CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR - THE AVENGERS
Bonjour,
Soyez le(la) bienvenu(e) sur le forum français de référence concernant Chapeau Melon et Bottes de cuir !
.
ATTENTION : Afin de pouvoir rester avec nous et éviter d'être automatiquement désinscrit au bout d'un mois, il vous est demandé au minimum de vous présenter dans le fil adéquat : http://avengers.easyforumpro.com/t145-presentez-vous
.
Merci ! Et bon forum !!

Saga "Die Hard"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Mer 27 Avr 2016 - 12:36

Piège de cristal sera diffusé sur W9 le 10 mai à 20H55.

Film à voir et à revoir sans modération !
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Dearesttara le Mer 27 Avr 2016 - 12:56

Bruce Willis reprenant l'humour de David Addison mâtiné d'un peu plus de biceps, répliques en rafale, Rickman étincelant, suspense et mise en scène au cordeau, Sibélius et Beethoven pimentant la bande-son... que demande le peuple. Very Happy
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  séribibi le Mer 27 Avr 2016 - 12:58

Mon préféré avec "58 minutes pour vivre".
avatar
séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Mer 27 Avr 2016 - 13:03

séribibi a écrit:Mon préféré avec "58 minutes pour vivre".

Je partage cet avis.

Avant revisionnage complet pour le site, mon classement (provisoire donc) serait :

1. Piège de cristal
2. 58 minutes pour vivre
3. Retour en enfer (Die Hard 4)
4. Une journée en enfer
5. Belle journée pour mourir (Die Hard 5)
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Estuaire44 le Mer 27 Avr 2016 - 13:24

Moi c'est le premier, pour Allan Rickman hein

Très intéressé par ces prochaines critiques ! Very Happy
avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Mer 27 Avr 2016 - 13:31

La saga est dans sa phase de recherches. Normalement, le premier volet sera proposé sur le forum en fin de semaine prochaine.
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Dearesttara le Mer 27 Avr 2016 - 14:06

Dans l'ordre, ce serait 1,3,4,2. J'ai le regret de dire que le trailer du 5 m'a fait plus fuir qu'autre chose. Mais je le verrai un jour, je le verrai...

Yeah, j'attends ça de pied ferme !
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Mar 3 Mai 2016 - 13:28


Bruce Willis/John McClane : Né Walter Bruce Willis à Idar-Oberstein (Allemagne de l’Ouest) où son père était stationné. Sa mère est Allemande. Il se destine à une carrière d’acteur à la fin des années 1970 et suit des cours à la Montclair State University (New Jersey). Il débute au théâtre à Broadway. Il sort de l’anonymat avec la série télé Clair de Lune (1985-1989 ; il remporte l’Emmy Award du meilleur acteur en 1987). Boire et déboire (1987) est son premier succès au cinéma. Choisi par surprise pour Piège de cristal, le succès planétaire de ce film ouvre le chemin à une saga et fait de Bruce Willis une star des films d’action.

Pour varier ses rôles, il s’essaie au drame avec Le bûcher des vanités (1990) puis la comédie avec Hudson Hawk (1991) mais ce sont tous deux des échecs commerciaux. Il retrouve le succès avec un rôle de boxeur dans Pulp Fiction (1994), enchaînant avec L’armée des douze singes (1995) et Le Cinquième élément (1997).

Avec Armageddon (1998), il s’impose comme la figure de « sauveur du monde ». S’il ajoute le drame fantastique à son arc (Sixième sens [1999], Incassable [2000]), la science-fiction lui convient mieux (Clones [2009], Looper ; ce dernier est un succès en 2012). Présent dans les deux premiers volets des Expendables (2010, 2012), il retrouve la comédie d’action avec RED  (2010) qui est un succès et génère une suite, moins appréciée même si toujours aussi drôle et enlevée (2013). Il rencontre cependant l’échec avec GI Joe : Conspiration (2013), le 5ème Die Hard (2013) et Sin City : J’ai tué pour elle (2014) et peine à retrouver le succès ces dernières années (Vice, en 2015, étant sorti dans l’indifférence générale).

Marié à Demi Moore de 1987 à 2000 (3 filles), il se remarie en 2009 avec le mannequin Emma Heming, sa cadette de 23 ans (2 filles). En 2005, la France l’élève officier des Arts et des Lettres puis commandeur en 2013.

Patrick Poivey est sa voix française régulière depuis Clair de Lune. Suite au remplacement de l’acteur pour Le Cinquième élément, Bruce Willis avait lui-même exigé que Patrick Poivrey retrouve sa place. Spécialisé dans le doublage, il fut la voix de Tom Cruise dans Top Gun (1981) ou La Firme (1991), de Kenneth Brannagh dans Othello (1995), Mark Harmon dans Présidio (1987) et Freeky Friday (2003). Il a aussi doublé Kyle McLachlan dans Twin Peaks (1990-1991) ou Agents du SHIELD (2014-2015), Don Johnson dans Deux flics à Miami (1984-1990), Peter Stormare dans Prison Break (2005-2006) et NCIS : Los Angeles (2012).

Saga Die Hard
- Piège de cristal (1988)
- 58 minutes pour vivre (1990)
- Une journée en enfer (1995)
- Die Hard 4 : Retour en enfer (2007)
- Die Hard 5 : Belle journée pour mourir (2013)
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Sam 7 Mai 2016 - 14:56

Piège de cristal (Die Hard) ****

Résumé
John McClane, policier de new York, vient à Los Angeles pour passer le réveillon de Noël avec son épouse Holly qui travaille dans la tour Nakatomi. Mais, l’immeuble est attaqué par l’équipe d’Hans Gruber. Tout avait été minutieusement préparé par ce dernier, sauf la présence de McClane !

Critique
Le premier film de la saga est une merveille et reste probablement le meilleur de tous. Beaucoup d’action mais à laquelle ni l’humour ni la psychologie ou l’émotion ne sont sacrifiés.

On commence d’ailleurs par une ambiance légère (le passager de l’avion, le chauffeur qui est une vraie pipelette et même le coup du changement d’état-civil de Holly qui a repris son nom de jeune fille !). Et c’est Noël, une petite fête d’entreprise a lieu chez Nakatomi pour ses employés.

Tout cela installe une bonne ambiance et un faux rythme qui vole en éclat brusquement avec l’entrée en scène brutale d’une douzaine d’hommes armés. Leur leader, un livre en main, dans une attitude de prêcheur évangélique, tient un discours dont le texte décalé est rendu sinistre par le ton posé avec lequel il est débité. Pour obtenir du patron qu’il se montre, il récite sa biographie d’un ton froid. Son plan, il l’expose crûment et simplement à ce dernier : il veut le code d’accès au coffre qui recèle 600 millions ! Ledit patron ne pouvant le renseigner est abattu de sang-froid ! Alan Rickman a réussi son entrée. Portant beau le costume, barbe bien taillée, il représente un homme élégant, cultivé, mais absolument impitoyable. La froideur qu’il maintiendra tout au long du film n’est pas pour bien dans le charisme qu’il déploie.

Jusqu’à présent, McClane est resté plutôt passif sans que Bruce Willis ne nous ennuie d’ailleurs le moins du monde. Dès le départ, on sent bien que le personnage est en complet décalage avec ce qui l’entoure et l’acteur rend tout cela très bien avec des mimiques et un certain humour. Ayant échappé à la rafle, le policier – on évite ainsi le cliché du quidam qui se révèle un super-héros – tente une première fois d’alerter les secours. Il essaiera une seconde fois et, dans les deux cas, se fera repérer d’où des fusillades . La seconde est  une des meilleures scènes : filmée de haut avec un mouvement circulaire de la caméra de la droite vers la gauche. Histoire de montrer une traque en action. Les passages de fusillade seront traités intelligemment : sans abus, sans durer des plombes mais soulignant toujours le moment idoine. Elles scandent le film sans le noyer : l’action est ainsi mise au service de l’histoire et non l’inverse.

La seconde alerte a fait venir sur place un des seconds rôles principaux, le sergent Al Powell à qui Reginald VelJohnson donne une profonde humanité, de l’intelligence (on n’en dira pas autant de sa hiérarchie !) et un certain sens de l’humour. Ses discussions avec McClane serviront de scènes de transition entre des moments plus violents dans l’immeuble mais ils ne meubleront pas pour de rien dire, servant notamment d’échanges d’information. Les « dernières volontés » de McClane, outre qu’elles montrent un Bruce Willis crédible dans l’émotion profonde, seront extrêmement touchantes.

Le premier contact entre McClane et le chef des preneurs d’otage, Hans, se fait via un talkie-walkie. Si le ton est posé, il est d’une ironie mauvaise du côté de Hans et très direct côté McClane ! Très référencé en culture américaine (ce que l’on retrouvera dans le final), il est aussi un moment complètement décalé : le policier prévient qu’il va passer, se définit comme un « emmerdeur » et, surtout, il lance la réplique culte : « Yippee-kee-kay, pauvre con ! » On se doute de l’effet produit !

Si Powell fait l’effet d’un type compétent on mesure toute l’inanité de la police de la cité des Anges lorsqu’elle se fait canarder lors de sa tentative pitoyable d’entrer en force. La mise en position des bandits est en outre soulignée par la musique – un élément important tout au long du film – et le spectateur est ainsi conditionné, prévoyant le massacre avant qu’il ait lieu. McClane doit intervenir pour l’arrêter. Cette mise à l’écart temporaire était nécessaire pour déployer le versant « extérieur » de la prise d’otage et, en montrant McClane se remettant de ses émotions, le maintient dans un certain réalisme. Bruce Willis est impeccable et la colère désespérée de son personnage lorsqu’il voit ce qui va se passer est poignante. La réaction, explosive, montre toutefois que nous sommes dans un film d’action et pas dans une comédie de Noël ! Entendre McClane dire qu’il se sent « mal aimé » (traqué par les bandits et incendié par la police) est, par contre, une embellie comique bien trouvée.

C’est alors que prend place le passage obligé de l’otage qui se prend pour plus intelligent qu’il ne l’est et croit malin de négocier avec des hommes armés. Outre que son sourire autosatisfait le désigne comme le boulet dans son milieu naturel, son imbécillité profonde et suicidaire lui fait manquer l’ironie froide avec laquelle Hans Gruber  - et Alan Rickman fait peur avec sa mine fermée et son regard hostile - accueille ses déclarations ronflantes à l’effet comique certain cependant ! Le retour au dur sera souligné par un coup de feu que nous ne ferons qu’entendre. Toute la malice de Gruber éclate dans ses rapports avec la police puis le FBI (brillante prestation de Robert Davi en agent fédéral brutal et sûr de lui). Il a parfaitement intégré la manière de procéder tant des révolutionnaires dont il reproduit le discours à la perfection que des policiers. Superbe effet pour le spectateur qui voit bien que Gruber raconte un mensonge puis voit les policiers gober l’appât avec l’hameçon parce qu’il entre très bien dans leur schéma de pensée. Évidemment, cela finira mal pour les fédéraux mais, visuellement, c’est splendide avec un effet de ralenti posé mais pas exagérément comme Matrix le popularisera quelques années plus tard.

Le final est rendu très nerveux lorsque Gruber découvre qu’Holly est la femme de McClane. Bonnie Bedelia a très bien tenu son rôle, affirmant l’identité propre d’Holly (une femme indépendante qui n’a pas hésité à partir lorsqu’une opportunité professionnelle s’est présentée) et doté d’un certain sang-froid notamment lors d’une première entrevue tendue mais polie avec Gruber. Dans une atmosphère rougeoyante, saturée d’eau et de fumée, la confrontation finale sera aussi un grand moment. Le « fou rire » des deux protagonistes, alors que McClane est désarmé et que Gruber lui a « rendu » sa réplique est totalement décalée, surréaliste et brutalement interrompu ! La mort de Hans Gruber est un des moments les plus spectaculaires avec ce gros plan sur le visage d’Alan Rickman puis ce ralenti sur la chute mortelle qui commence sous nos yeux. C’est vraiment impressionnant. Un peu de légèreté pour conclure avec une phrase « prophétique » du toujours aussi bavard chauffeur !

Du grand spectacle mais du grand spectacle intelligent, qui se déguste et s’apprécie à chaque passage.

Anecdotes :
Scénario : Steven E. De Souza et Jeb Stuart
Réalisation : John McTiernan
Sortie US : 15 juillet 1988 Sortie France : 21 septembre 1988
Steven E. DeSouza : scénariste américain, on lui doit notamment la série V (1984), Hudson Hawk, gentleman et cambrioleur (1991, avec Bruce Willis), Le flic de Beverly Hills 3 (1994) ou Lara Croft Tomb Raider : Le berceau de la vie (2003)
John McTiernan : réalisateur et producteur américain, il réalise son premier long-métrage en 1986 mais Nomads (avec Pierce Brosnan) n’est pas un succès. En 1987, Predator (avec Schwarzenegger) est en revanche une réussite commerciale. Suivront A la poursuite d’Octobre Rouge (1990, avec Sean Connery), Une journée en enfer (1995, 3ème volet des Die Hard), Thomas Crown (1999, avec Pierce Brosnan), Rollerball (2002). Impliqué dans une affaire d’écoutes illégales, il doit suspendre sa carrière en 2006 et sera même emprisonné entre 2013 et 2014.
Bonnie Bedelia/Holly Gennaro : actrice américaine, sa participation aux deux premiers volets de la saga reste la partie de sa carrière la plus connue. On a pu la voir aussi dans On achève bien les chevaux (1969), Les vampires de Salem (TV, 1979), Division d’élite (2001-2004)
Reginal VelJohnson/Al Powell : acteur américain, on l’a notamment vu dans Ghosbusters (1984),  Crocodile Dundee (1986), Turner et Hootch (1989) ; à la télévision dans la vie de famille (1989-1998) et Hart of Dixie (depuis 2011).
William Atherton/Richard Thornburg : acteur américain, vu dans Equalizer (1989), Nash Bridges (1996), Stargate SG-1 (2006), Lost (2010); au cinéma, dans Sugarland Express (1974), Ghosbusters (1984), L’affaire Pélican (1993), Le dernier samouraï (2003)
Robert Davi/agent spécial Johnson : acteur, producteur, réalisateur, scénariste et chanteur américain. Parmi 45 films et téléfilms, on peut citer Les Goonies (1985), Permis de tuer (1989), Christophe Colomb (1992), Expendandables 3 (2014). Il a aussi tourné pour la télévision : Agence tous risques (1984), Profiler (1996-2000), Stargate Atlantis (2004-2008), Esprits criminels (2010)
Alan Rickman/Hans Gruber (1946-2016) : très grand acteur britannique aussi bien au théâtre qu’au cinéma. Diplômé de la Royal Academy of Dramatic Art, il fut pensionnaire de la Royal Shakespeare Company. Son rôle de shérif de Nottingham dans Robin des Bois, prince des voleurs (1991) lui valu le BAFTA du meilleur acteur. En 1995, il tourne dans Raison et sentiments. Sa popularité s’accroît avec le rôle de Severus Rogue dans la saga Harry Potter (2001-2010). Il a également joué dans Love Actually (2003), Le Parfum (2006), Sweeney Todd (2007), Gambit : arnaque à l’anglaise (2013), Les jardins du Roi (2015). Il décède d’un cancer du pancréas.
Alan Rickman faisait ses premiers pas au cinéma avec ce film.
Arnold Schwarzenegger, Sylvester Stallone et Richard Gere avaient été pressentis pour le rôle de McClane
Le scénario est librement adapté d’un roman, Nothing Last Forever, (1979) de Roderick Thorp (1936-1999)
Aucun cascadeur n’accepta de faire la chute final de Gruber car la scène nécessitait de tomber de 7 mètres et de dos. C’est donc Alan Rickman lui-même qui assura la cascade mais son expression de surprise est réel car le metteur en scène avait demandé de le lâcher à « un » et non à « trois » pour l’effet de surprise !
Hans Gruber occupe la 46ème place des plus 100 plus grands méchants de l’histoire du cinéma de l’Amecian Film Institut.
Le film reçut des nominations aux Oscars pour meilleurs effets visuels, meilleur montage de son, meilleur montage et meilleur mixage de son
Le budget du film était de 28 millions de dollars. Il en rapporte plus de 140 millions de dollars.
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Dearesttara le Sam 7 Mai 2016 - 18:07

Souvenirs attendris tandis que je lisais ta critique. Le I reste bien le meilleur. Willis a tout à fait réussi à reprendre les expressions de David Addison (surarmé d'humour, décalage, efficacité) tout en l'inscrivant dans plus d'action, et en donnant une vraie identité à McClane. Pour l'anecdote, dans Annie, Maddie, jalousie (saison 5) David et Annie se promènent à L.A. et passent à côté d'une affiche de Piège de cristal !

Le musicien que je suis a particulièrement apprécié le choix de Finlandia de Sibélius (repris dans le 2e volet) pour exalter le triomphe final de McClane. Michael Kamen avait d'abord refusé que l'on utilise la 9e symphonie de Beethoven pour un personnage aussi négatif que Gruber avant que McTiernan le convainque en lui citant l'exemple d'Orange Mécanique où l'ultraviolence du protagoniste est liée à cette symphonie.
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Dim 8 Mai 2016 - 11:35

Dearesttara a écrit:Le musicien que je suis a particulièrement apprécié le choix de Finlandia de Sibélius (repris dans le 2e volet) pour exalter le triomphe final de McClane. Michael Kamen avait d'abord refusé que l'on utilise la 9e symphonie de Beethoven pour un personnage aussi négatif que Gruber avant que McTiernan le convainque en lui citant l'exemple d'Orange Mécanique où l'ultraviolence du protagoniste est liée à cette symphonie.

Très intéressant ! Avec ta permission, je rajouterai cette information à mon texte.
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Dearesttara le Dim 8 Mai 2016 - 12:16

Mais je t'en prie. Very Happy
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Mer 18 Mai 2016 - 13:48

58 minutes pour vivre (Die Hard : Die Harder) ****

Résumé
Le soir du réveillon, des terroristes prennent le contrôle de l’aéroport de Washington dans le but de libérer un dictateur déchu. Un plan minutieux a été mis au point. Il ne comptait pas sans un grain de sable nommé John McClane !

Critique
Deux ans après le premier opus, voici la suite et, vu que, outre Bruce Willis, trois autre acteurs reprennent leurs rôles, on peut même dire que nous sommes dans la suite directe. Désormais flic à Los Angeles, John McClane est venu à l’aéroport de Washington pour attendre sa femme Holly. Il récolte au passage une prune qui est comme un clin d’œil à la définition même de McClane, être là où il ne faut pas être ! Il en fera d’ailleurs lui-même la remarque avec cet humour distancié qui a fait tout le sel de la saga (et sans doute constitue une des meilleures parts du jeu de Bruce Willis). Toujours en alerte, il repère le manège de deux hommes (la musique est d’ailleurs stressante à ce moment ; la partition sera un régal tout au long du film) et, dans le lieu où transitent les bagages (beau décor mécanique), s’ensuivent une fusillade et une bagarre spectaculaire. L’un des terroristes meurt de façon atroce. On tient là la patte de Renny Harlin ; beaucoup plus spectaculaire et violent que John McTiernan, il renouvelle l’approche de Die Hard avec un côté plus dur mais sans rogner l’humour. En revanche, il y aura beaucoup moins d’émotion et les personnages sont plus schématiques. Le colonel Stuart est monolithique et le jeu sec et tranché de William Sadler en fait l’archétype du soldat perdu. Néanmoins, la froide détermination qu’il insuffle à son personnage impressionne. Fred Dalton Thompson compose un Trudeau professionnel qui, s’il ne fait pas spontanément confiance à McClane, n’a rien d’un bureaucrate et joue le rôle de l’homme qui doit faire ce qu’il a à faire sans pouvoir agir directement. Par contre, la trouvaille du film c’est Dennis Franz. Son Lorenzo est une merveille de flicaillon borné, routinier, grande gueule (mais toujours contre McClane !). Néanmoins, l’homme n’est ni une andouille, ni un incapable, juste un homme sans beaucoup d’envergure qui veut juste faire son boulot et rentrer chez lui mais qui, au moment venu, se rangera du bon côté. La gouaille de Dennis Franz en fait un personnage irrésistible de drôlerie, un peu ridicule sans être caricatural.

Le mort était un défunt si l’on en croit les renseignements obtenus ! Avec cette info, McClane pénètre dans la tour de contrôle. Selon lui, les terroristes sont là pour le général Espinoza, dictateur déchu extradé pour trafic de drogue. C’est à ce moment-là que l’aéroport passe sous le contrôle à distance d’hommes armés ! La plongée des pistes dans le noir, la panique grandissante des équipes techniques sont très bien rendus. Les exigences des bandits sont claires : dans 58 minutes, l’avion d’ Espinoza atterira là où ils l’auront décidé. Juste après se place un gag récurrent dans le film : McClane se faisant éconduire ! C’eut pu être un procédé mais on peut compter sur Bruce Willis pour nous faire rire ! L’acteur est très juste tout au long : son McClane est déterminé mais jamais froid, en colère quand il se heurtre à la bêtise et à l’ignorance mais jamais arrogant ; il fait le job parcequ’il faut que quelqu’un le fasse. Il connaît également le passage à vide (victoire des terroristes après le massacre des meilleurs hommes de Lorenzo dans une tentative de reprise du contrôle de l’aéroport). McClane est humain et vraiment pas un super-héros.

C’est ensuite que prend place l’inévitable confrontation verbale entre McClane et le colonel Stuart. Clin d’œil avec le premier opus, c’est par talkie-walkie interposé qu’ils s’affronteront. La vengeance de Stuart confirme la violence criminelle, mais pas aveugle, du militaire. C’est un passage extrêmement éprouvant pour le spectateur d’autant que la musique est particulièrement angoissante. Le malaise d’un des hommes de Stuart, montré par intermittence, ajoute une touche d’émotion à ce moment très dur. Le réalisateur nous montre encore sa maîtrise avec l’atterrissage en catastrophe du général Espinoza avec en contre-point comique Bruce Willis dont le personnage ne sait pas dans quelle direction il doit aller ! Symétriquement, le rouge est associé à Espinoza et le blanc à McClane. Par contre, la scène des grenades et du siège éjectable est exagérée et les effets spéciaux pas du meilleur effet !

Trudeau, dépassé, a fait appel à l’armée et une unité commandée par le commandant Grant débarque et ça se passe électriquement avec McClane ! Jon Amos est plutôt bon dans son interprétation d’un militaire de carrière qui apprécie peu la présence d’un civil. C’est bien vu, d’autant que son intervention contre la base de Stuart scelle la réconciliation avec McClane. On tient là deux moments importants : la course-poursuite en motoneige qui fait très James Bond avec un décor forestier rendu magnifique par la nuit et la neige. Soudain, un détail attire l’attention de McClane. La tension monte d’un cran, surtout qu’à ce moment, le journaliste débile du premier opus décide de faire un scoop et de révéler tout ce qui se passe…causant une panique monstre ! Sa « neutralisation » est un moment rigolo.

La révélation que fait McClane renverse tout à coup le jeu et relance l’action. Bien écrit et bien amené, ce moment nous prend par surprise et nous vaut une démonstration la fois spectaculaire et hautement comique par Bruce Willis ! Avec l’aide d’une journaliste (et de l’hélicoptère de cette dernière), il rattrape le Boeing qui doit emmener Espinoza ! Dire qu’il rattrape un avion au vol serait à peine exagéré !! Il est amusant de voir aussi les deux visages de la presse ; entre l’arrogant égocentrique prêt à tout pour le scoop et la sympathique reporter tenace mais mesurée et capable de savoir s’arrêter.

La lutte qui s’engage sur l’aile de l’avion est un summum du film et résume la méthode Harlin : du spectaculaire et du violent (voire même un peu gore). On ne boudera surtout pas notre plaisir avec cette fin pleine de joie et d’humour.

Anecdotes :
Scénario : Steven E. De Souza et Doug Richardson
Réalisation : Renny Harlin
Sortie US : 4 juillet 1990 Sortie France : 3 octobre 1990
Le tournage fut rendu difficile par le manque de neige. Il fallu amener beaucoup de neige artificielle.
Le portrait du général Espinoza, dictateur d’un pays sud-américain tombé pour trafic de drogue n’est pas sans faire penser à Manuel Noriega, maître du Panama, renversé par les Etats-Unis en janvier 1990. Plus loin, il est fait référence à la Grenade. En 1983, les Américains y menèrent une intervention militaire qui inspira Clint Eastwood pour Le maître de guerre (1989).
Une vieille dame dans l’avion tient une revue avec une publicité pour L’Arme fatale dont le premier opus était sorti en 1988.
Citation de Powell à propos de McClane : « Quand [McClane] a une intuition, les compagnies d’assurance déposent leur bilan »
Trudeau est à le nom de l’aéroport d’Ottawa, en hommage à Pierre Eliott Trudeau, Premier ministre canadien.
Michael Kamen, déjà compositeur du premier opus, reprend du service. Il réutilise certaines composition et adapte Finlandia de Sibelius.
Renny Harlin : de son vrai nom Renny Lauri Mauritz Harjola, il est né en Finlande. En 1988, il réalise Le cauchemar de Freddy mais c’est 58 minutes pour vivre qui le lance véritablement sur le créneau du film d’action. Il confirme sa réputation avec Cliffhanger: traque au sommet (1993, avec Sylvester Stallone). Après un passage à vide, il retrouve le succès avec Peur bleue (1999) mais Driven (2001) ne convainc pas totalement. Le Pacte de sang (2006) est son dernier succès.
William Sadler/colonel Stuart : acteur américain, il a joué dans La folie aux trousses (1982), La cite des monstres (1986), La ligne verte (1999), Iron Man 3 (2013). A la télévision : Star Trek : Deep Space Nine (1998), Roswell (1999-2002), Fringe (2008), Person of Interest (2011), Marvel : Les agents du SHIELD  (2016)
Dennis Franz/capitaine Lorenzo : acteur américain, il accède à la notoriété avec la série New York Police Blues (1993-2005). On l’a vu aussi dans Furie (1978), Agence tous risques (1983), la cité des anges (1998).
John Amos /commandant Grant : acteur américain, il voulu être joueur de football professionnel. Il débute dans la comédie en 1970. A la télévision, il a joué dans A la Maison-Blanche (1999-2004). Au cinéma : Le coup à refaire (1975), The Black Cat (1993).
Franco Nero/le général Ramon Espinoza : acteur, producteur et scénariste italien, il débute au cinéma en 1962. Il a joué depuis dans Django (1966), Tristana (1970), Témoin innocent (1995), Django Unchained (2012)
Fred Dalton Thompson/Ed Trudeau (1942/2015) : acteur et homme politique américain, il fut procureur adjoint à Nashville (1969/1972), il sera plus tard élu sénateur du Texas (1994/2002) et candidat aux primaires républicaines de 2008. Il commence sa carrière d’acteur en 1987 (Sens unique) puis joua dans A la poursuite d’Octobre Rouge (1990), Sinister (2012) mais il est plus connu pour son rôle de procureur dans New York Police Judiciaire (2002-2007).
Bonnie Bedelia, Reginal VelJohnson et William Atherton reprennent leurs rôles du premier opus.
Le budget était de 70 millions de dollars. Il en a rapporté 240.
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Mer 25 Mai 2016 - 13:43

Une journée en enfer (Die Hard with a vengeance)  ***

Résumé
Simon, un mystérieux poseur de bombes, exige que John McClane participe à son sinistre jeu consistant à devoir résoudre des énigmes dans tout New York sinon il fera exploser d’autres bombes ! Simon a d’autres projets et a tout prévu, sauf que McClane est imprévisible !

Critique
Le troisième volet donne des signes d’essoufflement mais demeure plaisant à voir. Bruce Willis tient son personnage et parvient à l’approfondir. On n’aura jamais connu McClane en aussi mauvais état. Le traditionnel « coup de barre » des deux premiers volets est ainsi exposé d’entrée (il a une gueule de bois carabinée et réclamera de l’aspirine tout au long du film, ce qui finira par être utile !) et on va assister à une montée en puissance. D’abord complètement largué dans un jeu aussi ridicule que dangereux – se promener avec une pancarte « Je hais les nègres » en plein Harlem par exemple ! – il doit faire équipe avec un quidam, dénommé Zeus ( !), plein de préjugés contre les Blancs ; Simon le surnommera « le Samaritain », ce qui est plutôt bien vu. Non dénué de courage, il va accompagner contre sa volonté le policier jusqu’au bout. Plein d’énergie, Samuel L. Jackson n’est pas loin de voler la vedette à Bruce Willis, notamment dans la première partie du film. Zeus sera ainsi embrigadé dans l’aventure à cause d’une réflexion un peu salée qu’il a décoché à Simon aussi joueur qu’il a peu d’humour. Manière sans doute de dénoncer le racisme même si cela tourne parfois au procédé et n’ajoute que peu au film.

Toute la partie « jeu » du film est alerte, assez drôle, tendue aussi puisqu’il s’agit de course contre la montre. Le meilleur moment c’est la course avec un taxi lorsque McClane traverse littéralement Central Park pour gagner du temps. Voilà un moment nerveux, dynamique, filmé avec un véritable entrain, cocasse même. Le tandem est très drôle entre Bruce Willis monstre de « coolitude » et Samuel L. Jackson complètement paniqué ! C’est Zeus qui trouve une solution hilarante quoique immorale pour se faire dégager la circulation. Divisée en « partie », cette course garde ainsi de la tension et ne nous lâche pas. Le passage dans le métro est presque un classique du film d’action avec le héros qui y entre n’importe comment (mais pas par la porte, à se demander pourquoi on en fait) et en sort n’importe comment également ; ce qui n’exclue pas bien sûr des moments on ne peut plus tendus !

Il est alors temps de révéler le vrai visage de Simon, un colonel de l’ex-Allemagne de l’Est dont le nom est Simon Pieter Gruber, frère de ce Hans que McClane a fait tomber de haut à Los Angeles. La veangeance est donc le mobile de tout ce micmac mais, pour McClane qui a retrouvé une partie de ses moyens (il paraît que courir est bon pour éliminer les toxines présentes dans le corps), quelque chose cloche. Et il a raison. Lorsqu’un nouveau coup de fil annonçant qu’il y a une bombe dans une école de Manhattan déclenche un brans le bas de combat général, on voit pour la première fois apparaître Simon – on est alors à la 43ème minutes – ce dernier a un plan bien plus simple : voler 140 milliards en lingot d’or dans la succursale de la Réserve fédérale ! Jeremy Irons incarne ce bandit de grand chemin dont l’amplitude du larcin ne cache pas la nature. Froid, Simon est aussi doté d’un charisme certain, d’un humour glacé mais il n’a pas la carrure ni l’élégance de son frère. Vêtu d’un simple polo tout au long du film, il manque d’élégance. Il est cependant plus violent et beaucoup plus dans l’action. Il ne se contente pas de piloter les autres, il agit lui-même. Le jeu de Jeremy Irons opère ainsi une synthèse entre l’élégance cruelle d’Alan Rickman et la froideur meurtrière du colonel Stuart. C’est ainsi un « méchant » de bonne facture mais le coup du discours tiers-mondiste pour dissimuler son crime est un décalque du pseudo-discours révolutionnaire du premier volet. Même pour un clin d’œil cela manque de subtilité. Autre clin d’œil, et vrai gimmick de la saga, le héros se paye le méchant via un talkie-walkie. Mais, au moins, c’est drôle.

S’il est normal que de petits détails mettent McClane sur la bonne piste, le jeu n’est qu’un gigantesque leurre, le procédé est trop sollicité et c’est carrément le hasard qui le mettra sur la piste des fuyards. Facilité dommageable tout comme la manière dont il échappe à la noyade dans le tunnel. Si le coup du fauteuil éjectable dans 58 minutes pour vivre était exagéré, le coup du geyser c’est d’un ridicule complet. D’autant que les effets spéciaux sont très mal réussi. Et ils le seront davantage lorsque nos duettistes attaquent le cargo dans lequel Simon a pris place. Tout est ici très classique. Heureusement, Bruce Willis se démène et la mine un peu perdu qu’il arbore reste comique. Capturé comme il se doit, il ne perd pas le nord et se paye le luxe de casser du sucre sur le dos de feu Hans Gruber devant son frère, presque obligé de rire devant cette audace et ce portait vitriolé mais pas faux. Les héros seront attachés sur une bombe géante au fond du cargo mais ils s’en sortiront. On remercie d’autant plus Bruce Willis et Samuel L. Jackson pour réussir à faire passer ce cliché absolu. La conversation décalée sur les déboires conjugaux de McClane (d’où la gueule de bois) donne une légèreté surprenante mais crédible à un moment extrêmement tendu ! Le duel final se manquera pas de force et le réalisateur le filmera avec assez d’énergie parvenant à rendre crédible la lutte d’un homme contre un hélicoptère ! Dernier clin d’œil, McClane n’avait plus que deux balles et il en fera lui-même la remarque !! Cet humour distancié est l’ADN du personnage et la vrai différence entre Die Hard et ses confrères du film d’action.

Osons maintenant un parallèle entre McClane et Tarzan. Les deux présentent plusieurs similitudes (sauf pour l’humour dont le Seigneur de la jungle est totalement dépourvu) : deux hommes placés dans une circonstance dramatique mais qui parviennent à s’en sortir et à trouver l’amour. Cela pourrait s’arrêter là mais le succès appelle une suite à leurs aventures et, dans les deux cas, la femme disparaît. John McClane et Tarzan ne sont pas des hommes qui rentrent bien sagement à la maison le soir. Ce sont des viveurs d’aventures et ils doivent le faire seul. Dernier parallèle, bien que célibataires, ils vivront chastement.

Anecdotes :
Scénario : Jonathan Hensleigh, d’après les personnages créés par Roderick Thorp
Réalisation : John McTiernan
Sortie US : 19 mai 1995 Sortie France : 2 août 1995
Le titre québécois est « Marche ou crève : Vengeance définitive »
Gruber joue au « Jacques a dit » ; en anglais le jeu s’appelle « Simon says »
Deux scénarii avaient été élaborés avant celui-ci. Le premier voyait la famille McClane en vacances aux Caraîbes aux prises avec des terroristes (idée abandonnée suite à la sortie de Piège en haute mer ) et le second se passait dans le métro de Los Angeles (opposition de Bruce Willis qui trouvait l’idée trop proche du film précédent)
Sean Connery a décliné le rôle de Gruber qu’il trouvait trop cruel. David Thewlis (le professeur Lupin dans Harry Potter )a été envisagé également.
Michael Kamen est en charge de la musique pour la 3ème fois.
A l’origine, le panneau publicitaire de McClane était vierge pour ne froisser personne.
« McClane est une mouche à [censuré] » dit son supérieur traçant un portrait chargé de son subordonné !
McClane affirme qu’Hillary Clinton sera le 43ème président des Etats-Unis d’Amérique. Manqué, ce sera George W. Bush. Pour info, le 21ème président s’appelle Chester Arthur (1885-1889) ; c’est la solution de l’énigme de Simon.
Jonathan Hensleigh : scénariste, producteur et réalisateur américain, on lui doit notamment Jumanji (1995), Le Saint (1997), Armaggedon (1998), The Punisher (2004 + réal), Next (2007), Bullettproof Gangster (2011, + réal).
Samuel L. Jackson/Zeus Carver : acteur américain, il tourne depuis 1972. Sous la direction de Spike Lee, il décroche la Palme de meilleur second rôle masculin pour Jungle Fever (1991). C’est son rôle de tueur dans Pulp Fiction (1994) qui en fait une star. Vedette de Tarantino, il tournera sous la direction de celui-ci dans Jackie Brown (1997), Kill Bill vol. 2 (2004), Django Unchained (2012) et Les Huit salopards (2016). Il a également tourné dans Star Wars (1999, 2002, 2005), Shaft (2000), Cleaner (2008), Kingsman, services secrets (2015). Depuis 2008, il incarne principalement Nick Fury dans les films de la franchise Avengers.
Jeremy Irons/Simon Peter Gruber : acteur britannique, il débute au théâtre dès 1969 et intègre la Royal Shakespeare Company en 1976. La maîtresse du lieutenant français (1982) est son premier rôle majeur au cinéma. En 1990, Le mystère von Bulöw lui vaut l’Oscar du meilleur acteur. On le retrouve dans les plus médiocres L’homme au masque de fer (1998) et Donjons et Dragons (2000). En 2005, il tourne pour Ridley Scott dans Kingdom of Heaven. Il est le nouveau Alfred dans Batman vs Superman (2016). Il a également tourné pour la télévision, interprétant Alexandre VI dans The Borgias (2011).
Colleen Camp/Connie Kowalski : on a vue cette actrice américiane dans La bataille de la planète des singes (1973), Apocalypse Now (1979), Police Academy (1985, 1986, 1987), Last Action Hero (1993), Speed 2 (1997), American bluff (2013)
Le budget était de 90 millions de dollars. Il en a rapporté 366.
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  séribibi le Mer 25 Mai 2016 - 14:14

Très belle critique.
Ce film popularisa le procédé de la Shakycam.
avatar
séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Ven 3 Juin 2016 - 14:20

Die Hard 4 : retour en enfer (Live free or Die Hard) ***

Résumé
Une cyber-attaque gigantesque frappe Washington. Chargé de ramener au FBI un hacker, John McClane se retrouve impliqué dans ce qui est une vengeance mené par un pirate de haut vol qui avait pesé chaque détail. Sauf un : John McClane !

Critique
Film spectaculaire qui ne dépareille pas dans la saga. Le scénario est inventif, brillant ; il la  modernise sans lui faire perdre trop de ses qualités. Si la réalisation est également excellente, elle sacrifie beaucoup trop au spectaculaire justement jusqu’à tomber dans l’esbrouffe et le tape-à-l’œil. La partition musicale est de qualité, soulignant les phases importantes de l’action. On regrettera la disparition du classique qui donnait une patine « chic » et originale. Bruce Willis déroule son personnage mais est constamment impliqué. Plusieurs scènes sont ainsi consacrées à la psychologie de John McClane, ce qui évite au film de sombrer dans le film de bourrins. C’est probablement la meilleure œuvre de Len Viseman dont le reste du travail n’est vraiment pas un cadeau pour l’histoire du cinéma !

Ce qui est bien dans les Die Hard, c’est le commencement. Toujours calme et qui soudain part en vrille ! L’entrée en matière est ici intrigante et on sait vite qu’il s’agit d’un piratage informatique dirigé contre la cyber-division du FBI ! Mais tout de suite après on se retrouve en pleine crise familiale avec Lucy « Gennero » qui ne veut plus parler à son père, John McClane. Au-delà du clin d’œil au premier opus avec les noms de ces dames, voici l’entrée en scène de Mary Elizabeth Winstead. La scène est à la fois tendue et pathétique. En colère, l’actrice a le regard superbe (comme le reste de sa personne d’ailleurs) et, d’emblée, elle réussit à nous convaincre qu’elle interprète la fille de McClane avec ce caractère fort. Le pirate en fera aussi le constat, non sans en sourire !

La mission du jour est « simple » : ramener un hacker nommé Matt Farrell à Washington. Justin Long incarne Farrell et saura faire évoluer son personnage entre le hacker un peu tête à claque du début jusqu’à (presque) un héros qui aura compris l’ampleur de sa faute et aura su évoluer. Sur place, McClane tombe sur une équipe de tueurs venu éliminer ce dernier ! La première fusillade (il y en aura beaucoup d’autres, ce qui marque une escalade par rapport aux premiers films) est très réussie : brutale, nerveuse, dynamique, baignant dans une ambiance mal éclairée presque glauque et une musique haletante. On a plaisir aussi à retrouver le flic le plus cool du siècle (« ça ne risque pas de réveiller les voisins ? » se demande-t-il !).

Au même moment, le pirate encore anonyme lance l’attaque contre le réseau de transports de New York, semant une pagaille monstre, filmée avec conviction (les bruitages sont excellents) puis s’en prend à la Bourse, avant d’envoyer un message menaçant détournant des images des présidents américains (notamment Nixon, c’est plus anxiogène !). C’est ici que le scénario raccroche le spectateur en lui expliquant le concept de « liquidation » (qui fait froid dans le dos). Le fait que McClane n’y connaisse rien en technologie en fait le représentant de beaucoup de spectateurs ; Farrell doit donc expliquer simplement.

Après une nouvelle fusillade se place le moment tant attendu : le premier contact (via la radio, exit le talkie-walkie) entre le méchant et McClane. On appréciera particulièrement l’ironie du pirate (« Vous êtes une montre à remontoir à l’heure du numérique ») ; il définit très bien McClane. Côté répliques, Timothy Olyphant est servi. L’acteur est tout simplement impeccable de bout en bout. Très calme, parfois dur, il n’est jamais glacial. Vêtu simplement et sobrement, il dégage une aura de normalité qui mets mal à l’aise, surtout que le regard de l’acteur dévoile l’appétit de puissance et de folie de son personnage. L’acteur est charismatique à faire peur. Len Viseman a aussi une idée géniale en le filmant souvent face caméra. Il s’adresse à nous autant qu’à McClane et nous prend à témoin. Cette façon de procéder raccroche le spectateur au film. Pendant que se déroulent diverses péripéties, une équipe de criminels s’empare du site de Woodlawn, dont nous découvrirons l’utilité ultérireurement. Cette équipe est dirigée par Maï, compagne du chef. Plus qu’une informaticienne, c’est une guerrière et le choix de Maggie Q était tout indiqué. Le côté lisse de l’actrice est ici parfaitement approprié : Maï est une combattante émérite et McClane a bien du mal à s’en défaire ! A travers ce personnage, et aussi de celui de Lucy, on note la vraie innovation de ce film dans la saga : créer des rôles féminins forts. Symboliquement, on a en un dans chaque camp. Cette touche féministe n’est pas une concession gratuite à « l’air du temps » car les deux personnages ont chacun leur personnalité et influent sur l’action. On mettra de côté le personnage de Taylor (Christina Chang) beaucoup plus conventionnel et dont la disparition inexpliquée ne cause pas de dommage au film.

Maï éliminée au terme d’une séquence spectaculaire, second contact entre le pirate et McClane, qui pourra l’identifier grâce à Farrell et au FBI. Il s’appelle Thomas Gabriel et avait prévenu que ce qui se passe pouvait arriver. N’ayant pas été écouté, il se venge. Si la police n’a pas été à la noce dans les précédents opus (et le FBI non plus dans le premier !), retournement de situation avec Bowman, chef de la cyber-division. Lui ne prend jamais McClane de haut et ne considère jamais qu’il est en trop ou pas à sa place. Cliff Curtis lui confère une stature d’homme de responsabilité mais aussi d’humanité. La grossièreté volontaire de McClane vis-à-vis de Gabriel nous vaut la preuve de la folie meurtière qui rôde dans l’esprit de ce dernier et une séquence d’une grande violence pyrotechnique !

Pour se venger de McClane – Gabriel est rancunier ! – il fait enlever Lucy et Mary Elizabeth Winstead a de nouveau l’occasion de se montrer à son avantage. La lucidité de son personnage dans une situation dangereuse est incroyable mais crédible vu ses antécédents familiaux. L’ironie froide de Gabriel est un des sommets du duel avec McClane. Les deux adversaires se parlent (toujours indirectement sauf dans la séquence finale) beaucoup plus que les précédents adversaires de McClane. C’est que le scénario, s’il sacrifie au toujours plus, a aussi l’habileté de « redescendre sur terre » en déplaçant, ou plutôt en superposant une dimension personnelle au monstrueux plan de Gabriel. McClane n’était pas prévu, Gabriel s’est adapté ; le policier s’accroche et le combat devient personnel. La justification grandiloquente de ses actions par Gabriel se voit ainsi pulvérisée par une réplique cinglante de McClane.

Pour s’en débarraser, Gabriel va même obtenir d’un F-35 (un avion de chasse) qu’il prenne le camion que conduit McClane pour cible ! Occasion pour s’en prendre à ce qui coûte le 4ème melon au film : l’abus de spectaculaire qui vire à l’énormissime et pas loin de l’invraisemblable. C’est aussi la marque de fabrique de Len Viseman mais ce qui peut relativement passer quand on filme des vampires et des loups-garous est beaucoup moins crédible dans le monde réel. Le coup du tueur acrobate (à deux reprises) c’est presque un gag et on hausse le sourcil d’incrédulité mais ça pourrait passer. L’attaque de l’hélico, c’est déjà plus compliqué mais la façon dont McClane s’en débarasse, c’est tout simplement invraisemblable ! On sent l’influence des Mission : Impossible à la sauce Tom Cruise. Plus c’est gros et plus on y croit. Sauf que non. Le clou du spectacle c’est donc le duel entre un camion et un avion. Une séquence qui dure longtemps (environ 5 minutes) et qui est résolument n’importe quoi. Même la façon dont McClane s’en sort dépasse l’entendement. L’implication de Bruce Willis permet cependant de ne pas tomber dans le ridicule, mais on n’y passe pas loin.

La séquence finale est relativement brève mais intense et entre Farrell qui panique mais reste quand même concentré, Lucy toujours combattive, le duel Gabriel/McClane atteint un sommet dans la tension. Saluons le retour du « yeppee-ky-kay, pauvre con » qui nous avait manqué ! Ce clin d’œil ponctue une manière de s’en sortir assez peu conventionnelle, violente mais excellente.

Le film n’est pas une banale suite car le scénario incorpore des scènes plus intimistes qui en font plus qu’un film d’action et approfondissent le concept « John McClane ». Dans les différentes discussions entre le policier et le hacker (très bonne idée que d’avoir exposé la question à plusieurs moments, cela évite le pensum), c’est l’amertume qui domine McClane et Bruce Willis est excellent dans son interprétation d’un homme qui refuse d’être un héros mais qui y contraint parce qu’il faut faire le job. S’il n’a perdu ni son humour ni sa « coolitude », Bruce Willis renvoie plutôt l’image d’un homme blessé.

Anecdotes :
Scénario : Mark Bomback, sur une idée de Mark Bomback et de David Marconi, d'après certains personnages créés par Roderick Thorp, d'après l'article de presse A Farewell to Arms (1997) de John Carlin
Réalisation : Len Wiseman
Sortie US : 27 juin 2007 Sortie France : 4 juillet 2007
Marco Beltrami remplace Mickael Kamen pour la musique
Un projet de scénario emmenait McClane dans la jungle amazonienne. Il fut abandonné suite au projet d’Antoine Fuqua, Les Larmes du Soleil dans lequel joue Bruce Willis et qui se déroule au Nigéria.
Le réalisateur français Florent Emilio Séri avait été pressenti pour tourner le film. Bruce Willis préféra le travail de Wiseman pour Underworld 2.
Britney Spears avait été auditionée pour le rôle de Lucy McClane.
Bruce Willis voulait Ben Affleck pour le rôle de Matt Farrell.
En VO, le « Sorcier » est appellé « The Warlock », un nom qui sonne bien aux oreilles des fans des Avengers !
Sur la tombe de McClane, Gabriel verrait bien « Il était toujours au mauvais endroit au mauvais moment ».
Mark Bomback : scénariste américain, on lui doit les scripts de Godsend, expérience interdite (2004), Unstoppable (2010), La planète des singes : l’affrontement (2014), Cinquante nuances de Grey (2015)
Len Wiseman : réalisateur, scénariste et producteur américain, il commence sa carrière hollywoodienne par le biais des effets spéciaux (Independace Day, par exemple) et des clips musicaux. En 2002, il écrit et réalise Underworld. Il écrira les scenarii des trois autres volets mais ne réalisera que le second (2006). En 2012, il réalise le remake de Total recall. Il a également officé pour la télévision (Hawaï Five-O, Sleepy Hollow).
Mary Elizabeth Winstead/Lucy McClane : actrice américaine, elle se destinait tout d’abord à la danse. Elle tourne pour la télévision (Passion, 1999-2000) mais c’est le cinéma qui la fera connaître : Le Cercle 2 (2005), Boulevard de la mort (2007), Scott Pilgrim (2010), Abraham Lincoln, chasseur de vampires (2012), 10 Cloverfield Lane (2016).
Justin Long/Matt Farrell: acteur américain découvert dans Galaxy Quest (2000). On a pu le voir ensuite dans Jeepers Creepers, le chant du diable (2002), La Coccinelle revient (2005), Jusqu’en enfer (2009), La conspiration (2010), My Movie Project (2013). A la télévision : Ed (2000-2004)
Timothy Olyphant/Thomas Gabriel : acteur américain, il se fait connaître avec la série Deadwood (2004-2006) et retournera à la télévision pour Justified (2010-2015). Il tourne également pour le cinéma : Scream 2 (1997), 60 secondes chrono (2000), Hitman (2007), Snowden (2015).
Maggie Q/Mai Linh : Née Margareth Quigley, mannequin et actrice américaine, elle débute dans des séries chinoises et se fait remarquer par Jackie Chan à Hong Kong. Elle débute au cinéma en 2000 avec Gen-Y-Cops. Sa prestation lui vaudra de figurer dans Rush Hours 2 (2001). Elle a ensuite tourné dans Mission : Impossible 3 (2006), Divergente (2014, 2015, 2016). A la télévision, elle incarne Nikita (2010-2013) puis joue dans Stalker (2014-2015).
Cliff Curtis/Miguel Bowman : acteur et danseur néo-zélandais, il a joué dans La leçon de piano (1993), Un cri dans l’océan (1998), Les rois du désert (1999), Le maître du jeu (2003), The Fountain (2006), Colombiana (2011). A la télévision, vu dans Hercule (1996), Trauma (2009-2010), Fear the walking dead (depuis 2015).
Jonathan Sadowski/Trey : acteur américain surtout vu à la télévision : NCIS (2003), Dr House (2007), Terminator : Les chroniques de Sarah Connor (2008), Young & Hungry (depuis 2014)
Christina Chang/Taylor : actrice taïwanaise, vue principalement à la télévision dans FBI : Portés Disparus (2002), Les Experts : Miami (7 épisodes, 2004, 2009), Close to home (5 épisodes, 2005-2006), Mentalist (2009), Desperate Housewifes (4 épisodes, 2011), Rizzoli & Isles (5 épisodes, 2015-2016)
Zeljko Ivanek/Molina : acteur slovéno-américain, diplômé de Yale, il débute au théâtre à Broadway. Au cinéma, on l’a vu dans : Donnie Brasco (1997), Hannibal (2001), Le casse de Central Park (2011), Argo (2012). Il joue également à la télévision : New York Police Judiciaire (1993, 1997-1999, 2004), Homicide (1993-1999), The Practice : Bobby Donnell et associés (1997, 2001, 2002), Oz (1997-2003), Les Experts (2005), Damages (2007-2010), Dr House (2008), True Blood (2008-2010, 2014), Revolution (2013-2014), Madam Secretary (depuis 2014)
Le budget était de 110 millions de dollars (le plus important de toute la saga). Il en rapporte 383 au total. [/justify]
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Dearesttara le Ven 3 Juin 2016 - 15:28

En accord avec ta critique. Un peu trop chargé niveau pyrotechnie, mais le principal reste. J'ai été un peu peiné que le Bruce se soit rasé la tête, en grand nostalgique de Clair de Lune où il était d'un charme fou avec les cheveux. Mine de rien, on retrouve l'efficacité de la saga côté action et humour. J'adore Mary Elisabeth Winstead, absolument remarquable dans 10 Cloverfield Lane, et en action girl blasée dans Scott Pilgrim, monument absolu du cinéma geek. Ici, son rôle est bref, mais l'actrice imprime l'écran avec son talent coutumier. La façon totalement kamikaze dont McClane se débarrasse et de Maï et surtout de Farrell m'avait bien marqué à l'époque ! 3/4 aussi. Je ne peux m'empêcher de penser que Farrell a trouvé l'épitaphe parfaite pour McClane !

Willis avait déjà tourné avec Florent-Emilio Siri dans le (très mauvais) film Otage, après qu'il eut été impressionné par Nid de guèpes, remake plutôt malin de Assaut de John Carpenter réalisé par Siri. La réception négative du film a peut-être joué en sa décision de demander un autre réalisateur.
avatar
Dearesttara
Empereur
Empereur

Age : 26
Localisation : Charenton (94)
Date d'inscription : 08/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  séribibi le Ven 3 Juin 2016 - 21:59

C'est très bien d'avoir vu "10 Cloverfield Lane", Dear. Tu nous fera une petite critique, j'espère.

Très bonne critique sur ce Die Hard 4 Camarade Totoff, et globalement d'accord.
avatar
séribibi
Roi (Reine)
Roi (Reine)

Age : 50
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 13/12/2007

http://parfum-des-arts.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Invité le Ven 3 Juin 2016 - 22:25

Britney Spears avait été auditionée pour le rôle de Lucy McClane.

Et heureusement non retenue! Shocked
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Invité le Dim 5 Juin 2016 - 13:56

Les critiques des 4 premiers films sont en ligne ! cheers

Piège de cristal (Die Hard) :
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/cinema/die-hard/piege-de-cristal

58 minutes pour vivre (Die Hard 2 : Die Harder) :
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/cinema/die-hard/58-minutes-pour-vivre

Une journée en enfer (Die Hard with a Vengeance) :
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/cinema/die-hard/une-journee-en-enfer

Die Hard 4 : Retour en enfer (Live Free or Die Hard) :
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/cinema/die-hard/die-hard-4-retour-en-enfer
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Sam 11 Juin 2016 - 12:31

Die Hard 5 : Belle journée pour mourir (A good day to Die Hard) **

Résumé
Yuri Kamarov, prisonnier politique russe, va être jugé mais son ennemi Viktor Chagarin veut l’assassiner. La CIA a prévu d’exfiltrer Kamarov qui détient un dossier compromettant sur Chagarin. Tout avait été prévu…sauf l’intervention de John McClane !

Critique
L’opus de trop. Lessivé par trop de spectaculaire, le film laisse voir un scénario squelettique, sans réelle originalité. Très peu d’humour, très peu d’émotion, des personnages stéréotypés ; seul Bruce Willis assure encore le minimum syndical.

En rupture avec les précédents films, celui-ci ne commence pas par une saynète bucolique mais par une scène menaçante entre Chagarin et Kamarov. Classique mais la photographie verdâtre apporte une touche glauque plutôt bienvenu. Ce sera une des qualités du film que de savoir créer des ambiances chromatiques (grise au tribunal, jaune dans la centrale, rouge dans l’hélicoptère). Quant à Sebastian Koch, qui incarne Kamarov, il est une bonne découverte. A priori indifférent au procès qui attend son personnage, il le montre ensuite perdu puis se raffermissant au fur et à mesure que la situation semble aller en s’arrangeant pour lui. En père inquiet et aimant, il se montrera bon. Contrairement aux autres films également, McClane n’est pas par malchance au mauvais endroit : il s’y rend de lui-même ! Il veut aider son fils, John Jr dit « Jack », qui est en mauvaise situation à Moscou. C’eut pu être une bonne idée que de renverser le classique démarrage mais encore eu-il fallu que le scénario suivît. Le réalisateur, qui ne se débrouille pas trop mal, va nous offrir un moment agréable (surtout par rapport à ce qui va suivre) : après la fermeture des portes du tribunal qui va juger en même temps Jack et Kamarov, quasi-silence (de 13’52 à 15’18) avant une violente explosion à la voiture piégée. A la triple voiture piégée. Il faut ce qu’il faut ! Mais on a déjà un aperçu d’une des tares du film : la surenchère dans le spectaculaire. Quand il décidera de poser sa caméra et de laisser jouer ses acteurs, John Moore obtiendra de beaux moments. Mais trop peu.

Jack veut emmener Kamarov mais il tombe sur…son père : « Tu ne devrais pas être là » lance le fils glacial. Ce qui est la définition même de McClane ! Cette intervention fait rater la mission : Jack est un agent de la CIA ! Auparavant, nous avons subi une très longue course poursuite dans les rues de Moscou, très heurtée évidemment, avec fusillade au lance-roquette ! La musique, très dure, souligne très bien l’action mais finit par lasser. Globalement, la partition est bien faite, efficace mais vite oubliée. Bruce Willis « anime » la poursuite avec des commentaires décalés (dont une conversation téléphonique) qui arrachent un sourire au fan ardent. A 28’14, la poursuite s’arrête enfin.

A peine le temps de souffler que la planque de la CIA est compromise et qu’on repart de plus belle dans le flingage à tout va et l’explosif qui va avec. A ce stade, parler de « scénario » est insultant pour les personnes qui font profession d’écrire pour le cinéma. On parlera plus justement de « prétexte ». Skip Wood se rattrapera partiellement ensuite.

Pour retrouver le dossier compromettant, il faut une clé qui se trouve dans un hôtel où doit les retrouver Irina, la fille de Kamarov. C’est très classique comme traitement et la trahison d’Irina ne surprend personne. La violence envers les McClane de la part d’Alik, bras droit (ou main armée) de Chagarin apparaît par contre gratuite et la figure même d’Alik s’ajoute à la longue liste des « tueurs » soldés par des maîtres tout puissants. Qu’il croque une carotte en apparaissant aurait pu être une bonne base pour un excentrique ; il n’en est rien. Ça ne sert juste à rien. Tout comme les claquettes. Toute la partie à l’hôtel sonne complètement faux et, si on apprécie la contre-plongée quand l’hélico canarde les McClane, ce n’est jamais qu’une scène spectaculaire de plus. Comme l’a dit quelqu’un, tout ce qui excessif est insignifiant. Illustration parfaite ici.

En revanche, le désarroi de Jack, absolument pas habitué à ne pas avoir de plan, et le discours sarcastique de McClane pour lui fouetter l’orgueil sonnent justes. Dans le rôle de John McClane Jr, Jay Courtney se montre ambivalent. Crédible dans les scènes d’action, il pourrait être un successeur de Bruce Willis dans ce domaine. Mais il lui manque de la profondeur et, surtout, le sens de l’humour. Ce qu’il montre dans ce dernier cas est assez maigre. Même jouant automatiquement, Bruce Willis est meilleur. Il comprend McClane jusque dans les moindres détails. Jay Courtney n’a pas ce recul. Moins d’expérience également. Le tandem n’a pas non plus de liaison comme Bruce Willis et Mary Elizabeth Winstead avait su en nouer dans l’opus précédent. Ici, on a davantage l’impression d’un duo que d’un père et de son fils. Ce n’est que sur la fin, et par éclipse, qu’il s’installera un peu d’émotion, surtout quand McClane confessera avoir passé une belle journée ( !) avec un fils qu’il aime. Là, Bruce Willis hausse son jeu et parvient à  nous toucher sincèrement.

Avec une voiture volée, les McClane se rendent à Tchernobyl où se trouve le dossier qui stopperait l’ascension de Chagarin. Le décor est plutôt bien rendu et les entrailles du bâtiment inquiétants même s’ils ne brillent pas par leur originalité. Le coup de théâtre qui survient ne surprend qu’à moitié tellement le cliché imbibait tout le scénario, trop pour qu’on applaudisse à ce retournement de situation. L’idée n’est pas mauvaise en soi mais le traitement choisi lui ôte beaucoup de son percutant. Yuliya Snigir, qui campe Irina, ne brille pas non plus par ses qualités de comédienne. En fille apeurée, elle était très quelconque et, en criminelle, c’est mieux mais il y a du chemin jusqu’à l’Oscar. On regrette Maggie Q dans ce rôle de mannequin femme d’action. Yuliya Snigir a clairement été engagé pour son physique…dont on profite assez peu au final ! Seul rôle féminin, Irina est une franche déception et ce personnage un recul énorme par rapport à ce que Retour en enfer nous avait proposé.

L’arrivée des McClane père et fils provoque l’explication finale à coup de fusillades, d’explosions diverses et de duel contre un hélicoptère de combat. Si un universitaire est en mal de sujet, il pourra se pencher sur « L’hélicoptère dans la saga Die Hard » ; leur nombre et le fait qu’ils finissent tous par terre ressemble à un fil rouge involontaire. Celui-ci est de grande taille (la surenchère ,toujours) et la façon dont le duo s’en sort est invraisemblable si l’on est gentil.

Heureusement, le film se termine sur un sourire : « Tes emmerdes, c’est toi qui les cherche ou c’est elle qui le trouvent ? » demande Jack et son père de répondre : « Après toutes ces années, c’est une question qu’il m’arrive encore de me poser ». C’est tout de même bien peu.

Anecdotes :
Scénario : Skip Woods
Réalisation : John Moore
Sortie US : 14 février 2013 Sortie France : 20 février 2013
Le titre québécois est très direct : « Belle journée pour crever »
Liam Hemsworth et Aaron Paul ont fait parti des candidats auditionnés pour le rôle de Jack McClane
Matry Elizabeth Winstead reprend son rôle de Lucy McClane
Marco Beltrami est à nouveau en charge de la musique
Recommandation de Lucy à son père : « Tu ne pourrais pas essayer de mettre un peu moins la pagaille ? ». Silence éloquent de McClane !
Skip Woods : scénariste américain, il a notamment écrit Hitman (2007), X-Men Origins : Wolverine (2009), L’Agence tous risques (2010), Agent 47 (2015)
John Moore : producteur, réalisateur et scénariste irlandais, il débute avec En territoire ennemi (2001). On lui doit notamment Le Vol du Phoenix (2004) et Max Payne (2008).
Jay Coutney/John « Jack » McClane Jr : acteur australien, il débute à Hollywood en 2009. Sa prestation dans la série Spartacus (2010) est remarquée et il décroche un rôle dans le blockbuster Jack Reacher (2012, avec Tom Cruise). Il enchaîne ensuite I, Frankenstein (2013), Divergente (2014, 2015), Invincible (2014), Terminator Genysis (2015).
Sebastian Koch/Yuri Komarov : acteur allemand formé au théâtre, il débute à la télévision en 1977 dans un épisode de Derrick. Il mène une carrière internationale jouant dans Napoléon (2002), Opération Walkyrie (2004), Black Book (2006), Le pont des espions (2015)
Rasha Bukvik/Alik : acteur français d’origine serbe, vu dans Taken (2008), Largo Winch (2008), Les Biens aimés (2011), Mains armées (2012), Le Transporteur : Héritage (2015)
Cole Hauser/Mike Collins : acteur américain, il a joué notamment dans Skins (1994), 2Fast 2Furious (2003), La chute de la Maison-Blanche (2013), Transcendance (2014)
Sergeï Kolesnikov/Viktor Chalgrin : acteur russe, il tourne principalement dans son pays mais on a pu le voir dans Black Sea (2014)
Yuliya Snigir/Irina : mannequin et actrice russe, elle apparaît d’abord dans des clips et productions locales. Die Hard 5 représente ses premiers pas à Hollywood. En 2009, elle a joué dans Prisoners of Powers : Battelstar Rebellion.
Le budget était de 92 millions de dollars. Il en rapporte environ 300 millions $.

avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Invité le Mer 29 Juin 2016 - 17:40

La chronique du 5ème film et le classement de la saga sont en ligne ! cheers

Die Hard : Belle journée pour mourir (A Good Day to Die Hard) :
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/cinema/die-hard/die-hard-belle-journee-pour-mourir

Classement Die Hard du pire au meilleur :
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/cinema/die-hard/classement-die-hard-du-pire-au-meilleur
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Estuaire44 le Jeu 4 Mai 2017 - 20:27

avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Camarade Totoff le Ven 5 Mai 2017 - 13:46

Hilarant ! J'en pleure encore !
avatar
Camarade Totoff
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Age : 37
Localisation : Vitry sur Seine
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saga "Die Hard"

Message  Estuaire44 le Ven 19 Mai 2017 - 23:35

Clin d'oeil à la phrase fétiche de la saga dans l'épisode Who We Are de Supernatural

avatar
Estuaire44
Empereur
Empereur

Age : 48
Localisation : Villejuif (94)
Date d'inscription : 10/04/2007

http://www.theavengers.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum