CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Film "La Chèvre"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Film "La Chèvre"

Message  Invité le Mar 3 Nov 2015 - 0:49

Je termine la salve Veber du jour avec La Chèvre qui est pour moi une grande déception, je trouve que le film a mal vieilli et est entaché de longueurs et de problèmes de rythme, avec un dernier tiers en roue libre:
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1970/saga-francis-veber/saga-francis-veber-la-chevre-1981

Je serais intéressé de lire vos avis également, car je n'ai vu que des commentaires élogieux sur internet à ce sujet, je trouve que c'est le plus faible de la trilogie, même si il contient quelques moments exceptionnels.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Film "La Chèvre"

Message  séribibi le Mar 3 Nov 2015 - 0:53

Grand moment de solitude que fut la découverte de ce film, dont la déception fut proportionnelle à son considérable succés. A l'origine il faut dire que je ne suis pas grand fan de Pierre Richard ce qui n'a dû guère aider.
avatar
séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 51
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film "La Chèvre"

Message  Estuaire44 le Mar 3 Nov 2015 - 10:04

Si son exploitation par Veber s'avère trop émolliente j'avais beaucoup aimé l'idée finalement très TZ d'un individu générant un champ improbabilités, ici négatives. L'idée se retrouve entre autres, dans les X-Files avec Chance, en saison 7 (forcément en saison 7) ou Supernatural, avec l'hilarant épisode Baraka, en saison 3. Dans les Cpmics également, avec la douce Domino, l'ex de Deadpool. Pour que l'idée fonctionne, il faut effectivement aller suffisamment loin dans la dinguerie, or Veber, ici comme ailleurs, reste un auteur trop consensuel à mon goût.
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film "La Chèvre"

Message  phildlm le Mar 3 Nov 2015 - 23:05

J'ai toujours pensé qu'un film ou une série qui "aurait mal vieilli" n'a pas de sens. Un film, ce n'est pas une bouteille de vin. Pourquoi ne pas dire carrément qu'on n'aime pas, ou qu'on n'aime plus, parce que nos goûts ont changé? Mais si on n'aime plus un film qu'on aimait 20 ans auparavant, pourquoi accuser le film, c'est peut-être nous qui avons "mal vieilli"?...

Comme le note Steed, le film fonctionne grâce au duo d'acteurs principaux, et c'est bien là l'essentiel pour le spectateur lambda dont je fais partie. Le reste, la mise en scène, la photographie et tout le bazar, ce sont des trucs techniques qui vont intéresser les professionnels du cinéma, mais me laissent de marbre. Bref, pour moi le cinéma et les séries, ce sont un bon scénario et de bons acteurs, le reste est tout à fait secondaire.

Pour une fois, je suis d'accord avec le public, "La Chèvre" reste même pour moi un cran au-dessus des 2 films suivants avec le même duo. Veber sait bien faire rebondir le film au moment où il menace de s'enliser en inversant la donne, lorsque c'est Depardieu qui devient malchanceux.

A ce propos, si ça peut aider Steed à compléter son dossier, j'avais vu une émission de télé avec Pierre Richard et Depardieu, ils racontaient que sur le tournage, c'est Depardieu qui n'arrêtait pas de jouer de malchance, c'était lui la vraie "chèvre" du plateau!

En effet, le dernier quart d'heure est sans doute trop long et redondant, mais c'est bien le seul petit défaut que je noterai.

Je me suis toujours demandé le pourquoi ce cette faute d'orthographe dans le titre, avec l'accent circonflexe, et je n'ai jamais trouvé la réponse...
avatar
phildlm
Prince(sse)
Prince(sse)

Age : 51
Localisation : Auvergne, entre Clermont et Lyon
Date d'inscription : 19/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film "La Chèvre"

Message  Dearesttara le Mar 3 Nov 2015 - 23:56

Je pense qu'un film (ou une série) peut avoir mal vieilli si, marqué profondément par les codes de son époque, ces derniers paraissent datés aujourd'hui - tout comme certains films contemporains paraîtront datés demain. Prenons par exemple des films comme Le trou normand ou La cuisine au beurre... l'humour "du cru" faisait certainement beaucoup rire le public de l'époque, mais aujourd'hui, cela paraît méchamment ringard. Le plaisir de voir le Scarface de De Palma a été très atténué par les synthétiseurs de Giorgio Moroder, c'était en effet la mode de l'époque d'avoir une BO très synthé, mais aujourd'hui, cela ne passe plus. Si on voit un film très "typé" à sa sortie, et qu'on le revoit 20 ans après, l'évolution de la société, des techniques cinéma, des "modes", font qu'au final, on voit qu'on a aimé ce film parce qu'il s'inscrivait dans l'époque où on l'a vu, mais qu'il ne passe pas la barrière des ans. Léonard de Vinci disait que la valeur d'une œuvre, c'est son éternité. Tout est dit. C'est la raison du succès aujourd'hui d'une série intemporelle comme Chapeau melon, là où tant d'autres séries des années 60 paraissent irregardables aujourd'hui.

En tant que spectateur, bien sûr que le scénario et les acteurs sont fondamentaux, mais si on aime pas un film, ça peut être à cause de détails techniques qui ont leur importance : un tempo trop lent n'est pas forcément dû à un scénario lent, mais à une mise en scène trop amorphe, et cela gâche le plaisir. La fluidité d'un film, quelque soit son tempo, est capital pour qu'on soit rivé à son siège, ne pas quitter l'écran. L'ennui peut gagner parce que le film a des interruptions, des digressions... et là, c'est le problème du montage, la "deuxième réalisation d'un film". La photographie est importante car elle donne une identité visuelle au cinéma : sans une bonne photographie, nos yeux ne sont pas satisfaits, et cela est rédhibitoire pour un film quelqu'il soit, etc. Il ne s'agit pas de détails n'intéressant que les professionnels du cinéma, mais capitaux pour le plaisir du spectateur. On en a pas conscience immédiatement en tant que public non analyste, mais ils ont leur importance.

Sinon, pour ce film, je n'avais pas accroché : deux acteurs même bons, sauvent rarement un scénario trop mou et consensuel, à moins qu'il y ait une alchimie explosive, magique, transcendant absolument tout. Je n'ai qu'un seul exemple en tête d'un film que j'ai adoré rien que par son duo de dingue alors que le scénario et la réalisation sont risibles, c'est Le Port de l'angoisse. Un duo plus fort que Bacall-Bogart ? Pas encore trouvé. C'est une exception qui confirme la règle. Gabin exagérait à peine quand il disait qu'un film, c'est trois choses : le scénario, le scénario, et le scénario.
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film "La Chèvre"

Message  phildlm le Jeu 5 Nov 2015 - 0:44

Dearesttara a écrit:Je pense qu'un film (ou une série) peut avoir mal vieilli si, marqué profondément par les codes de son époque, ces derniers paraissent datés aujourd'hui - tout comme certains films contemporains paraîtront datés demain. Prenons par exemple des films comme Le trou normand ou La cuisine au beurre... l'humour "du cru" faisait certainement beaucoup rire le public de l'époque, mais aujourd'hui, cela paraît méchamment ringard. Le plaisir de voir le Scarface de De Palma a été très atténué par les synthétiseurs de Giorgio Moroder, c'était en effet la mode de l'époque d'avoir une BO très synthé, mais aujourd'hui, cela ne passe plus. Si on voit un film très "typé" à sa sortie, et qu'on le revoit 20 ans après, l'évolution de la société, des techniques cinéma, des "modes", font qu'au final, on voit qu'on a aimé ce film parce qu'il s'inscrivait dans l'époque où on l'a vu, mais qu'il ne passe pas la barrière des ans. Léonard de Vinci disait que la valeur d'une œuvre, c'est son éternité. Tout est dit. C'est la raison du succès aujourd'hui d'une série intemporelle comme Chapeau melon, là où tant d'autres séries des années 60 paraissent irregardables aujourd'hui.
Tu ne t'étonneras pas si je suis en total désaccord avec toi. "Amicalement vôtre" est typiquement inscrite dans les codes de son époque avec sa mode années 70, ses chemises à cols pelle à tarte, il n'empêche qu'elle n'est pas devenue ringarde du tout. C'est le contre-exemple parfait de ta thèse.

Par contre, "Chapeau melon et bottes de cuir", ce n'est pas si intemporel que ça, il n'y a qu'à voir les coiffures, la mode, très marquées sixties.

"La cuisine au beurre", je ne trouve pas ça ringard du tout, je le revois toujours avec plaisir. Sans doute les bobos trouvent ça ringard parce que pas assez cosmopolite, mais je ne m'inscris pas du tout dans cette tendance.

Idem pour les synthés de Giorgio Moroder. Je sais qu'il est de bon ton de critiquer aujourd'hui les bons vieux synthés analogiques des années 70, mais quand on réécoute la musique de Giorgio Moroder et la voix de son égérie Donna Summer, il est possible que ce soit passé de mode, mais c'était d'un niveau incontestablement supérieur à toutes les daubes qu'on nous sert maintenant à toutes le sauces, mais qui elles sont "à la mode".

Bref, je crois que tu cèdes tout simplement au "bougisme", au "jeunisme" ou à l'effet de mode. Moi, je me moque de la mode, un film bien reste bien même s'il n'est plus à la mode, et une daube ne devient pas un bon film sous prétexte qu'elle est à la mode.
avatar
phildlm
Prince(sse)
Prince(sse)

Age : 51
Localisation : Auvergne, entre Clermont et Lyon
Date d'inscription : 19/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film "La Chèvre"

Message  Dearesttara le Jeu 5 Nov 2015 - 1:59

Il s'agit moins de mode que d'intemporalité. J'apprécie davantage un film qui n'est pas vissé à tout prix à une époque, et traverse les années parce que misant davantage sur une narration ou des thématiques sans âge. Ce que j'apprécie dans une série comme Les Persuaders ou les Avengers est justement cette dimension intemporelle qui va bien au-delà du cachet de l'époque. La fantaisie des saisons 3 à 6 de CMEBDC est pleine d'esprit et de pétillement léger, cela n'est pas réservé aux années 60. Les Persuaders reposent moins sur une ambiance 70's que sur la tradition du duo-mal-assorti-que-tout-oppose-mais-alchimique-malgré-tout, dont cinéma et TV sèment encore aujourd'hui de nombreux avatars. Maintenant, prenons un film comme Le père de la mariée - et son désastreux remake - qui repose tout entier sur une société patriarcale et une jeunesse sage qui avait encore cours à l'époque, il ne subsiste guère qu'un intérêt historique, l'évolution de la société ayant tout à fait rendu caduc ce genre d'histoires, du moins en occident.

La cuisine au beurre repose essentiellement sur un concours de cabotinage entre Fernandel et Bourvil, une pratique populaire à l'époque (c'est le moteur même du Tatoué, un des plus mauvais de Funès à mon sens), mais qui aujourd'hui semble un chouia ridicule.

J'adore Donna Summer, je suis un fan absolu de la période disco 70's et ses derniers feux des 80's. Mais autant j'aime les synthétiseurs sur le dancefloor ou quand j'écoute un CD chez moi, autant comme musique de film, la sonorité fabriquée, artificielle, de l'instrument s'accorde à mon sens mal pour épouser l'action, et la renforcer. Il ne s'agit pas de la musique en elle-même, mais comment on l'utilise. Je suis la mode quand elle me plaît, je ne la suis pas quand elle ne me plaît pas, c'est là tout ce que j'ai à dire.
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum