit le récit du Space opera classique aux lisières de la Hard Science. Un effet intéressant, amis qui ne sera pleinement apprécié que par le public ayant visionné les expériences précédentes, tant les explications s’avèrent rapidement données ; Un suspense efficace s’installe, appuyé par des images générées par ordinateur toujours efficace. Le triomphe complet obtenu rend un bel hommage à l’esprit d’initiative et au courage des deux équipes. Hormis pour les informations obtenues et le choc de la révélation de Morgane, l’autre versant  ne fait essentiellement que rabâcher la position bien connue des Anciens. Le déroulement en demeure statique et verbeux, d’autant que l’apport de Liz Weir se cantonne hélas au strict fonctionnel. Même l’espièglerie de Vala résulte hors sujet face à la solennité du moment.


Situé en grande partie dans la Cité des Anciens, l'épisode constitue un cross-over avec Stargate Atlantis, Cinq personnages de cette série participant à l'action : Rodney McKay, Elizabeth Weir, Radek Zelenka Chuck et John Sheppard. Il s’agit de l’unique apparition de ce dernier dans Stargate SG-1. Le thème de Stargate Atlantis est également entendu à diverses reprises.

Il s'agit de l'unique épisode de Stargate SG-1 où interviendront les Wraiths, les ennemis récurrents de l'expédition d'Atlantis, dans la Galaxie de Pégase.

L'épisode est l'occasion d'une  adresse au-delà du quatrième mur, un procédé rarissime au cours de la série. Mitchell regarde la caméra d'un œil catastrophé quand il a affaire à l'ineffable Rodney McKay.

Rodney remercie Sam pour lui avoir sauvé la vie. Il s'agit en fait d'une référence à l'épisode très particulier de Stargate Atlantis qu'est Grace Under Pressure, où Rodney imagine que Sam lui donne de précieux conseils quand il se trouve coincé dans un Jumper immergé.

Vala découvre ici Atlantis pour la première fois. Dans la série Hercule, Claudia Black avait incarné une Atlante, Cassandra, dans l’épisode intitulé Atlantis (1997).

I thought we imposed a moratorium on cultural references I wouldn't understand ; déclare Vala. Il s’agit d’un clin d’œil à Farscape, où Aeryn Sun, jouée par Claudia Black, ne comprend jamais rien aux multiples références à la Pop culture dont John Crichton (Ben Browder) émaille ses propos.

Morgan la Fay déclare à Daniel qu’Elizabeth Weir fut la première à franchir la Porte lors de l’arrivée de l’expédition. C’est faux, Liz fut précédée le Colonel  Marshall Sumner et trois de ses hommes, en avant-garde.

Rappelée par les Anciens au moment où elle tentait d’aider SG-1, Morgane la Fay sera de retour dans Stargate The Ark of Truth, pour le combat final contre Adria.




avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Mer 15 Avr 2015 - 21:58

La Guerre des clones (Insiders, 10-04, ***)
- You don't think you can control her?
- Sir, I know I can't control her, but that's pretty much par for the course. Sir, Carter and I are the same rank, Teal'c's an alien, Jackson's a civilian. I learned a long time ago I don't control anything.
- Who does ?

Alors que Daniel poursuit ses recherches à Avalon, Ba’al se livre au SGC promettant des informations provenant d’Anubis, à propos de Merlin. En échange il demande que ses clones soient mis hors d’état de nuire, après qu’ils se soient révoltés contre lui. Suivant ses indications, les différentes équipes SG capturent les clones. Mais, grâce à l’agent Bennett, préalablement conditionné, Ba’al et ses clones s’évadent. En réunissant leurs balises de localisation, ils parviennent à se faire téléporter, en ayant récupéré les informations du SGC concernant la Quête du Graal.

Fatalement, après que les péripéties et autres batailles spatiales du Space Opera se soient encore rajoutées aux explorations habituelles de planètes, les récits enchâssés dans le care confiné du SGC semblent comme à l’étroit. Certes quelques aventures extérieures surviennent lors de la capture des clones, mais elles restent vite expédiées, d’ailleurs assez logiquement avec le complot en cours. Mais à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, de fait SG-1 résulte singulièrement atone ici, se contentant de capturer des individus ne demandant précisément que cela puis de mener quelques interrogatoires échouant totalement. L’absence de Daniel se fait cruellement ressentir. Les scénaristes tente de relever la sauce en multipliant les références au passé dans les dialogues et les situations, Capitaliser sur l’amplitude de l’Univers Stargate reste une valeur sure.

Le grand atout de l’opus réside toutefois dans la grande prestation de Cliff Simon. Ici particulièrement survolté il réjouit à chaque apparition en campant un Ba’al plus cynique et madré que jamais, roublard en diable. Le Grand Maître connaît ici l’un des sommets de sa carrière de manipulateur. Le scénario joue ludiquement de cet aspect, posant d’emblée que Ba’al a son propre agenda et laissant le spectateur s’amuser à deviner de quoi il en retourne, jusqu’à la chute finale. Simon pousse le raffinement jusqu’à interpréter chaque prétendu clone de manière légèrement différente, nous laissant tâcher imaginer lequel d’entre eux est le véritable Ba’al. Instituant ce rusé et fort gouteux adversaire comme nouveau concurrent dans la Quête du Graal se montre particulièrement prometteur quant à la suite des évènements. On regrettera toutefois qu’il épargne sans raison aucune la vie de Sam, ce n’est guère conforme à son profil.


Daniel ne participe pas à l'opus, officiellement en train d'effectuer des recherches en Angleterre. Récemment père, Michael Shanks souhaitait davantage se consacrer à sa famille et sera absent de quatre épisodes au cours de  la saison.

Il s’agit du deuxième épisode où ne figure aucun personnage du film originel. Le premier était Nightwalkers (6-05).

Vala arbore désormais l’uniforme de SG-1.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Ven 17 Avr 2015 - 9:17

La Créature (Uninvited, 10-05, **)
- It is ironic that not so long ago, the mere presence of a Goa'uld on Earth have been cause for great concern.
- Seriously. Who'd ever think that we'd have bigger fish to fry ? Or that you'd use the word "ironic" ? in a sentence ?
- Indeed.

Landry invite toute l’équipe à passer un week-end de détente  dans la cabane de pêche d’O’Neill. Mitchell le rejoint mais les autres sont retenus par une crise. Les équipes SG sont confrontées à des animaux ayant muté en une forme monstrueuse et agressive. Sam détermine que les bracelets d’invisibilité des Sodans, font apparaître des larves provenant d’une autre dimension et provoquant ces changements. Elle corrige ce défaut. Toutefois Mitcnell et Landry sont eux-aussi confrontés à une créature, étant espionnés par un membre du Trust doté d’un bracelet. Une battue en vient à bout.


L’épisode présente les louables intentions de développer le relationnel entre l :es personnages et la situation où se trouve chacun (hormis Daniel toujours en Angleterre). L’histoire consacre logiquement le plus grand espace aux deux  venus, Langly et Mitchell. Les faire se rencontrer plus en avant qu’à l’accoutumée s’avère un moyen judicieux d’approfondir leur personnalité et la nature de leur lien, à la fois hiérarchique et personnel. Teal’c montre une appétence nouvelle et plaisante pour l’humour (non jaffa), tout en conservant son goût pour les maximes lapidaires. Tenir le commandement temporaire du SGC apporte encore une dimension supplémentaire à Sam, d’autant qu’elle l’exerce à sa manière, davantage participe mais parfaitement opérationnelle. Une annonce convaincante de son futur séjour dans la Cité des Anciens, lors de la saison prochaine de Stargate Atlantis.

Malheureusement cet agréable volet humain s’organise autour d’une histoire bien peu convaincante. Allez chercher un tel dysfonctionnement complexe et inattendu d’un artefact paraît quelque peu artificiel. On s’étonne de voir ces dimensions parallèles aussi peuplées de monstre et soudainement désertes quand ce sont les membres de SG-1 qui s’y aventurent, comme lors d’Arthur’s Mantle, la saison précédente. Plus grave encore, la menace résulte en définitive  relativement  faible. Nos amis se montrent davantage à leur avantage quand ils combattent dans la position du faible, que dans celle du fort, lors d’une battue où les deux camps sont clairement disproportionnés. Par ailleurs si les images de synthèse représentant vaisseaux et affrontement  spatiaux marquent par leur qualité, celles animant la créature s’avèrent moins performantes et bien davantage datées.


Sam s'écrie « Holly Hannah ! » pour exprimer une forte surprise. Il s'agissait de la formule préférée de son père, Jacob Carter.

Beau Bridges a indiqué qu'il s'agissait de son épisode préféré de la série (Comic Con 2008).

L'arrivée de l'équipe SG-25 indique que le nombre d'explorateurs via la Porte a encore augmenté.

Il s'agit du deuxième des quatre épisodes de la saison sans Daniel.

Mitchell conduit une Ford Mustang de 1965.

Le Dr. Redden est interprétée par Keegan Connor Tracy, apparue dans de nombreuses productions fantastiques (Destination Finale 2, Supernatural, V, Battlestar Galactica…). Elle joue actuellement la Fée Bleue dans Once Upon A Time.

Lors de Stronghold (9-14), Bra’tak  avait révélé que les victimes de conditionnement de Ba’al mettraient des années à s’en sortir. Ici l’Agent Bennett est miraculeusement guéri, dès l’épisode suivant.

Durant la bataille finale dans le forêt, les badges des uniformes sont absents, avant d’apparaître d’un coup, sans explication.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Estuaire44 le Ven 17 Avr 2015 - 14:56

Wormhole X-Treme, le film (200, 10-06, ****)
- They could go fishing. It would be be the perfect ending. I mean, after that, anything else would seem… pointless.

Coincée au SGC par une panne de la Porte des Etoiles, SG-1 doit aider Martin Lloyd a trouver des idées de scénario pour le film Wormhole X-Treme. Celui celui-ci va en effet adapter au cinéma sa série n’ayant compté que trois épisodes, avec le soutien de Jack O’Neill qui désire ôter toute crédibilité au concept de Porte des Etoiles auprès du public. Peu convaincue, l’équipe distille nombre d’idées farfelues, avant que l’on apprenne que le projet est annulé par manque de financement Mais la série est relancée ! Jack accompagne SG-1, à l’occasion du 200ème franchissement de la Porte par Mitchell, pour une fête surprise.

Stargate SG-1 frappe un grand coup à l’occasion de son 200ème opus, avec cet épisode à sketchs particulièrement original et hilarant. Le scénario ne cherche jamais à expliciter la cause du dysfonctionnement de la Porte des Etoiles, et c’est très bien ainsi. Cela libère le maximum d’espace possible pour cette succession interrompue de brillants pastiches de la série, agrémentée de clins d’œil à d’autres classiques de la SF télévisuelle, aussi bien qu’aux évènements relatés tout au long du parcours poursuivi. Les fans au long cours se régalent d’autant que les références aux diverses private jokes de Stargate SG-1ou aux événements ayant émail dès la production du programme. Par ailleurs la narration ne se contente pas d’enchainer les gags, ceux-ci se voyant introduits avec efficacité et soigneusement calibrés aux membres de SG-1 les racontant ou les commentant. On avouera un faible particulier pour la version en marionnettes, sans doute le moment le plus auto parodique et halluciné du festival.

La survenue de Jack O’Neill constitue évidemment un twist de choix, même s’i permet de souligner, s’il en était besoin, à quel point il manque à Stargate SG-1. Les digressions  autour de Martin (toujours aussi savoureux Willie Garson) permettent également d’élargir le propos à un critique enjouée du petit monde de l’image : grandeur et misère d’un producteur, astuces  éculées des scénaristes, égo des acteurs… L’épatant faux making-of final permet judicieusement d’associer l’équipe technique à la fête. On pourra regretter l’omission d’une référence à Jonas ou que les fans, à qui l’épisode est évidemment dédié, en restent absent. L’épisode 200 de Supernatural (Fan Fiction) saura leur faire place, mais ilest vrai que le Fantastique peut encore davantage s’affranchir des contraintes du réel que la Science-fiction, c’est l’une de ses forces. Toutefois, par son enthousiasme et la variété de ses histoires, Wormhole X-Treme devient un vibrant hommage à la Science-fiction, à ses infinis possibles comme à son inaltérable vitalité. La citation d’Asimov conclue idéalement ce panorama.

Comme l'indique le titre original, la série franchit ici le cap des 200 épisodes.

A cette occasion Mitchell célèbre sa 200ème expédition à travers la Porte des Etoiles. Walter franchit également la Porte pour la première fois.

Parmi les suggestions de scénarios absurdes ou amusants peuplant le récit, on trouve  l'épisode zombies, O'Neill invisible, le Magicien d'Oz, la parodie de Star Trek, Stargate SG-1 pour les adolescents, la parodie de Farscape, Stargate SG-1 en marionnettes à la Thunderbirds, le mariage entre Sam et O'Neill, Teal'c en détective privé, la révélation des Furlings, etc.

L'épisode regorge par ailleurs de clins d'œil aux évènements passés de la série, mais aussi  de private jokes à l'égard de l'équipe de production.

Le Général O'Neill est de retour pour l'occasion, on n'avait plus revu Jack depuis l'épisode Origin (9.03). Richard Dean Anderson devait aussi participer à l'épisode de Stargate Atlantis diffusé le même jour, The Real World (3.06).

Le récit prolonge de fait celui du 100ème épisode (Wormhole X-Treme !), avec le retour de Martin Lloyd.

L'annonce de la non reconduction de Stargate SG-1 par Syfy tomba peu de temps après la diffusion de l'épisode, ce qui irrita de nombreux fans regrettant fort ce calendrier.

La citation finale du grand auteur Isaac Asimov est tirée de l’introduction à son Encyclopédie de la Science-fiction, publiée en 1978 : Individuellement, les histoires de Science-fiction peuvent paraître triviales aux yeux des philosophes et des critiques d'aujourd'hui, mais l'esprit de la Science-fiction, son essence, portent à présent la clé de notre salut, si tant est que nous puissions être sauvés.





avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Série "Stargate - SG1"

Message  Dearesttara le Ven 17 Avr 2015 - 15:40

J'ai pouffé de rire en voyant la photo des marionnettes. Je demande à voir une rencontre avec la marionnette d'Angel. Laughing
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum